Les agriculteurs d'Occitanie obtiennent la modification de la carte des zones défavorisées

 |   |  405  mots
Les agriculteurs ont bloqué les principaux axes autoroutiers et le périphérique toulousain.
Les agriculteurs ont bloqué les principaux axes autoroutiers et le périphérique toulousain. (Crédits : Rémi Benoit)
Après avoir réalisé une paralysie totale de Toulouse mercredi 7 février, les agriculteurs ont levé les barrages dans la soirée après avoir obtenu une réintégration de 350 communes sur les 500 qui devaient être rayées de la carte des zones agricoles défavorisées. Une nouvelle carte sera présentée vendredi 9 février au ministère de l'Agriculture.

Ils avaient prévenu mercredi 7 février, dans l'après-midi : ils étaient prêts à rester "jour et nuit" sur le périphérique toulousain tant qu'ils n'auraient pas obtenu gain de cause. Pendant une bonne partie de l'après-midi et de la soirée, les agriculteurs d'Occitanie ont paralysé tous les axes autoroutiers autour de Toulouse, mais également le périphérique et certaines lignes ferroviaires pour dénoncer la future carte des zones agricoles défavorisées engagée par le gouvernement. La sortie du dispositif de plusieurs centaines de communes occitanes entraînerait une suppression totale de certaines subventions européennes dont bénéficient les exploitations. Finalement mercredi vers 19 heures, à la sortie de la rencontre avec le ministre de l'Agriculture, les agriculteurs d'Occitanie ont annoncé la levée des barrages après avoir obtenu la réintégration d'une grande partie des communes à cette carte :

"Globalement, nous avons obtenu la réintégration de 350 communes sur les 500 concernées en Occitanie. C'est la Haute-Garonne qui  réintégre le plus de communes, plus d'une centaine. Mais il reste encore des points de blocage dans l'Aude au niveau de la zone de La Piège et dans le Sud-Ouest du Gers. Il y a aussi des communes du Lot et de l'Aveyron qui ont été sorties de la carte. Nous voulons maintenir la pression pour faire évoluer la carte et toutes les réintégrer. Si ce n'est pas le cas, on bloquera à nouveau", explique ce jeudi Alain Lafragette, président de la FDSEA du Lot et référent régional sur le dossier des zones défavorisées.

Carole Delga : "Nous sommes la région agricole avec le revenu le plus faible"

Une nouvelle carte sera présentée vendredi 9 février par la ministère de l'Agriculture. Invitée de La Matinale organisée par la Tribune jeudi, la présidente de Région Occitanie Carole Delga a réagi :

"Demain matin avant d'aller à Matignon pour parler de la LGV, je serai au ministère de l'Agriculture pour découvrir la nouvelle carte des zones agricoles défavorisées. Je soutiens le combat des agriculteurs. Nous sommes la région agricole de France avec le revenu le plus faible. On ne peut pas cautionner la violence mais cela aurait pu être évité s'il y avait eu une écoute plus attentive du gouvernement. Cela fait six mois que rien ne bougeait."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2018 à 17:31 :
Maintenant que les conseillers généraux aident les agriculteurs en leur versant des aides localement, l'Europe doit arrêter de toute urgence la PAC. C'est une question d'honnêteté vis à vis des autres pays Européens.
a écrit le 08/02/2018 à 16:32 :
comme quoi la methode FNSEA ca marche toujours... A quand une intervention de la police pour degager les routes que ces messieurs bloquent histoire de preserver leurs subventions ?

PS:
1) Ils ont peut etre pas tord sur le fond, mais la forme est detestable.
2) des centaines de milliers de paysans d un coté, 3 centrale d achat de la grande distribution de l autre. Pas difficile de deviner qui va gagner. Et c est pas en augmentant la production que les paysans vont s en sortir ! les gens en vont pas manger 2 fois plus car c est 2 fois moins cher !!!
a écrit le 08/02/2018 à 13:07 :
Il n'y a pas photo, quand un pouvoir est totalement sourd aux revendications de ceux qui en ont besoin n'étant concentré qu'à engraisser les déjà bien trop gras seule la révolte leur fait peur.

Ils vont tellement loin dans la servitude envers les riches qu'ils guettent une éventuelle coalition des luttes. Toutes leurs réformes sont d'ailleurs calculées dans ce sens, pas tout en même temps afin d'éviter une convergence des révoltes.
Réponse de le 08/02/2018 à 14:03 :
P.S: Et les syndicats suivent bien sagement cette règle...
a écrit le 08/02/2018 à 12:54 :
Qui en parle aux informations hormis le site UPR qui a relayé la page Facebook d' un agriculteur concerné ..?

"Plusieurs agriculteurs manifestant actuellement nous ont contactés afin d'expliquer le manque de couverture médiatique de leurs actions et de leurs revendications plus que légitimes voici un de leurs messages, partagez pour eux svp

Bonjour.
Je suis agriculteur dans le Tarn et Garonne dans le 82
Mon message va vous paraître un peu bizarre.
nous sommes on plaine manifestation régionale ( Occitanie) jour et nuit depuis le lundi 29 janvier . On bloque plusieurs gros axes routiers ( A20.) Nous avons même bloqué le rond-point principal
Aucun média national en parle pourquoi je ne sais pas. Nous avons essayé à plusieurs moments de contacter soit BFM (qui soi-disant est une chaîne privée en rien ) nous avons contacté TF1 et nous ont supprimé nos commentaires "

Etonnant, non ..?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :