Toulouse concentre la moitié des emplois cadres de la nouvelle région

 |  | 515 mots
Lecture 3 min.
La moitié des cadres vivant en LRMP travaillent à Toulouse
La moitié des cadres vivant en LRMP travaillent à Toulouse (Crédits : Rémi Benoit)
50 % des cadres de la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées travaillent à Toulouse selon l'enquête annuelle de l'Apec dévoilée ce mercredi 10 février. La Haute-Garonne est également le département où les chefs d'entreprises sont les plus optimistes en matière d'embauche. Dans le Gard et les Pyrénées-Orientales, les perspectives de recrutement sont en revanche moins bonnes.

La métropole toulousaine confirme sa position de cœur économique de la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Selon l'enquête annuelle de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) publiée ce mercredi 10 février, Toulouse, qui regroupait déjà 80 % des postes cadres de Midi-Pyrénées, concentre désormais 50 % des postes cadres de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Des perspectives plus pessimistes dans le Gard
et les Pyrénées-Orientales

"La Haute-Garonne sort également du lot car c'est le département le mieux orienté au niveau des perspectives d'embauches pour 2016", remarque Jean-Sébastien Fiorenzo, délégué territorial régional de l'Apec. Ainsi, 8 % des chefs d'entreprise prévoient de recruter dans l'année dans le département, soit 2 points de plus que dans l'Hérault, le Gard ou les Pyrénées-Orientales et 4 points de plus que dans les autres départements. Dans le même temps, 4 % des employeurs pensent réduire leur masse salariale dans 11 des 13 départements de la nouvelle région. Deux départements assombrissent ces perspectives : le Gard et les Pyrénées-Orientales avec respectivement 9 % et 8 % des chefs d'entreprises qui pensent réduire leur effectif cadre en 2016.

Sur l'ensemble de la région, l'Apec prévoit entre 8 850 et 9 910 recrutements de cadres, soit une évolution entre - 5 % et + 10 % par rapport à l'an dernier (9010 recrutements recensés en 2015). LRMP est la 5e région (sur 13) en matière de création d'emplois de cadres. Pour rappel, Midi-Pyrénées à elle seule figurait en 7e place des 22 anciennes régions.

Études R&D, informatique et commercial toujours en tête

Le trio des principales fonctions recherchées en LRMP reste le même que celui de l'ancienne région Midi-Pyrénées : études R&D (25 % des embauches), informatique (18 %) et commercial (14 %).

"Il est intéressant de remarquer que ce ne sont pas les mêmes type de professions qui sont recherchées entre les deux anciennes régions. En Midi-Pyrénées, les services représentaient 60 % de l'emploi des cadres contre 45 % seulement en Languedoc-Roussillon. De même, au sein de l'ancienne région Languedoc-Roussillon, l'exploitation tertiaire (qui regroupe les activités médico-sociales, les emplois de banque-assurance) était la fonction la plus recherchée en 2014 devant le commercial et l'informatique. Les études R&D n'y figuraient qu'en 4e position", note Jean-Sébastien Fiorenzo.

Dernier enseignement de l'étude, les cadres ayant de une à dix années d'expériences sont les plus courtisés par les employeurs et représentent 54 % des embauches. Suivent ensuite les candidats qui affichent 11 à 20 années d'expérience (15 % des recrutements). Les "seniors" sont les parents pauvres du recrutement. "Les cadres ayant plus de 20 années d'expérience ne représentent que 3 % des recrutements. Sachant que les jeunes diplômés ont en moyenne 25 ans, on parle ici des cadres de plus de 45 ans, ce ne sont donc pas des personnes très âgées", observe le délégué régional. En revanche, la situation s'améliore pour les jeunes diplômés (moins d'un an d'expérience). Ils représentent "18 % des embauches en 2015 et 23 % des prévisions d'embauches pour 2016".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :