ATR : le syndicat FO réagit aux propos de Christian Scherer

 |   |  926  mots
ATR livre environ 90 appareils par an et compte près de 200 clients dans 100 pays du monde
ATR livre environ 90 appareils par an et compte près de 200 clients dans 100 pays du monde
Les propos Christian Scherer, CEO d'ATR, ont "choqué" les salariés selon le syndicat FO. Lors d'une interview en public le nouveau dirigeant de l'avionneur dont le siège est à Toulouse avait dénoncé le côté 'franchouillard' du groupe. Surpris par ces propos, FO estime qu'"ils ne favorisent pas un dialogue serein".

Au cours de son interview en public, le président exécutif d'ATR, Christian Scherer, n'avait pas manié la langue de bois. Détaillant son diagnostic lors de son arrivée à la tête de l'entreprise il y a 6 mois, il avait déclaré avoir "été choqué de constater à quel point ATR est trop 'franchouillard'". Un adjectif qui n'a pas plu aux salariés, selon le syndicat FO du groupe, deuxième organisation représentative après la CFTC, qui n'a pas manqué de réagir, sur Twitter dans un premier temps.

Reprenant notre article, le syndicat a cité dans un premier temps les propos du CEO avant de signaler le côté péjoratif du terme employé par Christian Scherer, en s'appuyant sur le Larousse.

FO a poursuivi sur le réseau social : "Tract #FO ds notre étroitesse d'esprit nous mettons en avant les salariés, les acquis sociaux & notre outil de production!"

"Irrespectueux de l'ensemble des salariés"

Joints par téléphone ce matin, Jean-Christophe Pinel, secrétaire de la section FO ATR, et Jean-Jacques Marcel, délégué syndical Airbus ATR, ont tenu à préciser leur position, tant sur la forme que sur le fond des déclarations de Christian Scherer.

"Utiliser le terme franchouillard, qui est péjoratif, je ne pense pas que ce soit une bonne idée en termes de motivation, de respect et de confiance des salariés", insiste Jean-Christophe Pinel, qui assure avoir eu de nombreux retours de "salariés ulcérés" depuis la publication de l'interview.

"Aussi bien en production, qu'en engineering ou dans le management, beaucoup ont été choqués car ces propos irrespectueux de l'ensemble des salariés, ajoute le représentant syndical Force Ouvrière. Je rappelle qu'ATR, groupe franco-italien, reste leader mondial dans son segment et dégage un chiffre d'affaires de 1,8 Md$."

"Nous voulons un climat social positif"

Alors que Jean-Christophe Pinel, salarié d'ATR depuis 2004, a demandé à être reçu par Christian Scherer, il s'interroge sur l'intérêt porté aux salariés et sur le crédit que le CEO accorde à leur travail.

"Nous voulons un climat social positif et nous sommes prêts à nous mettre autour d'une table. Notre rôle est d'amener un retour terrain, précise-t-il. Christian Scherer a parlé de sa volonté de cogestion, à l'image de ce qu'il a expérimenté en Allemagne. Nous ne sommes pas dans cette démarche. Nous sommes des partenaires sociaux."

Les deux représentants syndicaux FO ont également souhaité revenir sur différents points abordés par le président exécutif concernant la stratégie, l'organisation du groupe ou le développement de nouveaux produits. Des questions de fonds au sujet desquelles les positions de Christian Scherer ont suscité des interrogations chez les salariés.

Le CEO d'ATR avait ainsi déclaré que le groupe n'aurait pas de stand au Salon du Bourget cette année. "Une stratégie qui lui appartient", reconnaît Jean-Christophe Pinel. Ancien ingénieur aujourd'hui détaché pour son rôle de représentant syndical, il souligne cependant que le Paris Air Show "est un moment important pour renforcer les liens avec les clients notamment".

Lors de son interview en public, Christian Scherer avait par ailleurs insisté : "Pour maintenir notre leadership, il est du devoir d'Airbus et de Leonardo de lancer un nouveau produit ou une amélioration du produit existant, ou les deux."

Un constat partagé par Force ouvrière qui avait formulé dès novembre des suggestions. "Avec un programme de plus de 34 ans, il est important de pouvoir se projeter. ATR a été pilote sur le développement des voilures carbones et le groupe pourrait en effet se lancer dans des projets industriels innovants autour de l'hybride et du composite dans le segment 90 places", assure Jean-Christophe Pinel. "D'autant qu'il y a énormément de compétences en interne, ajoute Jean-Jacques Marcel. Nous ne sommes pas contre apporter du sang neuf via des compétences externes mais on peut s'appuyer sur les ressources du groupe."

Lire aussi : ATR est trop 'franchouillard', l'interview sans filtre de Christian Scherer

En phase avec Christian Scherer sur l'intérêt d'un changement de structure et du passage au statut de SA déjà souhaité par Filippo Bagnato, le syndicat s'interroge sur la pertinence d'évoquer une possible relocalisation de la chaîne d'assemblage. "Cela alimente le débat et fait naître des inquiétudes, réagit Jean-Christophe Pinel. Soit il y a quelque chose et il va plus loin, soit il n'y a rien et, dans ce cas, il n'est pas nécessaire d'en parler."

Alors que le CEO a déclaré qu'ATR "aujourd'hui [ne souffre] pas d'un handicap de coûts", Force Ouvrière rappelle qu'une politique d'optimisation des coûts est en place, "aussi bien dans l'organisation, que les frais généraux ou les recrutements". Enfin, concernant les sous-traitants du groupe, le syndicat tient à revenir sur l'histoire du d'ATR, "qui a pu s'appuyer au début des années 2000 sur des fournisseurs et de salariés qui ont fait de gros efforts pour nous sortir du gué".

Le secrétaire de la section Force Ouvrière d'ATR rappelle que lors de son arrivée en novembre, Christian Scherer avait insisté sur la notion de dialogue. "Aujourd'hui, une interview de ce calibre ne favorise pas un dialogue serein", selon Jean-Christophe Pinel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 22:27 :
Avant de commenter, j'ai pris le temps de bien lire l'article du CEO d'ATR et la réponse des syndicalistes de FO.
Au delà du terme franchouillard, gratuit, indigne et provocant de la part d'un CEO, quels impacts en interne sur la considération des salariés?
En externe, les organisateurs du Bourget doivent apprécier le champagne tiède et les chalets en plastique !
Concernant les fournisseurs, ils doivent également être satisfait des commentaires sous-entendant qu'ils se gavent comme des canards gras (du sud-ouest 😀 )
Enfin, quoi de choquant concernant les 90% de salariés Franco-Français ( entreprise de droit Français sur le sol France) de memoire, ATR a un centre à Singapour, Miami et en Chine, non ?
Changement de statuts et délocalisation d'un site de production, potentiellement inquiétant, non ?
Le CEO se lâche dans la presse , les syndicalistes FO le recadrent ds un droit de réponse légitime. A chacun son rôle !

PS: @Bonaparte et @Churchil, cliché pour cliché, la photo du PDG , ressemble à une photo de grand patron ... Il ne manque que cigare et whisky ... :)

Allez je retourne dans ma forêt... ma tronçonneuse reste à portée de main !
Le bûcheron
a écrit le 16/05/2017 à 22:37 :
Cette reaction emotionnelle aux propos de M. Scherer est bien typiquement "franchouillard" et exactement de quoi il parle.
Réponse de le 29/05/2017 à 12:36 :
Bonaparte, réssuscité de St-Hèléne ?
Réaction émotionnelle dites vous... hum ... certainement... delà à dire que l'un sait de quoi il parle et l'autre non, un peu léger !
Développez un peu svp ...
a écrit le 16/05/2017 à 20:09 :
C'est la nouvelle tendance des dirigeants en général des parisiens qui prennent les provinciaux pour des "pecnos" , qui ont tout vu tout fait et détiennent bien sur la vérité!
En l'occurrence , vu son profil, c'est plutôt lui le franchouillard! il a l'air d'aimer la bonne bouffe ! bon courage chers salariés !
a écrit le 16/05/2017 à 18:18 :
afin de faciliter le dialogue, je propose qu'on confisque les chateaux des syndicats, et qu'on nationalise les 30 milliards de la formation
a écrit le 16/05/2017 à 17:29 :
Les syndicats ont bien raison. On peut même se demander si ATR est en de si bonne mains maintenant.
Réponse de le 16/05/2017 à 21:14 :
Si filippo Bagnato pouvait revenir...........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :