À Toulouse, Coca-Cola réorganise sa production et supprime des postes

 |   |  556  mots
Le site de Castanet-Tolosan produit des bouteilles en PET.
Le site de Castanet-Tolosan produit des bouteilles en PET. (Crédits : Rémi Benoit)
Dans le cadre de la « modernisation de son organisation », Coca-Cola European Partners va réallouer des volumes de production à son usine de Castanet-Tolosan, et dans le même temps supprimer quatre postes. Le site est cependant le moins touché du parc de production français du groupe.

À Castanet-Tolosan, la boisson est aigre-douce. Le site de production et d'embouteillage de Coca-Cola European Partners (CCEP) de l'agglomération toulousaine est directement concerné par le plan de "modernisation de l'organisation" présenté ce mois-ci. Ici, le groupe annonce des volumes en hausse, mais des effectifs en baisse. "Le marché français est en profonde mutation", explique-t-on du côté de l'entreprise. Le consommateur se tourne en effet de plus en plus vers des boissons non-gazeuses, comme les thés glacés et les eaux, et délaisse les soft drink à bulles. "Nos volumes écoulés ont ainsi diminués de 4% en France depuis 2013", glisse-t-on du côté de Coca-Cola.

Quatre postes en moins à Castenet-Tolosan

Conséquence directe : "l'outil de production se trouve aujourd'hui dans une situation de surcapacité", indique CCEP. Pour optimiser son parc à cette évolution de marché et "renouer avec la croissance", la suppression de 128 postes est envisagée dans l'Hexagone, répartie sur les cinq usines françaises du groupe, "qui ont des coûts de production supérieurs à ceux des autres pays européens", détaille le groupe Son site occitan va d'un côté voir son effectif, actuellement composé de 106 personnes selon la direction, diminuer de quatre postes, et de l'autre bénéficier d'une "réallocation des volumes". En clair, la production va diminuer sur certaines usines pour augmenter à Castanet-Tolosan.

 Un site "référent au niveau européen"

 "C'est notre site le plus petit de France et le plus exemplaire, justifie-t-on auprès du groupe. Entre 2009 et 2017, 30 millions d'euros y ont été investis. Ses coûts de production y sont les plus compétitifs de notre parc français, et c'est aussi pour nous une référence au niveau européen grâce aux faibles quantités d'eau utilisées pour la production."

"Une seconde ligne de production a en effet été créée en 2009 pour livrer le grand Sud de la France, et un investissement a été réalisé sur l'ancienne ligne, pour produire les formats demandés par les hard-discounter", précise Stéphane Ethève, délégué syndical CFDT de l'usine de Castanet-Tolosan.

"Nous sommes en sous-production depuis le début de l'année, et récupérer des volumes, c'est positif pour le pérennité de notre site, commente le syndicaliste. Notre usine est assez flexible et polyvalente, c'est un atout, mais jusqu'à quand ? Coca-cola met en concurrence ses sites européens, et à moins de trois heures de route d'ici, le groupe dispose d'un très gros site de production à Barcelone... "

La CFDT craint un "plan social déguisé"

Quant à la réduction annoncée des effectifs, Stéphane Ethève souligne que "quatre postes, cela peut paraître peu, mais dans une usine qui fonctionne aux 3x8, cela peut déséquilibrer l'organisation", rappelant que, selon lui, "en comptant les vacants, on va passer de 114 à 108 postes".

"Sous couvert d'un marché en baisse, Coca-cola en profite pour diminuer l'effectif global, en faisant petit à petit des plans sociaux déguisés", juge-t-il. "CCEP a pour objectif de proposer un plan d'accompagnement social exemplaire afin que chaque salarié impacté puisse trouver une solution durable en terme d'emploi", souligne de son côté le groupe. Coca-cola compte privilégier, dans un premier temps, le redéploiement interne, les départs volontaires et un dispositif de pré-retraite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2017 à 16:11 :
"la suppression de 128 postes est envisagée dans l'Hexagone"

Plus les 235 de Tuperware , allez hop 363 de plus au chômage ,moyenne d'âge 50 ans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :