Continental crée 100 emplois à Toulouse pour développer la voiture connectée

 |   |  528  mots
Depuis deux ans, Continental teste, en partenariat avec Météo France, un service d'alerte météo participatif baptisé eHorizon Weather.
Depuis deux ans, Continental teste, en partenariat avec Météo France, un service d'alerte météo participatif baptisé eHorizon Weather. (Crédits : Continental)
L'équipementier automobile Continental a annoncé la semaine dernière la création d'une filiale à Toulouse pour développer des services autour du véhicule connecté et autonome. Une centaine d'embauches d'ingénieurs est prévue cette année sur le site qui compte déjà une cinquantaine de salariés.

Le groupe allemand Continental, qui compte plus de 220 000 salariés à travers le monde, a choisi Toulouse pour implanter son nouveau centre de R&D dédié à la voiture connectée et autonome. Cette filiale du groupe, baptisée Continental Digital Services France, a été créée juridiquement le 1er juillet 2016. L'équipementier automobile a officialisé cette annonce jeudi 16 mars en présence du Christophe Sirugue, le secrétaire d'État en charge de l'Industrie.

Un service d'alerte météo participatif

"Hier, nous développions et assemblions des composants hardware intégrés dans le véhicule (capteur, actuateur, calculateur électronique). Aujourd'hui, ce système est complété par des services à valeur ajoutée grâce à la connexion du véhicule avec le monde extérieur", a estimé Antoine Jouin, président de Continental Automotive France.

Depuis deux ans, Continental teste, en partenariat avec Météo France, un service d'alerte météo participatif baptisé eHorizon Weather. La voiture recueille des données sur les conditions météo : température, précipitations (via le déclenchement des essuies-glaces), visibilité (via l'allumage des feux)... Ces données sont envoyées à Météo France et traitées par des prévisionnistes qui s'en servent pour affiner un service d'alertes météo hyperlocalisées et envoyées directement sur le tableau de bord de l'automobiliste. Continental travaille déjà avec le Laas-CNRS et espère réaliser des partenariats avec des startups des ETI ou des laboratoires.

100 emplois créés cette année, plusieurs centaines à moyen terme

Cette nouvelle filiale, qui compte déjà une cinquantaine de salariés sera complétée par une centaine d'embauches supplémentaires d'ici la fin de l'année et Continental prévoit un effectif de "plusieurs centaines de personnes à moyen terme".

"Les recrutements concerneront des ingénieurs de profils différents, des jeunes diplômés comme des seniors. Nous cherchons des candidats pour ces nouveaux métiers autour des software, de l'intelligence artificielle et des objets connectés", précise le groupe.

Continental devrait investir 200 à 300 millions d'euros. La Région Occitanie a prévu d'apporter une enveloppe de 5 millions d'euros de subventions. "Le choix de Continental d'implanter ce projet à Toulouse et en Occitanie est une véritable reconnaissance de la force et de l'attractivité de notre écosystème particulièrement favorable à l'innovation, notamment sur la thématique des transports, de la qualité de nos formations et de notre vivier de ressources humaines qualifiées", a réagi  la présidente de Région Carole Delga.

De son côté, le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc a annoncé 4 millions d'euros de subvention et 1 million via une avance remboursable: "Toulouse Métropole a récemment vécu trois succès d'implantation : le siège mondial d'Airbus, le centre mondial du métro automatique VAL de Siemens Mobility et le projet Hyperloop Transportation Technologies. L'arrivée de cette nouvelle filiale de Continental conforte encore une fois l'attractivité et les atouts de Toulouse Métropole dans ce secteur innovant particulièrement concurrentiel".

 Lire aussi : Train du futur : Hyperloop TT implante son centre de R&D européen à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :