Ces chefs d'entreprise européens qui font bouger les lignes à Toulouse

 |   |  470  mots
De gauche à droite : Carlos Verkaeren, président (belge) du biscuiter Poult, Filippo Bagnato, président (italien) du groupe ATR, Michael Ehmann, président (allemand) de la société Nataïs, et Tom Enders, président exécutif (allemand) d'Airbus Group.
De gauche à droite : Carlos Verkaeren, président (belge) du biscuiter Poult, Filippo Bagnato, président (italien) du groupe ATR, Michael Ehmann, président (allemand) de la société Nataïs, et Tom Enders, président exécutif (allemand) d'Airbus Group.
Chacun à leur manière, ces européens font vivre et bouger la Ville rose. Alors que la 4e édition du Sommet Économique du Grand Sud, organisée les 7 et 8 avril à Toulouse par Objectif News, avec La Tribune et Objectif Aquitaine, mettra l'Europe à l'honneur, zoom sur ces chefs d'entreprises qui ont choisi la Ville rose.

Ils sont Allemands, Belges, Espagnols ou Italiens. Leur point commun : l'Europe, bien sûr. Mais pas seulement. À l'image de l'Allemand Tom Enders, président exécutif d'Airbus Group, ces chefs d'entreprises européens font partie des forces vives de Toulouse. Installés dans la Ville rose ou aux alentours, depuis des années ou de fraîche date, ils font chacun à leur manière bouger les lignes de leur territoire d'adoption.

"Nous avons ici de réelles compétences"

C'est notamment le cas de Mikael Ehmann, président de la société gersoise Nataïs, n°1 européen sur le marché du pop-corn, qui interviendra le 8 avril lors d'une table-ronde du Sommet Économique du Grand Sud, intitulée "L'Europe, un frein ou un atout dans l'émergence de leaders économiques mondiaux ?". Cet Allemand est arrivé en Midi-Pyrénées en 1989 en tant qu'agriculteur. Cinq ans plus tard, il fondait l'entreprise Nataïs, qui compte aujourd'hui 130 salariés et enregistre 38 M€ de chiffre d'affaires. Dont 90 % en Europe.

"L'Europe est absolument vitale à notre business, explique-t-il. Nous sommes sur un marché de niche. Nous n'aurions jamais pu créer une unité de production telle que la nôtre en France, suffisamment compétitive par rapport à nos concurrents, sans faire autant de volume. Donc nous avons ciblé dès le départ les marchés européens". Et l'homme ne regrette pas son choix d'implantation à Bézéril, dans le Gers. "Nous avons ici de réelles compétences, des gens très qualifiés, assure-t-il. En revanche, c'est vrai, nous avons en France des coûts très élevés. Pour être compétitifs, nous avons été amenés à automatiser énormément notre usine".

Autre figure emblématique de l'Europe à Toulouse : Filippo Bagnato participera lui aussi au Sommet Économique du Grand Sud. Le président du groupe ATR, avionneur franco-italien basé à Blagnac, leader sur le marché des avions turbopropulseurs de transport régional de 50 à 74 places, est souvent considéré comme le plus toulousain des patrons italiens.

Fêter les européens de la Ville rose

Et la liste peut se poursuivre. Que seraient en effet Toulouse et Midi-Pyrénées sans Carlos Verkaeren, président belge du biscuiter montalbanais Poult, Benedikt Timmerman, PDG, belge lui aussi, de la société de biotechnologies toulousaine Genticel, ou encore l'étonnant Karl Moose, ex-rugbyman gallois reconverti dans le saumon fumé gersois, à la tête de la société Moose Smokehouse ?

Les 7 et 8 avril prochains, ce sont aussi ces européens que fête la Ville rose en accueillant la quatrième édition du Sommet Économique du Grand Sud autour du thème : "Nouveaux projets, nouveaux mondes : Toulouse aime l'Europe".

Alexandre Léoty
© Photos Rémi Benoit

En savoir plus :

Renseignements et inscriptions sur www.sommeteconomiquedugrandsud.com/inscription.html

Retrouvez le Sommet Économique du Grand Sud sur twitter #Someco14 @Objectifnews

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :