À Toulouse, les agriculteurs en colère contre les députées ayant voté pour le CETA

 |   |  521  mots
Plusieurs tonnes de fumier ont été déversées jeudi soir devant la permanence de la députée Monique Iborra.
Plusieurs tonnes de fumier ont été déversées jeudi soir devant la permanence de la députée Monique Iborra. (Crédits : Compte Twitter de Monique Iborra)
Un groupe d'agriculteurs de la FDSEA 31 a déversé dans la nuit de jeudi à vendredi du fumier devant la préfecture et les permanences de deux députées ayant voté en faveur du traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. Ils estiment que le CETA va tirer à la baisse les prix de la viande et dénoncent l'importation à venir de colza OGM. La députée Monique Iborra réfute ces craintes.

"Nous avions convié les députés de Haute-Garonne ayant voté en faveur du CETA le 29 juillet sur notre exploitation agricole pour débattre. Ils ne sont pas venus et nous avons donc décidé de cette action symbolique", explique Luc Mesbah, secrétaire adjoint de la FDSEA 31.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un groupe d'agriculteurs a déversé plusieurs tonnes de fumier devant la préfecture de Haute-Garonne à Toulouse ainsi qu'à proximité de la permanence de la députée LREM Monique Iborra à Tournefeuille. De son côté, la députée Corinne Vignon (LREM) a vu l'entrée de la sienne murée par une quinzaine de parpaings.

Du boeuf aux hormones et du colza OGM ?

 Les agriculteurs leur reprochent d'avoir approuvé le traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne adopté à l'Assemblée nationale le 23 juillet dernier. Pour Luc Mesbah, le CETA va nuire de manière importante à la filière agricole : "On va importer massivement de la viande en provenance du Canada où les normes sanitaires sont très différentes de celles en vigueur en France". Le pays autorise en effet le boeuf aux hormones et l'usage des antibiotiques.

"Cette viande de qualité standard sera utilisée pour les plats préparés mais cela ne figurera pas sur l'étiquette. Elle sera vendue 30% à 40% moins chère que notre production française, cela va tirer les prix vers le bas et aura un impact ensuite même sur les viandes de qualité supérieure qui ont des labels. Si les éleveurs français vendent moins de viande, la taille de leur troupeau va diminuer, ils auront besoin de moins de céréales pour les nourrir et cette filière sera aussi touchée", alerte-t-il.

Luc Mesbah s'inquiète aussi de l'arrivée de produits cultivés avec des pratiques non tolérées en France:

"Le Canada fait du colza OGM (canola), le blé dur est aspergé de 10 litres de glyphosate, etc. Alors que dans le même temps on demande aux agriculteurs français de se passer des pesticides."

Augmentation des exportations de produits laitiers

Pour la députée Monique Iborra, ciblée par les agriculteurs, ces peurs n'ont pas lieu d'être :

"Il n'y aura pas de boeuf aux hormones en France tout simplement parce que l'Europe l'interdit, c'est pareil pour les cultures OGM. D'ailleurs, très peu de viande est importée depuis le Canada. Les contrôles sanitaires ont été efficaces".

La responsable politique souligne également que le CETA va amener "une augmentation des exportations vers le Canada de produits agroalimentaires de 8% et des produits laitiers de 19%".

Sur la forme, la députée dénonce :"C'est inacceptable d'être la cible de menaces par des personnes qui ne sont pas d'accord avec ce que j'ai voté". Elle indique n'avoir pas été informée de l'invitation de la FDSEA 31.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2019 à 7:39 :
....il en reste encore une floppée a "dégrader" avant que ça ne leur débouche les oreilles !
a écrit le 05/08/2019 à 9:55 :
Le bœuf canadien ne pourra être importé que s'il correspond aux normes sanitaires Européennes - c'est suffisamment clair - ou est le problème ? Nombreuses autres filières et secteurs d'activité pourront exporter plus facilement au Canada.
La FDSEA est en train de paniquer toute une filiere avec des omissions/manipulations récurrentes : ça suffit !
a écrit le 05/08/2019 à 9:35 :
"mais cela ne figurera pas sur l'étiquette." ben si dès qu'il y en a plus que 8%, mais si c'est marqué "Hors UE" pour ne pas trahir l'origine précise, il suffit de lire, les gens savent lire et arbitrer, même s'il faut une loupe (comme les confitures avec du sirop de glucose-fructose à la place ou accompagné d'un peu de sucre, à nous de ne pas les acheter, pas cher ou non).
Une tranche de viande pas "France", même à 10centimes, je la laisse sur place, c'est mon choix (une fois ai acheté du poisson à la place).
L'accord qui débouche enfin pour la viande américaine évite à Trump de dire "on est en colère, vous n'achetez pas de notre viande (aux hormones) on va donc mettre des droits de douane élevés sur vos produits", un accord évite l'usage de la force brute.
Pourquoi la France exporte-t-elle sa viande ? Il faudrait arrêter, et élever moins (on importe du soja OGM du Brésil par obligation, on n'a pas assez pour les nourrir, nos bêtes).
Autant le Canada est sérieux autant le Mercosur devrait soulever des doutes sur la fiabilité de la traçabilité, des contrôles éventuels faits sur place...
L'angoisse est mauvaise conseillère (si ce n'est pas de la manipulation).
Dans l'opinion, même sans lire les textes, tout accord est mauvais par principe, mais on veut exporter encore plus, par quel miracle ? Si chacun se protège avec des droits de douane dissuasifs, ça rend les produits extérieurs chers, dont les nôtres. Ce qu'on produit est tellement bon et beau que les gens vont les acheter quelque soit le prix. Pour le luxe, oui, mais à part ça.
Réponse de le 11/08/2019 à 7:42 :
...." il suffit de lire," .......l'etiquetage imposé par .......les lobbies dont l'opacité le dispute a l' "omission " d'infos .......le tout validé par les politiques !
Ha bon , c'est nouveau ça vient de sortir !!!
a écrit le 05/08/2019 à 8:31 :
...." Ils ne sont pas venus " ....pas besoin de chercher trés loin l'énorme problème de re^presentativité des élus nationaux de ce pays !
a écrit le 05/08/2019 à 0:51 :
ou une contribution.
Une taxe pour soutenir nos agriculteurs, l'emploi, la croissance avec les dents, la justice climatique, la justice sociale....blablabla,...et.contre la salade en sachets, le nucleaire, la haine, le changement climatique...
a écrit le 04/08/2019 à 23:14 :
Si c'est ainsi que ces individus pensent que notre Société va évoluer c'est triste ! Ils n'ont même pas consulté les textes de l'accord du CETA dans lequel tous les garde fous existent pour que l'Europe soit protégée de l'importation de produits agricoles non conformes avec les normes sanitaires et écologiques définies par Bruxelles.
Et pourtant les agriculteurs francais en ont bien profité des aides européennes !
a écrit le 04/08/2019 à 18:04 :
Le CETA comporte 2400 pages environ découpé e 27 chapitres .
Qui les a lues?
Réponse de le 13/08/2019 à 10:35 :
Certainement personne parmi nous.
Là n'est pas le pb : les lobbies agricoles comme la Fnsea jouent les lanceurs d'alerte et quoi qu'on dise, c'est eux qui jusqu'à présent nous nourrissent à l'européenne, càd en nous assurant l'autosuffisance alimentaire.
Qu'en sera-t-il demain si nous ratifions le Mercosur ? Bolsonaro n'est pas Justin Trudeau. Et des articles récents alertent sur la déforestation de l'Amazonie qui est en train de s'accélérer. Nul doute qu'il prépare l'agrobusiness brésilien à nous inonder. Alors, mettre en balance notre indépendance alimentaire pour qcqs Airbus ou qcqs bagnoles de +, sachant que l'aero brésilien s'est vendue à Boeing et que ttes les voitures étrangères st fabriquées sur place. Laissons ce libre échange de m... aux Amériques.
a écrit le 04/08/2019 à 12:26 :
il font des choix ou le consommateur n'a plus droit au chapître. Et bien comme l'augmentation de la CSG qui m'a été imposé chez fait des choix et je n'en suis pas mécontent, par contre l'économie de certains monopoles a bien été touché (baisse de la consommation, perte du chiffre d'affaires. Alors face à une viande trafiquée, je serrerai les dents et m'adapterai à une autre mode de consommation mais je refuse d'être intoxiqué
a écrit le 04/08/2019 à 10:35 :
"D'ailleurs, très peu de viande est importée depuis le Canada."

Oui mais justement le CETA est là pour en faire exploser les exportations côté canadien.

Mais nous prennent ils pour des idiots ou bien le sont ils déjà eux-mêmes ?

Il faut même leur expliquer ce qu'est un accord de libre échange sans rire ?
a écrit le 03/08/2019 à 9:24 :
Pendant ce temps:

« Une victoire immense ». Donald Trump ne tarit pas d'éloges sur le nouvel accord signé par l'Union européenne et les Etats-Unis sur les exportations de boeuf américain. Négocié au nom des 28 pays membres par la Commission avec les États-Unis et les principaux fournisseurs étrangers de bœuf, il prévoit un quota plus important pour le bœuf américain « de haute qualité », c'est-à-dire sans hormones.Mi-juin, Bruxelles avait fait état d'un quota allant jusqu'à 35 000 tonnes. Cette allocation prendra forme graduellement, sur sept ans, en commençant par 18 500 tonnes la première année, avait alors précisé une source à la Commission.
La valeur des « exportations annuelles devrait passer de 150 millions à 420 millions de dollars lorsque l'accord sera pleinement mis en oeuvre », ont précisé les services du représentant américain au Commerce (USTR) dans un communiqué.« Les éleveurs américains produisent le meilleur boeuf au monde. Grâce au leadership du président Trump, ce nouvel accord permet aux éleveurs américains de vendre davantage de ce boeuf à l'Europe », a commenté l'USTR Robert Lighthizer, qui a signé l'accord avec Jani Raappana, le représentant la présidence de l'UE et l'ambassadeur Stavros Lambrinidis de la délégation de l'UE. L'accord doit prendre effet à l'automne après approbation du Parlement européen, a également souligné l'USTR.
a écrit le 03/08/2019 à 7:49 :
.....anecdotique par rapport aux dégradations de LREM !
a écrit le 02/08/2019 à 23:47 :
Les agriculteurs devraient avoir un poids électoral beaucoup plus élevé qu'actuellement. Ce sont eux qui nous nourrissent, ils comprennent des choses que nous ne comprenons pas. C'est la terre qui doit voter.
Réponse de le 03/08/2019 à 7:50 :
Ce sont eux qui nous nourrissent.....mais que nous entretenons !!!
Réponse de le 05/08/2019 à 8:58 :
@Hassan Ceheffe
Entretenir les agriculteurs et puis quoi encore. Ils travaillent mais ne sont pas rémunérés à leur juste valeur. L'assistanat n'est pas à regarder de leur côté.
Alors c'est plutôt eux qui vous entretiennent, merci de ne pas inverser les rôles.
a écrit le 02/08/2019 à 23:08 :
Quand on demande pas l'avis de tiers voilà ce qui arrive!
a écrit le 02/08/2019 à 23:07 :
On peine à comprendre cette hystérie contre un traité pourtant bien anodin. ET quand on compare l'état sanitaire de la France et du Canada (exactement la même espérance de vie...) on se dit que les produits alimentaires canadiens ne sont pas forcément pires que les nôtres...
a écrit le 02/08/2019 à 21:33 :
Des minorités violentes contestent régulièrement la démocratie par des actions qui peuvent mettre en danger des vies ( voir la permance d un député LRM de perpignan qui a été vandalisée et auquelle on a essayé de mettre le feu alors que le député était présent dans les locaux) C est totalement inadmissible et d autant plus consternant quand nous pouvons lire ou écouter des commentaires qui encouragent cette violence.
Réponse de le 02/08/2019 à 23:14 :
Minorités? Violentes? Régulièrement? La Démocratie? Des commentaires qui encouragent cette violence? Il y a un hic!
Réponse de le 04/08/2019 à 15:25 :
Prière d'écrire démocratie parlementaire le mot parlementaire prend le pas sur le mot démocratie. La France est gouvernée uniquement par l'Elysée l'assemblée est un instrument pas un acteur, tel est la Vème avec selon les locataires du palais plus ou moins dirigiste. Dans notre pays nous avons droit à la critique mais pas à la décision nous sommes dans une forme d'autocratie qui ne veut pas dire son nom.
Réponse de le 13/08/2019 à 11:09 :
Je vous rejoins totalement svp. Sur des sujets aussi graves pour notre avenir, la démocratie participative civile devrait prendre le pas sur la démocratie parlementaire. On y vient à petits pas...Mais ce sera pas encore au point pour contrer l'adhésion au Mercosur, car il faut modifier la constitution... Bref, des manifs type GJ à la puissance 10 st à craindre.Et là, ce ne seront pas des minorités agissantes !!
a écrit le 02/08/2019 à 19:10 :
L'argument de la Fdsea 31 est imparable.
Sans une traçabilité obligatoire sans faille de l'origine de la viande dans les plats cuisinés du type " garantie sans hormones et sans OGM", qui limite les dérives et les fraudes tt en sécurisant le consommateur, la totalité de la filière est tirée vers le bas avec risque évident de paupérisation, de marginalisation et de disparition et donc menace sur l'auto suffisance alimentaire !! De + le glyphosate va être interdit en France dans les 5 ans et ça, l'élue n'en parle pas... On comprend la colère.
Réponse de le 02/08/2019 à 21:46 :
Quand il y a plus que 8% de viande dans le plat, l'origine doit être indiquée (liste ingrédients). Certains ont donc choisi d'en mettre 7% et qq maximum. Si c'est UE c'est un peu vague, souvent le pays est marqué, au consommateur de choisir le fournisseur vertueux. Purée de céleri surgelée Lec**, rien indiqué je demande par le site web marque repère : c'est pas obligatoire de l'indiquer ! (je sais), Bretagne. C'est "honteux" de marquer d'où ça vient, ou ça varie ? Chez Pica* et Thiri* c'est indiqué, là on peut prendre Espagne ou Bretagne selon les "exigences" de chacun.
On mange 1,55 million de tonnes de viande de bœuf en France, 18% importé d'après ce que j'ai trouvé (sais plus l'année, pas 2018 trop récent). A savoir où vont ces 18% sans doute moins chers. Quand y a une barquette pas "France", je repose, même si c'est 10centimes la tranche.
Y aurait 36 élevages au Canada pour fournir aux normes UE, mais avec Mercosur là, c'est flou, contrôles mous voire inexistant ou pas fiables. Les gens détestent le Ceta (ont pas lu le document), il vont haïr le Mercosur !
a écrit le 02/08/2019 à 18:51 :
Pourquoi élire des députés si c'est pour contester systématiquement leur action par la violence ? Pas bon pour notre démocratie qui est de plus en plus menacée par toute cette violence qui nous porte vers un pouvoir totalitaire.
Réponse de le 02/08/2019 à 23:22 :
Très juste! Mais une fois élus, ils sont incontrôlable et nous avons que la rue ou le R.I.C. pour résoudre ce problème!
a écrit le 02/08/2019 à 18:07 :
pas bon ! il faut la traçabilité pour les consommateurs un affichage bien lisible pour tous meme pour les produits transformés ! nos agriculteurs ont le soutien de la majorité des Français
Réponse de le 02/08/2019 à 18:54 :
@indigne
Je suis d'accord. Il faut que sur les plats transformés La provenance des produits soient indiquée de Manière CLAIRE.
La meilleure solution consiste :
A ne pas manger des plats préparés, qui sont des bouillons chimiques.
A acheter sa viande chez son boucher, chez un éleveur local ou à tout le moins une viande filière française
A manger moins de viande, mais de meilleure qualité.
Réponse de le 02/08/2019 à 21:51 :
A partir de 8% de viande ça doit être indiqué dans la liste des ingrédients.
Pas cher ça doit sous-entendre que les ingrédients sont pas chers, parfois les gens croient au miracle (dont marge de l'usine + transport + marge du magasin etc).
Sur 1,55 million de tonnes (bœuf) qu'on mange par an en France, y a 18% d'importé. Mais je crois qu'on importe beaucoup de tourteaux de soja OGM du Brésil, on n'a pas de quoi faire manger tous nos animaux, mais ça permet d'exporter notre bonne viande de haute qualité à prix élevé (car qualité). Peut-être obligés, du troc si on veut que le Brésil nous achète des trucs (= balance commerciale équilibrée).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :