Le groupe d'ingénierie toulousain Betem veut devenir une ETI

 |   |  397  mots
Vivian Peauger et Philippe Mercier © Hélène Ressayres
Vivian Peauger et Philippe Mercier © Hélène Ressayres (Crédits : HR)
Le bureau d’études indépendant, basé à Toulouse, poursuit sa stratégie de croissance externe pour se développer à l’international. Objectif ? Rentrer dans le Top 10 du secteur au niveau national et devenir une ETI dans les trois ans.

"Il y a quelques années, nous avons pris la décision de rayonner au-delà de Midi-Pyrénées et nous disposons aujourd'hui de 14 filiales et 13 implantations en France. Désormais, nous visons le monde", résume Vivian Peauger, le président directeur général et coactionnaire du groupe d'ingénierie immobilière Betem, avec Philippe Mercier.

Le groupe affiche en 2014 un chiffre d'affaires de 18,5 millions d'euros. Si son siège social est toujours toulousain, Betem a regroupé depuis un mois ses filiales parisiennes sur un site de 600 m2 à Vincennes. Il vient en effet d'acquérir Territorial Consultant, entreprise d'assistance à maîtrise d'ouvrage, et CFERM, spécialisée en ingénierie des réseaux de chaleur.

Avec ces acquisitions, Betem vise 3,8 millions d'euros de chiffre d'affaires en Île-de-France et 20 millions d'euros au global en 2015. Il compte poursuivre sa campagne de rachat en Île-de-France, mais aussi dans le Grand-Ouest, en Rhône-Alpes, dans le Nord Pas-de-Calais et l'extrême sud-est de la France.

"Nous recherchons des pépites, qui ont une forte valeur ajoutée dans des domaines dans lesquels nous ne sommes pas encore présents comme, par exemple, l'hospitalier ou les transports. Ainsi, nous élargissons nos compétences grâce à ces opérations de croissance externe et sommes en mesure de proposer une offre globale à nos clients", explique Philippe Mercier, le directeur général du groupe.

Intégrer le Top 10 du secteur

Le groupe, qui réalise 40 % de son chiffre d'affaires grâce aux marchés publics et 60 % dans le privé, souhaite en réalité atteindre la taille d'une ETI (500 salariés) et vise un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros dans les trois ans. "C'est uniquement à cette condition que nous serons suffisamment visibles à l'étranger. Nous y réalisons actuellement 4,5 % de nos bénéfices et comptons faire progresser cette part à 40 %", ambitionne Vivian Peauger.

Le groupe, qui se situe actuellement entre le 20e et le 40e rang des entreprises de son secteur en France, compte ainsi intégrer le cercle des dix premières. Après plusieurs marchés déjà réalisés au Canada ou en Chine, Betem vient de remporter une mission de maîtrise d'œuvre générale concernant les bureaux des ministères publics à Dakar. À Toulouse, le bureau d'études construit actuellement le bâtiment de bureaux Pierre Auger, dont la livraison est prévue dans six mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :