Départementales : au soir du 1er tour, les principaux résultats en Midi-Pyrénées

 |   |  1666  mots
(Crédits : ON / Rémi Benoit)
Les premiers résultats du premier tour des élections départementales ont été publiés aux alentours de 20h. Premier chiffre attendu, le taux de participation n'est pas aussi catastrophique qu'annoncé (46,27 % en Midi-Pyrénées). Dans les cantons ruraux de Haute-Garonne, une tendance nette se dessine : des duels FN / PS au second tour. La droite parait en mauvaise posture.

La tendance

"Il faut mesurer l'étendue du problème" : les mots, prononcés à 20h30, sont ceux d'Arnaud Lafon. Candidat de l'union de la droite sur le canton de Castanet, il découvre que la liste UMP / UDI / Modem n'est pas présente au second tour dans les premiers cantons dont les résultats sont affichés. L'union de la droite, qui visait clairement à faire "basculer le Département" de Haute-Garonne, est éliminée dès le premier tour dans certains cantons ruraux où des duels FN / PS se confirment. "On a chaud", affirme le maire Modem de Castanet qui, pour sa part, accède au second tour sur son canton. Ce soir, l'Union de la droite, guidée par Jean-Luc Moudenc, avait prévue de se réunir au Capitole pour réfléchir et annoncer sa consigne de vote, qui sera la même pour tous les cantons. Finalement, le temps de la réflexion sera pris puisqu'aucune communication officielle ne sera faite avant demain matin. La droite attend également avec impatience les résultats des cantons de Toulouse.

Concernant les consignes de cote, Nicolas Sarkozy, le président de l'UMP a été très clair dès l'annonce des premiers résultats ce soir :

"Je confirme qu'il n'y aura aucun accord, local ou national, avec les dirigeants de ce parti. Voter dimanche prochain pour les candidats du rassemblement de la droite républicaine et du centre est donc la seule façon de préparer l'alternance.

Dans les cantons dans lesquels nos candidats ne seront pas présents au second tour, cas peu fréquents, l'UMP n'appellera à voter ni pour le Front national, avec lequel nous n'avons rien en commun, ni pour les candidats de gauche, dont nous combattons la politique."

Le FN, 1er parti de Haute-Garonne?

Pour Julien Léonardelli, 1er secrétaire du FN31, il n'y a pas de doute :

"Nous sommes aujourd'hui le premier parti de France et en tête en Haute-Garonne."

Il contredit ainsi Manuel Valls, qui a assuré dans la soirée :

"Les formations républicaines ont tenus leur place. Ce soir, l'extrême droite n'est pas la première formation politique de France. Je m'en félicite parce que je me suis personnellement engagé."

Julien Leonardelli, dont la formation se qualifie pour le second tour dans une majorité de cantons de Haute-Garonne où les résultats sont définitifs, se félicite :

"Dans le département, il y a un certain nombre de triangulaires, ce à quoi nous ne nous attendions pas forcément. C'est d'autant plus satisfaisant que le PS est ancré depuis des décennies sur le territoire".

Le PS se maintient

Le FN en tête en Haute-Garonne ? Ce n'est pas le calcul de Sébastien Vincini, 1er secrétaire du PS 31 :

"Nous sommes en tête en Haute-Garonne, c'est une satisfaction et cela fait démentir les pronostics. Le département a des valeurs radicales-républicaines très ancrées. Je salue la mobilisation des électeurs, il faudra rester vigilant au second tour."

Le PS sera présent sur l'ensemble des cantons de Haute-Garonne. Dans le département, il recueille 26,39 % et devance le FN (22,32 %) et l'Union de la droite (17,85 %).

Le FN absent du second tour à Toulouse

Malgré ses résultats encourageants sur le département, le Front National ne sera en mesure de se maintenir au second tour sur aucun des onze cantons toulousains. Dans l'aire urbaine, ces départementales donneront donc lieu à onze duels PS-Union de la droite. Dans deux cantons seulement, la droite est arrivée en tête.

Principaux résultats en Haute-Garonne

Castanet-Tolosan : Sans surprise, sur le canton de Castanet, le Modem Arnaud Lafon joue le match retour face au binôme socialiste emmené par Muriel Pruvot. Ils s'étaient déjà affrontés en 2011 et Arnaud Lafon avait perdu à 2 000 voix près. Le candidat Modem, soutenu par le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, affirme et assume que des votes FN se sont reportés sur sa candidature.

Cazères : Jennifer Courtois-Périssé, maire de Rieumes et soutenue par Jean-Luc Moudenc, va devoir affronter au second tour le PS et le FN dans une des seules triangulaires du département. Pressentie (de même qu'Arnaud Lafon et Jean-Marc Dumoulin) pour prendre la tête du Département en cas de victoire de la droite, elle recueille 28,55 % des voix, juste derrière le PS (29,18 %). Le FN obtient 26,12 % des voix.

Auterive : Dans ce canton, le premier secrétaire fédéral du PS31 Sébastien Vincini se retrouvera en duel face au FN. Il devance le parti frontiste de quelques voix : 32.61 % contre 31.73% et se dit "très heureux de son résultat". L'Union de la droite termine troisième avec 19.48 % des voix.

Duel Union de la gauche (29,21 %) / FN (22,58 %) à Blagnac. Autre duel FN / PS à Muret avec le binôme frontiste en tête cette fois-ci. 32,43 % des voix contre 31,02 % à l'Union de la gauche.

A Tournefeuille, le PS arrive en tête devant l'Union de la droite. Le FN sera donc absent du second tour, comme sur le canton de Saint-Gaudens, où la liste DVG arrive en première position, devant la liste de l'Union de la gauche.

Les triangulaires PS / UMP / FN en Haute-Garonne :

Dans les cantons de Castelginest, Cazère, Pechbonnieu, Villemur-sur-Tarn et Revel.

Les autres départements de Midi-Pyrénées

Ariège : Le parti socialiste obtient 40,95 % des voix sur l'ensemble du département. Il devance les listes DVG (21,60 %) et le FN (15,76 %). Dans le nouveau canton du Couserans Ouest, le président socialiste sortant Henri Nayrou arrive en tête avec 46,86 % des voix devant le binôme DVD (18,29 %).

Aveyron : le président du seul département de droite de Midi-Pyrénées, Jean-Claude Luche, remporte une forte majorité des voix dans son canton : 67,11 %. Il est réélu dès le premier tour, les deux autres formations (FN et PS) n'accédant pas au second tour.

Gers : le binôme du président sortant socialiste Philippe Martin est en ballotage très favorable avec 43,04 % des voix, il sera au second tour opposé au binôme UMP (24,86 %) et au FN (23,82 %) sur le canton de Baïse-Armagnac. Les candidats EE-LV sont disqualifiés. 
Ballotages favorables pour les socialistes sur les trois cantons de Auch dans des duels face aux candidats DVD au second tour.

Lot : Séisme dans le Lot où le FN arrive en tête dans le Département (mais pas dans tous les cantons) avec 20.42 % des voix. Les socialistes, avec  15.94 % des voix, arrivent en 3 position, derrière les "divers gauche" (16.01%). Sur es trois cantons de Cahors, les résultats sont les suivants : 
- Cahors 1 : duel DVD / PS
- Cahors 2 : duel PS / UDI
- Cahors 3 : duel Union de la gauche / FN.

Hautes-Pyrénées : résultats serrés sur l'ensemble du département puisque le PS arrive en tête avec 16,06 % des voix, suivi de l'Union de la droite et du Front de Gauche. Trois duels PS / Union de la droite sur les trois cantons de Tarbes

Tarn : Le FN arrive largement en tête dans le Tarn (26.59 % des voix). Le Département présidé par le socialiste Thierry Carcenac voit le PS arriver en 4e position, derrière le FN, la droite et la liste divers gauche. Dans le canton 4 d'Albi, Thierry Carcenac est en ballotage favorable avec 30 % des voix devant Frédéric Cabrolier, le candidat FN (25,84 %). "Il y a bien eu un effet "Sivens". C'est un fiasco pour Thierry Carcenac qui avait été réelu au précédent scrutin dès le premier tour avec 51% des voix. Le président sortant a été sanctionné pour sa mauvaise gestion du dossier et pour le trou financier de Cap découverte", assure Frédéric Cabrolier. Sur Albi, le Front national se maintient au second tour sur deux cantons sur quatre. Le FN fait 20 % dans Albi-centre ce qui est un score inédit. Le Front national envisage par ailleurs un recours sur le canton Albi 2 où le candidat FN n'est pas qualifié au second tour. Le parti estime qu'il y eu un mauvais recompte des voix.

Dans l'autre grande ville du département, Castres, le FN sera présent au second tour sur les trois cantons. Duel face à l'UMP à Castres 1, face à l'Union de la gauche à Castres 3 et triangulaire FN / UMP / PS à Castres 2.

Tarn-et-Garonne : Jean-Michel Baylet est réélu conseiller départemental dès le premier tour dans ce département qu'il préside depuis 1985. Mais le candidat FN Patrice Charles ne l'entend pas de cette oreille : il a annoncé ce dimanche soir qu'il allait déposer un recours devant le tribunal administratif pour "des irrégularités dans le campagne de Jean-Michel Baylet" à Valence-d'Agen : "Il y a eu des affiches de campagne bleu-blanc-rouge et puis le journal dont il est le PDG, la Dépêche du Midi, m'a diffamé." A Montauban 1, ce sera une triangulaire entre le PS, le FN et l'UMP. Le candidat UMP Pierre-Antoine Lévi arrive en tête avec 32,69 %, devant le PS (31,79 %) et le Front National (27,13 %) : "Je suis en tête devant le candidat sortant et avec une forte mobilisation des habitants de Montauban, avec 55 % de participation. Beaucoup de gens de droite ont voté Front National pour exprimer leur mécontentement, à moi de les convaincre au second tour que je représente le vote utile."

Participation

Contrairement à ce qui était pronostiqué et redouté, le taux de participation n'est pas catastrophique, il est même supérieur à celui des cantonales de 2011 en Midi-Pyrénées. En effet dans la région il s'établit à 17h à 46,27 % (contre 40,16 % à la même heure en 2011). Le taux définitif ne sera connu qu'en fin de soirée. En Haute-Garonne, la participation est de 44,25 % (contre 36,1 % en 2011 à la même heure). C'est dans le Tarn que l'on a le plus voté (52,32 % à 17h). Le Gers en revanche fait figure de mauvais élève avec 42,82 % à 17h. Le taux de participation définitif à Toulouse est de 45,13 %.

Cet article est actualisé au fur et à mesure de la soirée. Suivez notre live tweet avec le compte @objectifnews.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :