Les Prix Marco Polo récompensent la coopération étudiant-entreprise sur des missions d’export

Depuis près de 20 ans, les Prix Export Marco Polo récompensent un binôme entreprise-étudiant pour l’aboutissement d’une mission d’export à l’international. Organisé par le Comité Occitanie des Conseillers du Commerce Extérieur et la Région Occitanie, ce concours vise à accompagner, favoriser et stimuler le tissu économique local sur la conquête de marchés étrangers en profitant du talent des jeunes de la région. Pour son édition 2017, trois entreprises ont été récompensées.

4 mn

Trois binômes entreprise-étudiant ont été récompensés pour cette édition 2017 des Prix Export Marco Polo.
Trois binômes entreprise-étudiant ont été récompensés pour cette édition 2017 des Prix Export Marco Polo. (Crédits : DR)

Cela ressemble à un pari fou, pourtant la réussite est au rendez-vous. Proposer à un étudiant en commerce international de la région Occitanie un binôme avec une entreprise du territoire afin d'y réaliser une mission d'export, voilà à quoi s'apparente les Prix Export Marco Polo, organisés depuis 1998 par le Comité Occitanie des conseillers du commerce extérieur français (CCEF).

"C'est une initiative qui permet de stimuler le tissu économique via le commerce international, un des plus importants leviers de croissance économique aujourd'hui pour nos entreprises. Ces dernières profitent ainsi du talent de nombreux jeunes présents dans notre région Occitanie. La participation à ce concours débouche souvent sur des insertions professionnelles pour ces jeunes et des implantations sur la scène internationale pour les entreprises", explique Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique, de la recherche, de l'innovation et de l'enseignement supérieur.

L'élue a notamment rappelé que la Région Occitanie est la seule région en France à disposer d'une balance commerciale excédentaire, "en grande partie grâce à l'industrie aéronautique". Un vrai atout quand on sait que celle de la France était déficitaire fin 2016 de 48,1 milliards d'euros selon les Douanes. C'est un constat alarmant pour Marc Brouant, le président du Comité Occitanie du CCEF, qui appelle "à développer le commerce international de la France, notamment en étant capable d'adapter son produit à la demande du client, point primordial dans l'export".

C'est en partie pour cette raison que les Prix Export Marco Polo existent : développer et soutenir le commerce international français. Ainsi, lors de la remise des prix pour l'édition 2017 qui s'est déroulée lundi 11 décembre à l'hôtel de Région de Toulouse, trois binômes entreprise-étudiant ont été récompensés au même niveau, aucun classement n'étant décidé pour ce prix.

Direction le Japon, le Royaume-Uni et le Mexique

L'entreprise toulousaine Syntoni GNSS a été récompensée pour sa mission de prospection au Japon réalisée en coopération avec Mathieu Memain, issu de la filière BTS Commerce international du Lycée Raymond Naves de Toulouse. Jusqu'à présent, l'entreprise qui a réalisé un chiffre d'affaires de 4 millions d'euros en 2016, dont 85 % à l'export, n'était pas présente au Japon.

"Le but de ma mission était de trouver un distributeur et des futurs clients dans ce pays pour le produit Subwave, qui permet de capter des signaux GPS sous terre, comme par exemple dans les métros. Cette innovation permet ainsi d'apporter plus de sécurité dans les métros en localisant la position d'équipes d'intervention sur les rails notamment", raconte Mathieu Memain, qui a réussi la mission qui lui a été demandé.

Autre lauréat du concours, l'entreprise montpelliéraine Bioviva Editions, qui développe et commercialise dans 15 pays des jeux de société éducatifs portant sur la nature et l'environnement depuis 1996. En binôme avec Grégory Caillol, qui a suivi un Master international business development strategies à l'IDRAC Business School de Montpellier, la société a effectué une mission de prospection au Royaume-Uni. Forte d'une croissance économique de 35 % depuis 4 ans, pour un chiffre d'affaires estimé à 3,5 millions d'euros fin 2017, veut se déployer dans les pays du Commonwealth et les Etats-Unis.

"Ma mission consistait à mieux connaître le marché intérieur britannique. J'ai alors effectué des relevés de prix dans les différents magasins, représenté l'entreprise sur des marchés professionnels et noué des premiers contacts avec des clients potentiels. Deux distributeurs anglais de jouets et des distributeurs scolaires sont intéressés par notre gamme de produit", ajoute Grégory Caillol.

Dernière entreprise récompensée, basée à Montégut (32), Erme développe depuis 1989 des machines destinées à la mécanisation de la culture de l'ail. Présente sur tous les continents, l'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 4,8 millions d'euros en 2016. Avec son binôme Paul Jouvet, qui a suivi un BTS Commerce international au Lycée Raymond Naves également, Erme veut s'implanter au Mexique. "Ma mission consistait à trouver un distributeur pour nos machines sur place, dans un pays qui regroupe 130 millions d'habitants avec un important marché autour de l'ail. Malheureusement, je n'ai toujours pas finalisé cette mission car deux tremblements de terre ont ravagé le Mexique peu de temps avant mon départ", raconte Paul Jouvet. Mais ce n'est que partie remise et l'entreprise compte bien mener la mission à son terme.

En récompense, ces trois entreprises lauréates des Prix Export Marco Polo ont reçu chacune un chèque de 10 000 euros afin d'amortir les frais en lien avec la mission, ainsi que la prise en charge des billets d'avion par la compagnie Air France.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.