Axible se paie le luxe de travailler avec Louis Vuitton

 |   |  853  mots
Le leader de la maroquinerie de luxe a mis en vente un traqueur, fabriqué par Axible, destiné à géolocaliser les bagages.
Le leader de la maroquinerie de luxe a mis en vente un traqueur, fabriqué par Axible, destiné à géolocaliser les bagages. (Crédits : Reuters)
Lorsque l’on voyage en avion, il n’y rien de pire que d’égarer son bagage. Pour éviter cette mésaventure à ses clients, Louis Vuitton a mis en vente, depuis près d'un mois, un traqueur qui permet de géolocaliser sa valise. Pour la fabrication de cet objet, le leader de la maroquinerie de luxe, s’est associé à Axible une startup toulousaine spécialisée dans le développement d’objets connectés.

"Voyagez l'esprit tranquille avec les bagages connectés", est la nouvelle promesse de Louis Vuitton. Cette sérénité la marque de luxe la garantit à l'aide du "Louis Vuitton Echo", un traqueur pour les bagages de la gamme Horizon (50, 55 et 70). Cette nouvelle technologie est désormais possible grâce à un service de géolocalisation fourni par l'opérateur de réseau Sigfox ; mais surtout grâce au développement et à la fabrication par Axible, une stratup toulousaine spécialisée dans les objets connectés de bas débit.

Louis Vuitton Echo

Le traqueur "Echo" est compatible avec les valises de la gamme Horizon de la marque. (Crédits : Axible)

Ce petit boîtier noir, d'à peine dix centimètres, permet au voyageur de suivre la localisation de sa valise dans les grands aéroports internationaux, couverts par le réseau Sigfox. "Le traqueur est placé sous la bande élastique prévue à cet effet, dans les valises de la gamme Horizon", explique Cédric Rosemont, directeur général d'Axible. Une fois installé et allumé le propriétaire du boîtier et du bagage, reçoit sur son smartphone une notification lors de l'atterrissage de son vol lui indiquant l'arrivée à bon port ou pas de sa valise.

"Par exemple, si je pars de Toulouse en direction de Las Vegas, à bord d'un vol avec deux correspondances, une à Paris et une à Minneapolis, je serai alerté si mon bagage ne me suit pas lors de ces deux escales et pourrais prévenir la compagnie pour qu'elle le réachemine vers moi. Bien sûr, les notifications fonctionnent aussi lorsque la valise arrive à bon port. Echo est également équipé d'un capteur photosensible qui réagit et informe lors de l'ouverture du bagage", affirme Cédric Rosemont

Toutes ces données sont disponibles depuis l'application Louis Vuitton Pass sur Android et iOS, via l'onglet "mes objets connectés", à condition de scanner le QR code (au verso du capteur) pour établir la connexion. Le petit boîtier dispose d'une autonomie de batterie de 6 mois pour un rythme de 4 vols par mois, suite à quoi il se recharge avec un câble USB fourni.

Un outil qui s'adapte aux normes de radiofréquence

La réelle innovation de cet objet réside dans sa composition. "Nos équipes de docteurs et ingénieurs ont travaillé sur le développement de plusieurs innovations technologiques pour ce traqueur", assure le CEO d'Axible. "À l'intérieur de celui-ci il y a plusieurs composants qui permettent d'obtenir le premier produit connecté capable de fonctionner à l'international", ajoute-t-il.

"Le traqueur est composé d'un capteur qui détecte les mouvements de l'avion : les accélérations et la variation atmosphérique dans la cabine de façon à savoir si l'on est en phase de décollage ou d'atterrissage. De plus, nous avons ajouté une antenne de radiocommunication capable de s'adapter à chaque fréquence détectée, de sorte à ne jamais perdre la trace du bagage", explique Cédric Rosemont, ancien ingénieur chez Airbus.

Cela a été possible grâce à l'étroite collaboration avec l'entreprise, Sigfox, spécialisée dans les réseaux de communication, qui développe le service Monarch, qui permet de reconnaître et de s'adapter aux radiofréquences locales. Ce service est disponible et soutenu par près de 120 aéroports internationaux (France, Etats-Unis, Espagne, Italie, Japon, Taiwan, Grande-Bretagne, Pays-Bas...etc.) d'où la capacité du traqueur Louis Vuitton à pourvoir géolocaliser le bagage à travers les aéroports.

Pour être conforme aux règles internationales de sécurité aérienne, l'appareil est pourvu d'un mode avion automatique qui empêche la transmission de données lors des vols.

Une opportunité pour la startup toulousaine

Ce petit bijou de la technologie est vendu au prix de 250 euros pièce. La marque de luxe souhaite à travers lui se tourner vers le numérique et les objets connectés. "Beaucoup d'entreprises du monde du bagage, comme Delsey ou encore Samsonite, se sont orientées vers les bagages connectés. Je pense que Louis Vuitton ne voulait pas se faire disrupter par des concurrents qui développent du digital sur leurs produits", avance le DG d'Axible.

Cette collaboration avec le géant de la maroquinerie de luxe est une véritable opportunité de développement financier pour la petite startup toulousaine.

"C'est est en train de nous ouvrir énormément de portes, nous avons l'impression de passer du statut de startup à celui de PME. Avant d'être définitivement choisis par Louis Vuitton pour la fabrication, nous avons été mis en concurrence avec de très grands noms du marché de l'électronique tels que Lacroix ou encore Éolane qui sont des entreprises d'une envergure 10 à 100 fois supérieure à la nôtre. Nos innovations technologiques et notre agilité ont joué en notre faveur", se félicite Cédric Rosemont.

Désormais, le jeune chef d'entreprise ambitionne pour Axible de "devenir leader des solutions connectées" : "Pour atteindre un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros en 2020, nous allons opérer une levée de fonds de 3 et 5 millions d'euros afin d'étoffer notre orientation commerciale et notre développement de produits autour de la géolocalisation".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :