Les dix écoles d'ingénieurs qui comptent pour la filière aéronautique et spatiale

 |   |  583  mots
L'isae, à Toulouse, bénéficie d'une très bonne cote dans le secteur
L'isae, à Toulouse, bénéficie d'une très bonne cote dans le secteur (Crédits : Isae/Aude Lemarchand)
Les besoins en recrutements de jeunes ingénieurs sont toujours importants. Voici une sélection des 10 meilleures écoles françaises dédiées au secteur aéronautique et spatial.

École de l'Air - Salon-de-Provence. L'école mythique qui forme les pilotes de l'armée de l'Air fête ses 80 ans cette année. Membre du groupe Isae, elle accueille et forme en permanence environ 500 élèves destinés à devenir officiers.

École nationale de l'aviation civile (Enac) - Toulouse. Depuis plus de soixante ans, cette école, qui regroupe 2 000 élèves, forme des pilotes, des contrôleurs aériens, des techniciens et des ingénieurs appelés à travailler dans les entreprises du secteur aérospatial et/ou en tant que fonctionnaires dans l'aviation civile.

ENSIL - École nationale supérieure d'ingénieurs de Limoges. Cette école ne s'adresse pas directement à l'aéronautique, mais elle délivre des diplômes dans les spécialités de la mécatronique, des matériaux et de l'électronique-télécommunication, qui peuvent intéresser les entreprises du secteur.

École nationale supérieure de mécanique et d'aérotechnique (ENSMA) - Poitiers. Cette école, installée depuis 1993 au sein du Futuroscope, forme plus particulièrement des ingénieurs dans les domaines de la mécanique des fluides, de l'aérodynamique, de la thermique et de la propulsion.
 Les laboratoires de l'ENSMA travaillent d'ailleurs en relation avec les grands organismes publics et privés de recherche, comme l'Onera.

ENSMM - École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques - Besançon. 78 % de la formation scientifique et technique est centrée sur l'ingénierie des systèmes mécaniques et mécatroniques, des microsystèmes et des microtechnologies. Autant de domaines très pointus recherchés par l'industrie aérospatiale : c'est l'un des premiers débouchés, avec 23 % des diplômés.

École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile (Estaca) - Levallois-Perret. Cette école est spécialisée dans les industries du transport, notamment aérien. Elle propose de spécialités très pointues, comme vibrations et acoustique, fluides et énergétique, systèmes embarqués et mécatronique.

Insa - Institut national des sciences appliquées. Cette structure regroupe six écoles d'ingénieurs, dont la principale est à Lyon. L'Insa fournit depuis longtemps des jeunes diplômés à l'industrie aéronautique. L'Insa est également présent à Toulouse.

IPSA - Institut polytechnique des sciences avancées - Ivry-sur-Seine. Moins célèbres que ses rivales toulousaines, l'IPSA commence à se faire une réputation dans le secteur, car l'aérospatial occupe une grande part de ses enseignements. 78 % des diplômés vont dans ce secteur. Elle accueille 18 % de femmes en première année et développe une formation adaptée aux managers.

Isae - Toulouse. L'Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace regroupe depuis 2007 les deux "stars" des écoles d'ingénieurs aéronautiques, Supaero et l'Ensica. Depuis la rentrée 2015, l'Ensica disparaît au profit d'un seul cursus baptisé Isae-Supaero. L'Isae bénéficie d'une très bonne cote dans le secteur, mais sa féminisation reste à faire : la part des femmes en première année atteint en effet péniblement 11 %.

Supmeca - Saint-Ouen. Spécialisée dans le génie mécanique, l'ingénierie numérique, les systèmes industriels et les transports, cette école forme avant tout des ingénieurs polyvalents. Avec une part de 52 %, l'aéronautique est de loin le premier débouché de Supmeca, devant l'énergie et l'automobile.

Et, bien sûr, les grandes "généralistes" :

Polytechnique, Mines-Paris Tech, Centrale, Arts et métiers, qui forment le vivier des hauts dirigeants du secteur aérospatial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2017 à 18:38 :
salut bonsoir, je suis etudiant en troisième année d'Informatique de Gestion option Genie Logiciel et Programmation.. et je suis Béninois j'ai 20ans
j'aimerais savoir les conditions d'entrée à L'ISAE-SUPAERO
a écrit le 10/08/2017 à 13:35 :
Salut je suis eleve promue en classe de premiere scientifique au Cameroun et je souhaiterai apres mon bac faire mes etudes a l'Estaca . Pouvez vous me confirmer que ma requette est possible ?
a écrit le 11/07/2017 à 13:07 :
j'ai une licence en mathématiques et j'aimerais entrer dans une école d'aéronautique
a écrit le 26/10/2016 à 22:32 :
juste pour savoir , l'ENAC de Toulouse n'accepte pas les etudiants africains qui étudient en ce moment sur le territoire francais ?
Réponse de le 16/05/2017 à 9:10 :
Salut ...a tous je suis élevé en Tle au Cameroun près a obtenir son bac souhaite étudier a l'ENAC....c'est possible??
Réponse de le 16/05/2017 à 9:10 :
Salut ...a tous je suis élevé en Tle au Cameroun près a obtenir son bac souhaite étudier a l'ENAC....c'est possible??
a écrit le 07/04/2016 à 20:20 :
Meilleur possibiliter pour un étudiant étranger pour accéder une des école et la moin chère si possibles cordialement
a écrit le 06/07/2015 à 20:57 :
Bonjour , je suis Malek Hamiti je veux savoir es que ils accepté les étudiants étranger notament ENSMA , Merci .
a écrit le 20/06/2015 à 16:56 :
Il est important de noter que les écoles spécialisées forment également les dirigeants du secteur.
Par exemple :

_L'IPSA (Institut polytechnique des sciences avancées) a formé Monsieur Philippe Harache, ancien Vice-Président d'Eurocopter (aujourd'hui Airbus Helicopter)

_L'ENAC (École nationale de l'aviation civile) a diplômé Monsieur Franck Goldnadel, Directeur de l'aéroport de Paris CDG, Monsieur Paul-Louis Arslanian, ancien Directeur du BEA (Bureau d'Enquête et d'Analyse), ou encore Monsieur David Gégot, Directeur France d'Air Canada


Pour ne citer que quelques noms.
a écrit le 17/06/2015 à 20:20 :
Quelques précisions concernant le Groupe ISAE :
- l'ENSMA fait partie du Groupe ISAE depuis 2011 et s'appelle depuis ISAE-ENSMA
- l'ESTACA fait également partie du groupe ISAE depuis 2012
- L'ISAE-SUPAERO (plutôt que l'ISAE-Toulouse) comprend 17 % d'étudiantes (et non 11%) et forme au moins autant de "hauts dirigeants du secteur aérospatial" que les quatre écoles généralistes que vous citez à la fin.
Réponse de le 05/11/2016 à 15:39 :
Bon, il ne faut non plus tout mettre dans le même sac....certes, ensma et estaca sont dans le groupe Isae mais restent indépendantes, ensma et estaca c est quand même pas très côté comparé à supaero et ensica....ensma et estaca essaient de profiter du prestige des ecoles toulousaines pour se faire une place dans dans l aerospatiale... supaero et ensica c est top niveau, ensma et estaca sont en dessous...
a écrit le 17/06/2015 à 14:05 :
Une petite erreur s'est glissée concernant l'ENAC (Ecole nationale de l'aviation civile).
Cette école n'a pas 30 ans d'age mais plus de 60, ayant été créée en 1949 : http://www.enac.fr/fr/menu/lenac
Réponse de le 17/06/2015 à 17:46 :
Bonjour.
Merci de votre vigilance. L'erreur est corrigée.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :