La Haute-Garonne crée une SPL pour développer l'emploi en zone rurale

 |   |  319  mots
Le Conseil départemental investit de 400 000 euros dans la SPL
Le Conseil départemental investit de 400 000 euros dans la SPL (Crédits : Rémi Benoit)
Le Conseil départemental de Haute-Garonne a voté mardi 18 octobre la création d'une société publique locale : Haute-Garonne Développement. Un investissement de 400 000 euros afin d'aider les territoires ruraux à se développer.

Chef de file de la solidarité territoriale, le département de Haute-Garonne a crée officiellement mardi 18 octobre une structure pour accompagner les intercommunalités du territoire dans leur stratégie de développement économique. Ainsi, la SPL Haute-Garonne Développement, qui sera opérationnelle au printemps 2017, aura pour objectif de soutenir les bassins de vie périurbains, ruraux et de montagne dans leur accès au foncier économique et d'assurer pour leur compte la création et la commercialisation de zones d'activités. Revel, Villefranche-de-Lauragais ou encore Nailloux pourraient ainsi développer des zones d'activités pour attirer des chefs d'entreprises.

En effet, si le Département n'a pas le droit de subventionner directement les entreprises, il peut participer au dynamisme économique grâce à sa compétence d'aménagement du territoire.

Investissement de 400 000 euros

Le Conseil départemental sera l'actionnaire majoritaire de la SPL Haute-Garonne Développement, grâce à un investissement de 400 000 euros, représentant 67,6% de son capital social. Les 32,4% restant seront détenus par les 4 pôles d'équilibre territoriaux et ruraux (sud Toulousain, Pays Lauragais, Pays Comminges Pyrénées et Pays Tolosan) et les 28 communautés de communes du département, soit un total de 192 000 euros répartis à hauteur de 6 000 euros chacun.

"Rendre le département indispensable"

Pour rappel, le président PS du Conseil départemental de Haute-Garonne Georges Méric avait présenté en avril son plan de développement 2016-2021 : un budget d'un milliard d'euros sur tout le mandat, destiné à soutenir l'économie et l'emploi. Même si le développement économique n'est pas une compétence du Département, Georges Méric, départementalise convaincu, annonçait alors qu'il comptait rendre sa collectivité "indispensable".

"Le développement économique est une compétence de la Région essentiellement, puis de la Métropole. Nous, nous sommes là pour que chaque territoire puisse en profiter" a-t-il affirmé à La Tribune Toulouse le 11 avril dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :