Dans les Pyrénées, la lutte contre le changement climatique se veut transversale

 |  | 555 mots
Lecture 3 min.
La France, l'Espagne et l'Andorre s'associent dans la lutte contre le changement climatique.
La France, l'Espagne et l'Andorre s'associent dans la lutte contre le changement climatique. (Crédits : DR)
L'Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique (OPCC), structure transfrontalière, lance Adapyr, un nouveau projet de lutte contre ce phénomène. Le but est d'inciter les pouvoirs publics locaux, les secteurs économiques et plus largement les citoyens à s'investir davantage dans la lutte contre le changement climatique. Avec une première présentation, jeudi 9 juillet, lors d'une rencontre virtuelle à destination du grand public. Explications.

Mettre en place une "stratégie pyrénéenne" globale dans la lutte contre le changement climatique, c'est le but d'Adapyr. Ce projet lancé par l'Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique (OPCC) a été présenté jeudi 9 juillet lors d'une réunion virtuelle et s'inscrit dans la continuité des travaux de cet observatoire international et transfrontalier.

Structure intégrée au fond européen POCTFEA (programme interrégional France-Espagne-Andorre qui met en avant des projets coopératifs entre les trois États), l'OPCC a été crée en 2010. Depuis, il a mis en lumière des données alarmantes sur l'impact du changement climatique dans la région, comme la disparition de 50% des glaciers pyrénéens au cours des 35 dernières années.

Avec Adapyr, l'OPCC entend développer la prise de conscience des Pyrénéens sur la préservation de leur environnement. Car si le projet porte sur la question du climat, il étudie également l'impact du changement climatique sur tous les écosystèmes, qu'il s'agisse de la faune, de la flore, des forêts ou encore de l'eau.

"En montagne pyrénéenne, si on prend la période allant de 1950 à 2015, le réchauffement climatique est de 1,2 degrés et c'est une moyenne. Cela ne touche pas uniquement les habitants des montagnes. Il faut comprendre que les Pyrénées sont un écosystème essentiel, pourvoyeur de services majeurs comme l'eau pour toute la région, même pour les gens qui vivent en ville", explique Eva Garcia Balaguer, géographe et coordinatrice de l'OPCC.

Lire aussi : Environnement : le Domaine Tariquet veut "proposer un vin exemplaire"

Aménager le territoire autrement

Pour arriver à diffuser plus largement le projet Adapyr, l'OPCC souhaite établir des connexions entre travaux de scientifiques, autorités locales et acteurs du secteur économique. Car dans plusieurs domaines, le changement climatique a déjà des conséquences très directes.

"Concrètement c'est le cas dans l'agriculture, notamment avec la monoculture qui augmente les risques d'incendies en cas de sécheresse ou dans le secteur du tourisme. Aujourd'hui, on fait venir de la neige artificielle car les journées skiables diminuent. Ce n'est pas une pratique soutenable car les ressources hydriques vont être touchées et ce n'est pas non plus une solution efficace d'un point de vue énergétique", note la coordinatrice de l'OPCC.

Pour lutter contre le changement climatique, Adapyr entend donc jouer la carte de la synergie. L'idée : travailler directement avec les administrations locales des différents territoires pyrénéens et leur diffuser des outils et des méthodes coordonnées qui pourront être applicables à plusieurs échelles.

Adapyr cherche aussi à rendre plus accessible ses travaux au citoyen lambda avec la mise en place d'un geoportail accessible au grand public.

"Plusieurs expériences nous montrent comment agir pour gérer ces territoires. La réintroduction de l'élevage extensif avec le pâturage est un bon élément. En forêt, on a des conclusions intéressantes qui montre comment cette activité aide à la diminution des risques d'incendies. La fragmentation du paysage avec de la forêt, des cultures différentes, c'est aussi un aménagement du territoire qui aide à avoir un écosystème varié donc plus fort et qui favorise l'humidité", conclut Eva Garcia Balaguer.

Lire aussi : Environnement : l'économie symbiotique est-elle la solution ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :