Des agriculteurs en conversion bio attaquent en justice la Région Occitanie

 |   |  556  mots
Les conversions au bio vont-elles ralentir avec la baisse des subventions ?
Les conversions au bio vont-elles ralentir avec la baisse des subventions ? (Crédits : Rémi Benoit)
Première région bio de France, l'Occitanie est "submergée" de demandes d'agriculteurs voulant se convertir au bio. La Région a décidé de plafonner ces subventions de manière rétroactive. S'estimant floués, plusieurs agriculteurs ont lancé des recours devant la justice.

Avec 10 % de la surface agricole utile dédiés au bio, l'Occitanie est la première région bio de France et la quatrième sur le plan européen. Elle connaît un taux de conversion spectaculaire depuis quelques années. "Au sein de la Région, le bio se développe à un taux de 27 % contre 7 % dans le reste de la France. Dans le Gers, c'est encore plus important, le bio a connu un taux de conversion de plus de 35 % sur l'année 2016", fait remarquer Vincent Labarthe, vice-président en charge de l'Agriculture à la Région.

De 300 euros par hectare à 15 000 euros d'aides par an

Problème : la collectivité n'arrive plus à suivre en termes de subventions. En 2015, la Région, chargée de gérer les aides européennes à la conversion bio, avait annoncé une aide annuelle de 300 euros par hectare cultivé. Face à l'afflux de demandes, elle décide en avril 2016 de plafonner ces aides à 30 000 euros par exploitation et de manière rétroactive sur l'année 2015. Par la suite, un nouveau plafond à 15 000 euros est décidé pour l'année 2016. Les agriculteurs disposant d'une surface d'exploitation supérieure à 50 hectares se retrouvent avec des subventions largement en deçà du montant initial annoncé....

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :