Yogah, la future licorne française du CBD grand public ?

Des produits au chanvre made in Occitanie, voilà le cheval de bataille de Yogah. Lancée en 2021 à Toulouse, la marque "green et zen" conçoit des produits bien-être et cosmétiques à base de CBD (ou cannabidiol) naturel. En parallèle, le fondateur de Yogah prévoit d'investir 10 millions d'euros via la société d'investissement "La Financière du Chanvre" pour favoriser l’émergence de champions français du CBD.

8 mn

Le fondateur de Yogah Antoine Roux prévoit d'investir dix millions d'euros pour favoriser l’émergence de champions français du CBD.
Le fondateur de Yogah Antoine Roux prévoit d'investir dix millions d'euros pour favoriser l’émergence de champions français du CBD. (Crédits : DR)

Le CBD a le vent en poupe. Cette molécule, le cannabidiol (CBD), est issue du chanvre ou cannabis sativa, sans effets psychotropes. À la différence du THC (tétrahydrocannabinol), elle ne constitue pas un produit stupéfiant et n'est pas illégale selon l'Union européenne. Elle est réputée pour ses propriétés relaxantes, anxiolytiques et médicinales. Aujourd'hui, une multitude de produits à base de chanvre (huiles de massage, crèmes, sérums, etc.) existent et des magasins spécialisés fleurissent un peu partout en France. L'Hexagone est par ailleurs le premier producteur européen et troisième mondial de chanvre.

Selon le syndicat professionnel du chanvre, le marché du CBD est aujourd'hui estimé à un milliard d'euros annuel. L'entrepreneur toulousain, Antoine Roux, a décidé de saisir sa chance sur ce marché en pleine expansion. Il a fondé, en 2021, Yogah une marque locale qui conçoit des gammes de produits bien-être à base de CBD.

"Alors qu'à l'heure actuelle, les produits à base de CBD sont très largement importés et fréquemment de piètre qualité et que d'autres pays ont créé des licornes, nous avons décidé de participer à la création d'une filière française forte. Le temps est venu de faire du chanvre bien-être une source d'emploi et de création d'entreprises sur notre sol", explique le fondateur de la marque Yogah, lancée en mars.

Businessman aguerri, Antoine Roux n'en n'est pas à son coup d'essai. Il dirige l'entreprise toulousaine Printoclock depuis près de quinze ans. Il a fait de cette startup Web to print le leader indépendant de l'impression en ligne BtoB. Sa société compte aujourd'hui plus de 70 salariés, gère près de 200.000 comptes clients et réalise un chiffre d'affaires de 13,5 millions d'euros. Curieux, c'est vers le chanvre bien-être que le serial entrepreneur a choisi de diversifier son activité. Un choix né de son parcours personnel et de son intérêt pour les médecines douces.

"Le projet est arrivé sur la table un peu par hasard, il est né lors d'un concours de circonstances. Je suis proche de la nature et des plantes depuis toujours et par extension, j'aime la médecine douce, l'agriculture bio, etc. J'utilise beaucoup d'huiles essentielles notamment pour la sphère ORL. Durant un moment difficile, j'ai commencé à pratiquer le yoga et à utiliser des produits bien-être à base de CBD pour m'évader et me relaxer et pour substituer les anxiolytiques. Je m'y suis alors intéressé et ai découvert qu'il était possible d'offrir plus que ce qu'il y avait sur le marché", raconte-t-il.

Des produits "locaux et haut de gamme"

Pour son lancement commercial, Yogah a développé une gamme d'huiles bien-être "full spectrum". "Naturelles", elles sont produites à partir d'un chanvre cultivé sans pesticides, ni OGM et d'une huile de tournesol bio. Elles ont été élaborées en laboratoire sans solvants ni produits chimiques, à partir de plants de chanvre contenant moins de 0,2% de THC (tétrahydrocannabinol, la substance active du cannabis), afin de garantir un achat en toute légalité.

À appliquer sur la peau, pour des massages relaxants, soulager des douleurs musculaires, ou articulaires, la gamme d'huile à base de CBD a de multiples usages et possède de nombreuses vertus, et propriétés "apaisantes, analgésiques ou encore antalgiques". Ces dernières sont commercialisées sur le site internet de la marque et distribuées partout en France via 2.000 points de vente à des prix variants de 29 à 89 euros selon la quantité de matière active contenue dans le produit.

"Notre volonté est de réaliser des produits locaux, haut de gamme, à des tarifs accessibles. En termes de prix, nous nous situons dans la moyenne voire la moyenne basse du marché. Certaines huiles CBD sont vendues à 130 euros, je pense que ce n'est pas le bon prix. On ne peut démocratiser un produit pareil avec de tels tarifs. Au-delà de ses innombrables propriétés, la plante à un bilan carbone exceptionnel. Elle nécessite peu d'eau et nettoie les sols. Le chanvre a été diabolisé. Pour autant, ses graines sont commercialisées en magasin bio et consommées par énormément d'adeptes de healthy food. Ces graines sont exactement les mêmes que nous utilisons pour nos huiles."

Un produit français pour la France

Les huiles Yogah sont conditionnées dans des packagings éco-responsables (carton labellisé PEFC et verre en approvisionnement de circuit court). À partir de septembre, un système de consigne devrait être mis en place par la marque toulousaine afin  d'atteindre les meilleurs taux de recyclage des conditionnements.

Lire aussi 7 mnÀ Toulouse, la consigne du verre fait son grand retour

De l'extraction de la matière active à la mise en bouteille, 100 % de la production est réalisée en Occitanie. Les huiles sont confectionnées au sein d'un laboratoire implanté dans le Gers puis commercialisées par Yogah, établie à Toulouse, route de Seysses. Afin de maîtriser sa production de A à Z et asseoir son indépendance, la jeune marque a lancé un projet pilote de culture du chanvre au printemps dans les Landes, dans la perspective d'une évolution prochaine de la réglementation française.

"La marque Yogah doit fonctionner en cycle court. Nous souhaitons faire des produits fabriqués en France pour la France. Aujourd'hui 99 % des produits sont importés. Nous sommes très en retard sur le sujet. Je pense qu'il ne faut pas démarrer avec des intentions internationales sachant que nous avons plusieurs années de retard sur d'autres pays comme le Canada ou encore la Suisse. Nous attendons le go du gouvernement pour transformer sa propre matière active issue de notre culture", insiste le dirigeant.

Un cadre légal encore "flou"

Un cadre légal défini et précis est donc la seule chose qui manque à la filière CBD française pour se structurer. Bien qu'elle soit la première productrice de chanvre en Europe, la France a longtemps interdit la commercialisation et la consommation de CBD. En mai 2021, le gouvernement a annoncé que tous les produits à base de CBD ayant une teneur en THC inférieure à 0,2% étaient désormais autorisés la vente. Les instances européennes devront se prononcer ultérieurement sur la conformité de ces nouvelles dispositions.

"Pour l'instant, nous naviguons à vue. L'Europe autorise l'usage de CBD et sa circulation sous toutes les formes. A contrario, la France s'appuie encore sur une loi de 1990 qui interdit tout. En novembre 2020, elle a été rappelée à l'ordre, car elle n'applique pas la législation européenne. Nous souhaitons avoir un cadre précis avec ce que nous avons le droit de faire ou non. La récente clarification que vient d'engager le gouvernement permettra à Yogah de se développer en toute sérénité sur ces segments de marché. Il est toutefois à regretter que la fleur de CBD ait été écartée de cette libéralisation. Le potentiel de marché global en France s'en trouve considérablement diminué, ce qui rend plus difficile la structuration d'une filière forte. Danone aurait-elle vu le jour si le lait était interdit ?" se questionne-t-il.

10 millions d'euros d'investissement pour la filière chanvre

Au-delà des propres moyens de production de Yogah, l'entrepreneur toulousain souhaite structurer une filière locale et régionale d'agriculteurs et créer des emplois pour répondre aux besoins d'un marché porteur. Avec l'ambition de rattraper le retard de la France sur d'autres pays, et de permettre l'émergence de champions français du CBD, Antoine Roux vient de lancer la société d'investissement La Financière du Chanvre (LFC). Dans cette perspective, l'entité prévoit d'investir un montant de 10 millions d'euros, en fonds propres, pour accompagner la croissance de sociétés à forte composante technologique : IT, génie agronome, industrie.

"La poche d'investissement sera dépensée en fonction de la législation et des opportunités. L'objectif est de créer des synergies entre les différents acteurs de la fillière. Nous commençons à recevoir des dossiers d'entreprises. Je fais de la sensibilisation, sur la création de valeur sur ce marché, auprès de mes confrères, entrepreneurs. Il ne faut pas rater le coche", appuie-t-il.

500 à 1.000 ventes par jour

En attendant l'émergence de synergies, Yogah rencontre le succès pour le démarrage de son activité. En effet, elle qui a débuté les ventes il y a près de trois mois table sur une tendance de 250.000 à 300.000 euros de chiffre d'affaires par mois. Un objectif qu'elle tient pour l'instant. La jeune marque réalise entre 500 et 1.000 ventes par jour à l'heure actuelle.

Afin de maintenir la cadence l'entreprise va lancer à la rentrée 2021, sa première gamme de produits cosmétiques. Destinée à tous, elle comprendra quatre produits (huile de massage, crème visage, huile visage, baume anti coups) à base de CBD et vendus entre 20 et 30 euros.

À l'horizon de fin 2022, pour sa première année pleine d'exploitation, la société toulousaine vise à réaliser un chiffre d'affaires de trois millions d'euros. Cette dynamique a conduit Yogah à recruter ses trois premiers salariés ces dernières semaines. D'ici la fin de l'année 2021 et selon l'évolution de l'activité, la structure prévoit le recrutement de cinq à dix nouveaux collaborateurs.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 23/06/2021 à 8:14
Signaler
Petit rappel : les licornes sont des chimères ...

à écrit le 22/06/2021 à 21:10
Signaler
Vous avez vu vos prix! Mouais, savez vous que sur alibaba on peut se trouver de très bons distillatte full spectrum 53% cbd 30% cbdv 2 cbg... beaucoup beaucoup moins chers que vos produits? Du coté du yunnan et si on va voir coté danemark houlala. Bo...

le 24/06/2021 à 10:43
Signaler
Si vous trouvez sur Alibaba discernement et savoir-être, foncez ! Pour votre information, il n'y a pas aujourd'hui de label "full-spectrum", et beaucoup d'acteurs vendent sur ce type de plateforme du distillat réalisé à partir de cannabinoïdes de sy...

le 24/06/2021 à 17:54
Signaler
Bonjour Monsieur, Oui j'ai trouvé discernement et savoir être sur cette plateforme (mon seul et unique achat a l'heure actuelle dessus) et je ne regrette pas d'avoir foncé.. Je me doutais un peu qu'il n'y avait pas de label full-spectrum, il suffi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.