Easy Tri, "entreprise emblématique de l'économie de demain" selon la secrétaire d'Etat en charge de la transition écologique

 |   |  706  mots
À gauche, les deux membres du gouvernement découvrent le processus de traitement des déchets développé par Easy Tri.
À gauche, les deux membres du gouvernement découvrent le processus de traitement des déchets développé par Easy Tri. (Crédits : Pierrick Merlet)
La secrétaire d’État en charge de la transition écologique, Brune Poirson, et le secrétaire d’État du numérique, Mounir Mahjoubi, ont visité jeudi 21 décembre l'entreprise toulousaine Easy Tri. Cette dernière, spécialisée dans le recyclage des déchets de bureau, compte sur la législation pour poursuivre son développement économique. Objectif : 1 million d'euros de chiffres d'affaires en 2019.

Seulement un quart des entreprises françaises recyclent leurs déchets de bureau aujourd'hui. Par conséquent, un décret d'août 2015 inscrit dans la loi sur la transition écologique pour une croissance verte, va obliger dès le 1er janvier 2018 les entreprises de plus de 20 salariés à recycler leurs déchets de bureau (bois, carton, papier, métal et plastique, ndlr). La législation va donc devenir plus contraignante, car jusqu'à présent seules les administrations publiques et les entreprises de plus de 50 personnes y étaient obligées depuis le début de l'année 2017.

Brune Poirson en visite à Easy Tri

Sandrine Queyroi (à gauche), a présenté les différents outils de collecte installés dans les entreprises à Mounir Mahjoubi (au centre de la photo) et Brune Poirson (en rouge). / Pierrick Merlet

L'entreprise toulousaine Easy Tri, créée en 2009, compte bien profiter de cette nouvelle loi pour développer ses activités. La société, spécialisée dans le recyclage du déchet de bureau, vise un chiffre d'affaires de 1 million d'euros dès 2019, après avoir atteint les 650 000 euros fin 2016. Preuve de la forte demande sur ce marché, Easy Tri est devenue rentable dès sa seconde année d'activité et dispose aujourd'hui de 400 clients dans l'agglomération toulousaine.

"Nous collectons en moyenne 900 tonnes de déchets par an et cette donnée ne cesse de croitre. Au quotidien, nos équipes ramassent environ 2 tonnes de papier par jour. Mais nous collectons 14 autres matières également", précise Sandrine Queyrol, la fondatrice de l'entreprise qui compte 16 salariés.

Les cheveux coupés chez le coiffeur bientôt collectés ?

Brune Poirson, secrétaire d'État en charge de la transition écologique et Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État en charge du numérique, ont donc visité les locaux de cette entreprise toulousaine en plein essor jeudi 21 décembre. Pour preuve, la dirigeante a dupliqué son modèle d'entreprise en franchise ces trois dernières années. Ainsi, les villes de Nice, Brive, Nantes et la plus récente, Bordeaux, ont accueilli une franchise Easy Tri. Mais Sandrine Queyrol veut désormais se concentrer sur l'innovation et sur la captation de nouveaux marchés, plutôt que le développement de son réseau.

"On veut se positionner sur d'autres marchés de niche. Nous travaillons notamment sur la question de la collecte et de la récupération des cheveux chez les coiffeurs. Nous allons également nous développer autour des bio déchets dans les restaurants de tout type. C'est un marché très porteur. À ce sujet, nous avons signé un contrat avec le Département de la Haute-Garonne pour récolter deux fois par semaine dans les 62 collèges du département tous les bio déchets de leurs cantines dès février 2018. Ce contrat va engendrer l'embauche de trois salariés", se félicite l'entrepreneuse.

Pour pousser la démarche éco-responsable jusqu'au bout, Easy Tri a équipé tous ses commerciaux d'une voiture électrique et dispose également d'un camion de collecte électrique avec une capacité de 4,2 m3. Et Sandrine Queyrol précise que dès que le marché de l'automobile proposera des véhicules avec une plus grande capacité de cargaison, ses équipes de collecte utiliseront des véhicules propres.

 "Easy Tri, emblème de l'économie de demain"

Durant la visite, Brune Poirsson s'est montrée admirative devant le modèle développé par la cheffe d'entreprise, avant même d'applaudir cette dernière une fois la présentation de son business terminée.

"Vous êtes très emblématique de ce qu'on souhaite développer en France. Le déchet est une ressource qui permet de créer de nouvelles filières et de nouveaux emplois. L'État doit faire en sorte que ce genre d'initiatives soit dupliqué sur tout notre territoire. Easy Tri est un emblème de l'économie de demain et c'est pour cette raison que j'ai tenu à me rendre sur place", a expliqué la secrétaire d'État à l'issue de la visite.

À cette occasion, Brune Poirson a rappelé les objectifs fixés par le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, en matière de déchet : 100 % des plastiques recyclés et la réduction de 50 % de la mise en décharge, en 2025.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :