Aéronautique : l'Isae-Supaero va construire une soufflerie géante dernier cri

 |   |  231  mots
La future soufflerie de l'Isae-Supaero.
La future soufflerie de l'Isae-Supaero. (Crédits : Séquences Architectes)
L'école d'aéronautique Isae-Supaero a lancé le chantier d'une nouvelle soufflerie aéroacoustique sur son campus. Cet investissement de 9 millions d'euros permettra à l'institut d'être à la pointe de la recherche dans ce domaine.

C'est une soufflerie "sans équivalent dans les universités européennes" que s'apprête à construire l'école d'aéronautique Isae-Supaero sur son campus toulousain. En remplacement de la soufflerie S4 opérationnelle jusqu'en 2014, un nouvel équipement aéro-acoustique a été mis en chantier mardi 13 septembre.

"Nous voulons porter notre campus au niveau des meilleurs standards mondiaux, a rappelé Olivier Lesbre, le directeur général de l'Isae. Cette soufflerie projettera l'institut au 1er rang de son domaine. Elle nous permettra de développer de nouvelles compétences en aéro-acoustique."

Dans ce domaine, les besoins du secteur sont grands car l'objectif est de réduire de 50 % les bruits des avions à l'horizon 2020.

D'une surface de 1 700 m2, la nouvelle soufflerie conçue par Artelia et construite par Bouygues construction Sud-Ouest, disposera d'un motoventilateur de 800 kW et d'un traitement acoustique réduisant les bruits dans le conduit aérodynamique. Elle pourra reproduire des souffles de 80 m/s, "ce qui correspond à la vitesse des avions de transport civils dans la phase d'approche".

La mise en service, prévue en septembre 2017, permettra à l'Isae-Supaero de nouer des collaborations avec les organismes scientifiques toulousains, mais aussi avec les opérateurs privés.

Financée par le Plan campus de l'Université de Toulouse, le plan État-Région, le Grand Toulouse et le ministère de la Défense, le montant total de l'opération s'élève à 9 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2016 à 21:37 :
C'est bien pour les avions. Mais à Paris, ce sont les incroyables pétarades ultra puissantes de certaines motos qui réveillent toute la nuit ceux qui sont censé travailler le matin. Et de plus en plus, car on peut rouler en échappement libre en toute impunité...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :