Launchpad week : pourquoi Google vient former les startups toulousaines

 |   |  986  mots
(Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Google organise pour la première fois à Toulouse une Launchpad Week. Depuis lundi, 12 startups pré-sélectionnées participent à une semaine de formation intensive dans les locaux de Toulouse Métropole, le tout sous la direction d'employés de Google et de mentors régionaux. Pourquoi le géant du web, dont le siège français est à Paris, vient-il coacher des startups toulousaines ? Éléments de réponse avec Martin Görner, responsable des relations développeurs en Europe de Google.

Comment sont nées les "launchpad week" organisées par Google en France ?

Il faut se souvenir que Google était une startup il n'y a pas si longtemps. Une startup qui est née dans un environnement extrêmement propice à l'émulation, dynamique et prolifique qu'est la Silicon Valley. Un lieu où les entrepreneurs qui ont déjà de l'expérience et les nouveaux startuppers se rencontrent, partagent, créent des méthodologies. Nous avions donc la volonté de recréer cette dynamique un peu partout dans le monde.

Lire aussi : Google offre une semaine de coaching à 12 startups toulousaines

Quand a eu lieu la première session ?

Concrètement, cela a démarré à Tel Aviv, qui dispose d'un écosystème très dynamique, c'était il y a environ 2 ans. Nous avons établi là-bas un format, une méthodologie, un discours à tenir aux startups. À la fin de la semaine, elles nous ont dit que c'était très utile pour elles, qu'elles étaient enthousiastes. À partir de là, on a exporté le format un peu partout. La launchpad week de Toulouse était la quatrième en France, nous sommes passés par Bordeaux et il y en a eu deux à Paris. Il y a trois semaines, c'était à Djakarta en Indonésie, et nous en avons fait plusieurs...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :