Ces entreprises de Midi-Pyrénées qui réussissent à l'export

 |   |  623  mots
Les lauréats des trophées de l'export.
Les lauréats des trophées de l'export. (Crédits : Emmanuel Grimault)
Emblématiques de l'économie midi-pyrénéenne, les entreprises Jaulent Industrie, Plug In et Le Bonheur Est Dans Le Pot exportent avec succès des machines agricoles, des produits de haute-technologie et des plats cuisinés biologiques. Ce mardi midi, elles ont été récompensées lors des Trophées de l'export organisés par la Région Midi-Pyrénées à l'occasion du forum Destination International.

À l'occasion du 9e forum Destination International, organisé ce mardi 7 juin par la CCI Midi-Pyrénées à Toulouse pour promouvoir l'exportation, le Conseil régional a décerné trois trophées de l'export "pour valoriser les entreprises régionales qui développent une action de conquête des marchés à l'international." Cette année, les sociétés Jaulent Industrie, Plug In et Le Bonheur Est Dans Le Pot sont lauréates.

Jaulent Industrie, l'artisan des machines agricoles

Créé en 1976 à Montauban, Jaulent Industrie conçoit et fabrique des machines agricoles, particulièrement pour la plasticulture, le maraîchage et les pépinières. Régulièrement récompensée pour ses innovations depuis sa création, l'entreprise a déposé plus de 20 brevets à ce jour. Une expertise qui permet au lauréat du prix "TPE artisanale" d'exporter aujourd'hui dans 40 pays, soit 42 % de son activité actuellement (400 000 euros en 2014).

"Quand on commence, comme je l'ai fait, avec peu de moyens, ce prix est une reconnaissance. Cela va renforcer notre image auprès de nos clients, se satisfait Gérard Jaulent, le fondateur. Les 10 000 euros de récompense vont aussi nous aider à financer la mise en place d'une machine très complexe et à prospecter à l'étranger, notamment à Cuba."

Plug In, le leader du vide en Europe

Spécialisé dans la connectique hermétique, Plug In a été fondée en 1999 à Roquecourbe, près de Castres. Ses produits de haute technologie sont destinés à de nombreux secteurs dont le nucléaire, l'aéronautique et le spatial. Plug In compte par exemple l'Esa et le Cnes parmi ses clients historiques.

Lauréate du trophée "Entreprise expérimentée", Plug In réalise entre 50 et 80 % de son chiffre d'affaires à l'exportation (1,4 million d'euros en 2014).

"Nous sommes leaders sur le marché européen et nous sommes en exclusivité avec Israël et la Turquie, se satisfait Christian Maini, le gérant de Plug In. Notre catalogue pays est en croissance régulière."

Présente en Inde "et en Chine, via un distributeur, pour ne pas perdre notre technologie", la société tarnaise a fait une croix sur les États-Unis : "À moins d'y monter une entité sur place, on ne pourra jamais y aller. Le marché est trop protégé pour les entreprises américaines." En revanche, Christian Maini étudie avec intérêt les possibilités sur le marché brésilien. Le prix et sa dotation de 10 000 euros lui permettront de financer un voyage pour y démarcher de nouveaux clients.

Le Bonheur Est Dans Le Pot veut s'enraciner aux États-Unis

Lauréate du trophée "Primo-exportateur", Le Bonheur Est Dans Le Pot est spécialisée dans la préparation de plats cuisinés biologiques. Fondée il y a 15 ans à Revel, la société, dirigée par Karine et Jeff Marie, réalise un chiffre d'affaires de 2,5 millions d'euros en France. Depuis plus d'un an, elle s'est tournée vers l'étranger et mène actuellement un projet d'exportation en Amérique du nord, où les produits biologiques suscitent un engouement croissant des consommateurs.

"Aux États-Unis, la croissance dans ce domaine est de 14 % par an, décrit Karine Marie. Ils partent de loin, mais il y a une prise de conscience des consommateurs. Il y a un coup à jouer."

Cette année, l'exportation devrait représenter un chiffre d'affaires de 350 000 euros pour la société, qui ne compte pas s'arrêter là.

"Nous allons créer une filiale, sûrement à New York, pour faciliter les relations avec nos clients américains, annonce la cogérante. Le trophée et sa dotation de 10 000 euros vont nous aider à poursuivre nos efforts là-bas. Nous nous y rendons régulièrement mais il nous faut un relais commercial permanent. C'est un encouragement."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :