Objets connectés : Intesens passe à l'ère industrielle

 |   |  379  mots
Intesens s'est positionné dans la maintenance connectée, notamment dans le ferroviaire.
Intesens s'est positionné dans la maintenance connectée, notamment dans le ferroviaire. (Crédits : Rémi Benoit)
Les fondateurs de la start-up visent désormais une production industrielle pour leurs boîtiers connectés. Intesens s'est spécialisée dans l'utilisation d'objets connectés pour faciliter la maintenance d'équipements électriques pour de grands comptes comme la SNCF ou Enedis.

L'été dernier, les capteurs de la startup toulousaine Intesens ont sans doute permis d'éviter une paralysie du réseau ferroviaire en Occitanie. "À l'aube, une perte de charge a été repérée par l'un de nos capteurs à un passage à niveau sur la ligne Toulouse-Foix. Grâce à cette indication, un agent de maintenance a pu se déplacer sur place en début de matinée pour rectifier le souci technique. Si cela n'avait pas été le cas, le réseau ferroviaire aurait sûrement été fortement perturbé en fin d'après-midi, vers 17h-18h. Il faut savoir qu'en cas de coupure d'électricité, des batteries prennent le relais mais elles n'ont que huit heures d'autonomie", décrit Xavier Lafontan, président fondateur d'Intesens.

Implantée au coeur de l'IoT Valley, la startup s'est spécialisée dans l'utilisation d'objets connectés pour faciliter la maintenance d'équipements électriques. La jeune société fondée en 2009 travaille déjà pour de grands comptes comme Enedis, la SNCF, Engie ou Spie. De larges expérimentations sont ainsi menées depuis plusieurs années dans les gares d'Occitanie et d'Ile-de-France pour détecter les ruptures de caténaires mais aussi les pannes au niveau des climatiseurs, des portes coulissantes ou des escalators.

Lire aussi : Objets connectés : la startup toulousaine Intesens lève 800 000 euros

 La startup veut industrialiser sa fabrication de capteurs

À l'occasion de l'Innovation Day ce jeudi 21 septembre, les fondateurs d'Intesens ont présenté deux nouveaux boîtiers connectés en phase de commercialisation ce mois-ci dans l'optique d'élargir son portefeuille de clients, notamment dans le secteur du bâtiment. "Le premier boîtier Idiag permet de donner l'alerte sur des équipements électriques de secours (batterie, onduleur, groupe électrogène...). Le boîtier Sense réalise des mesures simples sur équipements électriques. Par exemple, un capteur de température peut signaler une surchauffe", décrit Xavier Lafontan. Intesens espère déployer 50 000 capteurs d'ici fin 2018.

Pour assurer ce rythme de production industriel, la startup travaille avec de grands groupes comme IBM (en charge de la partie cloud) ou Lacroix electronics (pour la production industrielle). L'entreprise de 20 salariés a réalisé 1,5 million de chiffre d'affaires en 2016 et prévoit de passer la barre des 2 millions cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :