Un bus mobile à travers le Comminges pour lutter contre la fracture numérique

 |   |  364  mots
À partir de janvier, un minibus va parcourir les communes rurales de Haute-Garonne pour essayer de réduire la fracture numérique.
À partir de janvier, un minibus va parcourir les communes rurales de Haute-Garonne pour essayer de réduire la fracture numérique. (Crédits : DR)
Ancien conseiller municipal d'une petite commune rurale de Haute-Garonne et professeur d'informatique, Christian Farcy veut sillonner le Comminges pour former les habitants au numérique. Le bus mobile aura également pour vocation de fournir de la veille technologique aux entreprises

"La fracture numérique a changé de visage. Il y a une dizaine d'années, j'ai monté une association pour former les personnes âgées à utiliser Internet. C'était surtout pour qu'elles restent en contact avec leur famille. Mais aujourd'hui, les principaux services administratifs sont dématérialisés : impôts, Urssaf... Il y a des gens qui sont complètement perdus, même parmi les élus locaux !", observe Christian Farcy. Ce professeur d'informatique de 54 ans a été conseiller municipal de la toute petite commune de Lourde (90 habitants) nichée au pied des Pyrénées dans le Comminges. Son métier et son expérience municipale lui ont donné l'idée de sillonner à bord d'un minibus cette zone rurale de la Haute-Garonne pour essayer de réduire cette fracture numérique.

"Le projet doit commencer en janvier prochain. L'idée est de parcourir un territoire allant de Bagnères-de-Luchon à Saint-Gaudens avec un minibus. À l'intérieur, il y aura une imprimante 3D, une machine de découpe laser. Le bus restera un à deux jours sur place. Les mairies qui le souhaitent mettront à disposition une salle municipale pour que nous donnions des modules de formation de quelques heures aux habitants afin de les...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2017 à 20:06 :
C’est une bonne initiative mais l’apprentissage de l’informatique est quand même complexe et les risques existent sur le web
D’autant que les autorités du numériques sont entrain de créer un climat où les utilisateurs à long terme seront dépendants de ce système .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :