Covid-19 : le parfumeur toulousain Berdoues lance la production de gel hydroalcoolique

 |   |  695  mots
Pour faire face à la pandémie de covid-19, le groupe toulousain Berdoues se lance dans la production de gel hydroalcoolique pour le CHU de Toulouse.
Pour faire face à la pandémie de covid-19, le groupe toulousain Berdoues se lance dans la production de gel hydroalcoolique pour le CHU de Toulouse. (Crédits : DR)
Afin de prendre sa part dans la lutte contre la pandémie de covid-19, l'industriel cosmétique toulousain Berdoues se lance dans la production de gel hydroalcoolique. En partenariat avec le CHU de Toulouse, qui coordonne les besoins, la PME familiale produit chaque jour 4 000 flacons destinés au personnel soignant, avant une montée en puissance progressive. Les précisions avec la PDG du groupe, Sophie Berdoues.

Habituellement, ce ne sont pas moins de cinq millions de flacons de parfums et cosmétiques qui sortent chaque année de son site industriel à Cugnaux (Haute-Garonne), non loin de Toulouse. Mais depuis le vendredi 20 mars, ce sont de nouveaux contenus qui sont conçus au sein de l'entreprise familiale Berdoues, fondée en 1902. Les parfums et cosmétiques ont lancé leur place au gel hydroalcoolique.

Lire aussi : Parfum et cosmétique : le groupe toulousain Berdoues séduit à l'international

"Grâce à un important travail de notre syndicat, la FEBEA, nous avons obtenu auprès du gouvernement le 13 mars une dérogation pour que l'industrie cosmétique puisse produire dès maintenant du gel hydroalcoolique", confie Sophie Berdoues, la dirigeante de l'entreprise qui se veut volontaire et solidaire dans la lutte contre la pandémie de covid-19.

Une fois cette autorisation administrative obtenue, une réunion avec les équipes du CHU de Toulouse s'est tenue le 19 mars pour tenter d'établir un carnet de commandes. "Les équipes du CHU de Toulouse et nos équipes sont en train d'évaluer les besoins de tous les hôpitaux de la région, mais aussi des cliniques", précise la dirigeante.

Un risque de pénurie de matière première

Néanmoins, sans plus attendre, dès le lendemain, la production a pu être lancée sur le site toulousain du parfumeur toulousain, en capacité de produire deux tonnes de gel hydroalcoolique par jour, soit l'équivalent de 4 000 flacons de 500 ml, avant une montée en puissance progressive à l'avenir. Une production réservée exclusivement au personnel soignant, étant donné que ce sont les établissements de soins qui financent le coût de fabrication (aucune marge n'est réalisée par le groupe Berdoues).

"Nous avions en stock toutes les matières premières, à savoir la glycérine, l'alcool et un troisième élément très important qui est présent dans notre gamme Bondépil. Nous avons également réquisitionné en interne des flacons qui étaient prévus à une autre utilisation initialement", explique Sophie Berdoues.

L'entreprise, qui propose au quotidien plus de 200 parfums et cosmétiques à sa clientèle internationale, a fait le choix de produire uniquement la "recette" de gel hydroalcoolique validée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et non pas l'une de celles validées par le gouvernement français. Cependant, certains produits pourraient venir à manquer et remettre en cause l'initiative de l'industriel toulousain.

"Nous allons probablement augmenter notre capacité de production, s'il n'y a pas de manque d'éléments de la composition... Tout le week-end, la production a tourné à fond et la première livraison est partie dès cet après-midi (lundi 23 mars, ndlr). Mais ça commence à devenir très tendu, il y a un vrai risque de pénurie de matières premières. Il doit y avoir une prise de conscience des fournisseurs sur la nécessité de ces approvisionnements", s'inquiète la dirigeante.

L'eau de Cologne en substitut ?

Pour le moment, la production de ce nouveau produit monopolise cinq salariés de l'entreprise à la fabrication car une seule ligne de production est réservée au gel hydroalcoolique et une dizaine est consacrée au conditionnement. Par ailleurs, en ces temps de crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus, la production a totalement été réorientée vers des produits d'hygiène uniquement.

"Nous produisons aussi en ce moment des gels lavants, divers produits d'hygiène et notamment de l'eau de Cologne. Il faut savoir que cette dernière, grâce à sa forte concentration d'alcool comme le gel hydroalcoolique, peut être un substitut à ce produit pour l'hygiène des mains", précise Sophie Berdoues.

Berdoues

Le groupe Berdoues assure que l'eau de Cologne peut remplacer le gel hydroalcoolique grâce à sa forte contenance en alcool (Crédits : groupe Berdoues).

Si la dirigeante a pu adapter son offre aux besoins de la crise, c'est grâce à ses 85 salariés, et surtout, elle tient à le souligner, "grâce à leur courage de venir travailler dans ce climat anxiogène, car sans eux rien n'aurait été possible".

Lire aussi : Covid-19 : plus de huit entreprises sur dix touchées à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2020 à 19:17 :
Très belle initiative de ce groupe et qui en plus a pu aboutir félicitations à sa dirigeante et à son personnel
a écrit le 24/03/2020 à 13:35 :
Bonjour, Depuis ce matin je lis des nouvelles motivantes sur la capacité de nos entreprises et surtout des humains qui les composent à se mobiliser et proposer des solutions pour faire face. Certes, nous avons encore beaucoup de peine et difficultés devant nous.
Cependant, dans notre pays, il flotte ce parfum de résilience qui amène ces notes de cœur et de fond dans la durée. Un très grand merci à toutes les entreprises, soignants et aux humains qui prennent action.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :