Stelia Aerospace s'offre un nouveau siège à Colomiers face à la montée des cadences

 |   |  500  mots
Stelia Aerospace a emménagé dans un bâtiment de 15 000 m2 à Colomiers.
Stelia Aerospace a emménagé dans un bâtiment de 15 000 m2 à Colomiers. (Crédits : Stelia Aerospace)
Le spécialiste toulousain des aérostructures et des sièges d'avions a inauguré jeudi 13 septembre son nouveau siège social. Le bâtiment est doté de nombreux services connectés et accueillera 900 personnes. Pour Cédric Gautier, président de Stelia Aerospace, ces bureaux flambants neufs doivent permettre de faire face à la montée des cadences sur l'A320neo et l'A350 et séduire des compagnies aériennes asiatiques.

Stelia Aerospace a son nouveau vaisseau amiral. Le fabricant d'aérostructures et de sièges d'avions a inauguré jeudi 13 septembre le Sky Park, un bâtiment de 15 000 m2 et six étages situé dans la zone aéronautique de Colomiers. Ce nouveau siège regroupe la direction, les bureaux d'études, les directions des programmes ainsi que les fonctions support de l'ensemble du groupe, jusqu'ici dispatchés sur trois sites. Au total, 900 personnes (600 salariés de Stelia et 300 collaborateurs de ses partenaires) y ont pris leurs quartiers.

"Ces nouveaux locaux façonnent une image de marque qui est très importante commercialement"

Le bâtiment est équipé de technologies innovantes : "Toutes les salles de réunion sont équipées d'écrans et de caméras et six salles de collaboration avancées d'écrans tactiles connectés. Les réservations de salles se font sur des roompad digitaux ou via des écrans interactifs localisés dans tout le bâtiment, qui permettent de géolocaliser les salles, connaître leur disponibilité et le plus court chemin pour s'y rendre", décrit Stelia.

Des locaux flambant neufs pour quoi faire ?

"En premier lieu, il s'agit d'un outil de travail plus moderne qui peut nous permettre de gagner en efficience face à la montée en cadence sur certains programmes. Ensuite, ces nouveaux locaux façonnent une image de marque qui est très importante commercialement. Par exemple, nous essayons de décrocher de nouveaux contrats avec des compagnies aériennes du sud-est de l'Asie et dans leur pays les sièges sont impressionnants", explique Cédric Gautier, le président de Stelia Aerospace.

cedric gautier

Cédric Gautier, président de Stelia Aerospace (Crédit : Rémi Benoit).

Montée des cadences et maintenance prédictive des sièges

L'entreprise qui compte plus de 7000 collaborateurs à travers le monde (elle dispose notamment d'usines en Tunisie et au Maroc) réalise près de 90% de son chiffre d'affaires sur la partie aérostructures. Elle produit la partie avant sur tous les programmes d'Airbus. L'avionneur européen qui a décidé d'augmenter les cadences sur l'A320neo et l'A350. Stelia Aerospace travaille aussi avec le Canadien Bombardier sur la partie fuselage de l'avion d'affaires Global 7000. Les 10% restants de son activité sont consacrés à la confection de sièges First et Business class des compagnies aériennes. "Nous avons notamment signé un contrat avec Singapour Airlines", cite le président.

Stelia Aerospace a réalisé 2,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2017, qui est consacré à 15% pour de la R&D.

"Nous travaillons notamment sur de la maintenance prédictive pour mieux anticiper les pannes au niveau des sièges première classe. Imaginez vous payez 15 000 euros votre billet d'avion, il est impensable de ne pas pouvoir incliner en position lit votre siège. Nous testons également des systèmes pour surveiller l'état physiologique du passager et du pilote", décrit Cédric Gautier.

Stelia Aerospace estime qu'elle va embaucher 70 personnes en 2018 et pourrait à nouveau recruter l'année prochaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :