Véhicule électrique : MobilyGreen et la Socamil s’associent

 |   |  498  mots
L'entreprise toulousaine décroche son premier gros contrat.
L'entreprise toulousaine décroche son premier gros contrat. (Crédits : Kasto /Fotolia)
Opérateur de mobilité électrique, la société toulousaine va installer et gérer 74 bornes de recharges doubles pour le compte de la Socamil à Castelnaudary (Aude). La centrale d’achat du groupe Leclerc en Occitanie y installe ses nouveaux locaux et une flotte de 180 véhicules électriques pour ses salariés.

C'est un contrat qui va la faire entrer dans la cour des grands. La société MobilyGreen, opérateur de mobilité électrique va installer et gérer 74 bornes de recharges doubles sur le nouveau site de la Socamil (Société coopérative d'approvisionnement Midi et Languedoc) basé à Castelnaudary (Aude). La centrale d'achat du groupe Leclerc en Occitanie, qui s'y installera courant 2020, a prévu de s'équiper d'une flotte de 180 véhicules électriques pour ses salariés.

Créé par Eric et Nathalie Colmar, deux anciens ingénieurs sensibilisés aux problématiques liées à l'environnement, MobilyGreen installe des bornes électriques publiques et privées depuis 2014. À ce jour, l'entreprise toulousaine a installé environ 300 points de recharge en France. Le contrat avec la centrale d'achat vient acter un tournant majeur pour la société.

"Avec la Socamil, nous renforçons notre positionnement entreprise. C'est un très gros contrat. Habituellement, une installation de bornes comprend entre trois et cinq recharges. Le marché est très concurrentiel, mais dès qu'il s'agit d'installer 20 ou 30 bornes, on entre dans d'autres problématiques techniques et il y a moins d'acteurs", explique Eric Colmar.

Les bornes de recharges doubles de 2 x 7 kilowatts installées sur le site de la Socamil pourront approvisionner 148 véhicules simultanément. Pour éviter d'éventuelles perturbations sur le réseau électrique causés par la recharge simultanée des autos électriques MobilyGreen s'est associé à Schneider Electric pour mettre au point l'étude technique du projet.

Un projet géré de A à Z

Outre l'étude technique, MobilyGreen s'occupera de la maintenance de ces recharges par le biais d'une offre de supervision à distance.

"Nous vendons de l'exploitation et de la supervision. Toutes les bornes seront reliées par Internet à notre back office. Nous pouvons contrôler directement la recharge et voir s'il y a un problème. L'intérêt pour la Socamil, c'est aussi une supervision en temps réelle. Cela leur permet d'avoir une visibilité sur l'historique des charges de leurs salariés", note le co-fondateur de MobilyGreen.

L'entreprise qui en 2018 faisait un chiffre d'affaires de 270 000 euros espère le tripler pour l'année 2019. Un développement qu'elle entend faire en s'appuyant sur "MobilyPass", l'offre de distribution d'énergie qu'elle a mis au point. Cette carte de recharge et de paiement que MobilyGreen propose pour alimenter les voitures électriques donne accès à 45 000 bornes en Europe.

"Cette activité d'opérateur est aussi ce qui a plu à la Socamil. Le secteur de l'accès à la recharge n'est pas du défriché. Il n'y a pas de modèle économique dans ce domaine. Pour que tous les conducteurs de véhicules électriques puissent se recharger n'importe où, les paiements ne se font pas par carte bleue. Il faut être abonné à un opérateur de mobilité. Nous, notre positionnement est simple, nous signons des contrats de roaming avec tous les opérateurs. En France, notre carte donne accès à la totalité des bornes publiques et à 80% du parc européen", avance Eric Colmar

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :