Nowave, l'anti-Netflix à la française a fait le buzz à Cannes

 |  | 477 mots
Lecture 2 min.
Bérengère Dastarac, fondatrice de la startup Nowave, et Benjamin Böhle-Roitelet de Ekito.
Bérengère Dastarac, fondatrice de la startup Nowave, et Benjamin Böhle-Roitelet de Ekito. (Crédits : Eric Catarina)
Lancée à Toulouse par Bérengère Dastarac, la startup Nowave ambitionne de s'imposer sur le marché de la vidéo à la demande. Véritable anti-Netflix à la française, Nowave proposera à partir du 30 juin une sélection de films d'auteurs peu connus du grand public. Présenté pendant le festival de Cannes, ce modèle économique original semble avoir séduit les professionnels du cinéma. Entretien.

Vous étiez au festival de Cannes récemment. Pourquoi ?

J'y suis allée quatre jours avec Benjamin Böhle-Roitelet de Ekito (qui héberge Nowave, NDLR) pour rencontrer des vendeurs et des distributeurs français qui nous connaissent encore peu. L'accueil a été très bon de la part des professionnels et de la presse spécialisée. Cet engouement était inattendu. On nous a dit que nous étions la surprise du marché alors que Netflix et Amazon étaient attendus. Notre plateforme innovante a intéressé les professionnels. Nous avions déjà signé des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :