Objets connectés : la startup toulousaine Intesens lève 800 000 euros

 |   |  442  mots
Intesens s'est positionnée dans la maintenance connectée dans le ferroviaire.
Intesens s'est positionnée dans la maintenance connectée dans le ferroviaire. (Crédits : Rémi Benoit)
Implantée au coeur de l'IoT Valley à Labège, la startup Intesens vient de réaliser une levée de fonds de 800 000 euros pour industrialiser ses objets connectés. La jeune société s'est spécialisée dans la maintenance et travaille déjà avec la SNCF, ERDF ou encore Airbus Defence and Space.

Xavier Lafontan vient à peine de réunir 800 000 euros qu'il pense déjà lancer une prochaine levée de fonds de plusieurs millions d'euros en 2016. Le président d'Intesens a officialisé ce mercredi 30 septembre un nouvel apport des actionnaires historiques de la société afin d'accélérer son développement. Fondée en 2009 à Labège, la startup s'est spécialisée dans la pose de capteurs connectés dédiés à la maintenance industrielle. Depuis une application web, le client peut suivre l'état et l'évolution des équipements. En cas d'anomalie, une alerte est envoyée au service de maintenance via le réseau bas-débit des objets connectés de Sigfox.

Des capteurs pour lutter contre les pannes de trains

"Nous avons trois cibles : le ferroviaire, les réseaux électriques et la smart city, détaille Xavier Lafontan. Depuis 2010, nous travaillons avec la SNCF. En juillet dernier, nous avons remporté leur Challenge Digital à destination des startups. Nous allons passer à des expérimentations à grande échelle sur les trois gares de Toulouse (Matabiau, Arènes, Saint-Agne) et à Colomiers. Les projets concernent aussi bien les trains, pour détecter les ruptures de caténaires depuis les centres de maintenance, que la gare, en détectant grâce aux capteurs les pannes au niveau des climatiseurs, des portes coulissantes ou des escalators.

Nous avons remporté un concours d'ERDF et nous avons été présélectionné pour celui de RTE. Le système appliqué aux caténaires peut totalement être transposé aux réseaux électriques. Le dernier axe de notre activité est la smart city. Sur ce point, nous ciblons déjà plusieurs grandes entreprises du BTP: Eiffage, Engie ou Spie Sud Ouest".

Les objets connectés d'Intesens sont également utilisés pour les essais au sol des satellites d'Airbus Defense & Space ou la maintenance des centrales nucléaires d'Areva. Ces partenariats avec de grands donneurs d'ordre présagent d'importantes perspectives de croissance pour la startup. Selon le fondateur d'Intesens, il faudrait 500 000 capteurs pour couvrir l'ensemble du réseau ferré français et le même volume pour s'implanter sur le réseau électrique.

4 recrutements et un déménagement

Après avoir réalisé un chiffre d'affaires de 550 000 euros en 2014, la société table sur 850 000 euros pour cette année puis entre 2 et 3 millions d'euros pour 2016. De plus, un déménagement dans des locaux plus grands, toujours à l'IoT Valley, est prévu courant octobre. Ses anciens locaux seront récupérés par le 574, le nouvel accélérateur de la SNCF dédié aux objets connectés. L'entreprise prévoit également le recrutement de 4 nouvelles personnes pour renforcer l'équipe commerciale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2015 à 15:19 :
Vraiment la région toulousaine lance de belles pépites! Pour une fois on peut se réjouir que l'Etat reste vigilant, et que les "grands comptes" offrent des opportunités à ces start-ups.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :