Capital-investissement : Thierry Letailleur démissionne de la présidence de l'Irdi

Président de l'Irdi depuis décembre 2010, Thierry Letailleur a annoncé hier sa démission lors du conseil d'administration de l'organisme de capital-investissement. Philippe Robardey assure l'intérim à la présidence en attendant l'assemblée générale exceptionnelle du 15 avril. Christian Poncet prendra la présidence à ce moment-là.
Thierry Letailleur va se consacrer à la présidence d'ACE Management
Thierry Letailleur va se consacrer à la présidence d'ACE Management

C'est une information de poids dans le milieu du capital-investissement toulousain. Thierry Letailleur a présenté hier sa démission de la présidence de l'Irdi, lors du conseil d'administration de l'organisme de capital-investissement.

"J'ai fait l'analyse que l'on arrivait en fin de cycle, celui d'une restructuration en profondeur qui a duré cinq ans, précise Thierry Letailleur. J'avais un rôle de moins en moins opérationnel. Cette mission a représenté un gros challenge. J'ai parfois trouvé que les choses avançaient trop lentement, mais j'ai vécu un très bon moment."

Jusqu'à l'assemblée générale exceptionnelle du 15 avril, l'intérim est assuré par Philippe Robardey, membre du CA, président de Sogeclair et président du Medef Midi-Pyrénées. Christian Poncet, qui a cédé sa place à Gilles Capy en tant que délégué interrégional EDF Grand Sud-Ouest, prendra ensuite la présidence de l'Irdi.

Élu à la présidence de l'Institut régional de développement industriel de Midi-Pyrénées en décembre 2010, Thierry Letailleur a pris la présidence de l'Irdi à une période charnière de la vie de l'organisme, peu de temps avant la séparation avec IXO Private Equity. L'Irdi a également créé Irdi Gestion, agréée le 27 octobre dernier et présidée par Corinne d'Agrain, afin de répondre à la nouvelle réglementation de l'Autorité des marchés financiers.

"À mon arrivée, j'ai dû mettre en place de nouvelles équipes et une nouvelle stratégie orientée vers l'industrie et l'innovation. La création du fonds Irdinnov en est l'illustration. 2013-2014 a été un exercice historique avec 21,4 millions d'euros d'investissements", rappelle Thierry Letailleur.

"Thierry Letailleur a fait les transformations nécessaires. De l'avis de tous les membres du conseil d'administration, il a un bon bilan à la tête de l'Irdi", assure André Benhamou, qui a intégré ce conseil en mai dernier. Il a entamé le processus de rapprochement avec Soridec, l'équivalent de l'Irdi en Languedoc-Roussillon, qui devrait être effectif avant le mois de juin.

Lors du dernier exercice, l'Irdi, a enregistré un résultat net de 9,8 millions d'euros. Seuls 3,7 millions d'euros ont été investis, dont 1,1 million dans deux nouveaux affiliés : Quinoa Développement et La Financière Cacolac. L'année a également été marquée par la cession totale de l'entreprise Recaero. Depuis 2010, l'Irdi a investi environ 50 millions d'euros et pris des participations dans 20 nouvelles entreprises. Le groupe est par ailleurs actionnaire du Groupe Hima.

ACE Management à l'origine de sa démission ?

Âgé de 60 ans, Thierry Letailleur est diplômé de l'École Polytechnique et de l'École nationale supérieure des technologies avancées. Il a fondé en 2000 la société ACE Management, société spécialisée dans le capital-investissement autour d'une dominante aéronautique, maritime, défense et sécurité. Passé également par le ministère de la Défense, Thierry Letailleur avait également créé la Financière de Brienne en 1993.

Si Thierry Letailleur a par ailleurs indiqué qu'il lui restait beaucoup à faire à la tête d'ACE Management pour expliquer sa décision, cette double casquette pourrait avoir pesé  dans sa décision. En effet, plusieurs voix auraient pointé du doigt de possibles conflits d'intérêt. L'Irdi a en effet la particularité de fonctionner sur un modèle de partenariats public-privé et le Conseil régional est actionnaire avec 20,75 % des parts. L'Irdi et ACE Management sont potentiellement à la fois concurrentes et partenaires.

Des accusations qui font sourire Thierry Letailleur :

"C'est un sujet qui traîne depuis 5 ans. Je rappelle que les dirigeants de l'Irdi sont venus me chercher justement parce que j'étais président d'ACE Management et que j'avais une expérience dans le monde industriel. Je n'ai pas connu de relations conflictuelles et les flux de projets se sont toujours faits d'ACE Management vers l'Irdi, jamais l'inverse."

André Benhamou confirme avoir entendu ces accusations mais assure : "De ce que j'ai constaté dans la gestion de tous les jours depuis mon entrée au conseil d'administration, il n'y a jamais eu de conflit d'intérêt. De plus, les deux sociétés ne sont pas vraiment sur le même secteur."

Alors que l'Irdi est multisecteurs et vise des opérations avec une participation maximum de 5 millions d'euros, ACE Management est davantage spécialisée dans la consolidation de la filière aéronautique avec des contrats plus importants.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.