33e édition de Piano aux Jacobins

 |   |  378  mots
Catherine d'Argoubet, co-fondatrice de Piano aux Jacobins
Catherine d'Argoubet, co-fondatrice de Piano aux Jacobins
Comme chaque année, le festival Piano aux Jacobins lance la saison musicale. La programmation 2012 proposée par Catherine d'Argoubet reste centrée sur la découverte de jeunes talents. Interview.

Quelle est la ligne artistique de la nouvelle édition Piano aux Jacobins ?
Depuis l'origine, la vocation de ce festival est de présenter au public de jeunes artistes et de les accompagner dans le développement de leur carrière. Cette année ce seront près de 28 concerts qui permettront de mettre en lumière des interprètes encore peu connus. Nous avons beaucoup de chance, le public nous suit dans nos choix et nous fait une grande confiance en assistant massivement aux concerts de ces talents de la nouvelle génération (Alexander Krichel, Geogry Tchaidze, Anastasya Terenkova...). En parallèle, la programmation s'ouvre sur des artistes au parcours déjà riche mais peu connus en France, telles Simone Dinnerstein ou Anne-Marie McDermott. Des habitués reviennent comme Nicholas Angelich, Philippe Bianconi, Dana Ciocarlie, Menahem Pressler et Elisabeth Leonskaja. N'oublions pas également les trois soirées consacrées au jazz.

Quels sont les lieux retenus pour les différents concerts ?
Bien sûr, le cloître des Jacobins. Mais nous avons développé d'autres lieux comme l'auditorium de Saint-Pierre des Cuisines grâce au partenariat avec la fondation Bru-Zane. Plusieurs concerts y sont prévus pour faire découvrir le répertoire de musique romantique français. Au musée des Abattoirs, 4 concerts d'une heure sont proposés au cours desquels une œuvre picturale ou sculpturale sera confrontée à une thématique musicale. Quant aux concerts de jazz, ils se tiendront à la Cité de l'Espace ou au Cloître des Jacobins avec l'un d'entre eux réservé exclusivement aux étudiants. La nouveauté cette année, c'est la soirée à l'Escale, la nouvelle salle de concert de Tournefeuille avec Karoly Mocsari. Enfin, à la Halle aux Grains, deux concerts sont organisés, un sous la direction de Tugan Sokhiev et le second en partenariat avec les Grands Interprètes.

Piano aux Jacobins continue-t-il de s'exporter ?
Oui. Depuis plusieurs années, nous avons développé nos activités à l'international. À Pékin et à Shanghaï mais aussi en 2012, à Beijing et Qingdao avec des interprètes comme Philippe Léogé, Kotaro Fukuma, Jacky Terrasson ou Adam Laloum. Et pour 2013, nous avons d'autres projets. À Singapour par exemple.

Propos recueillis par Stéphanie de Balorre

Photo © DR

Piano aux Jacobins du 4 au 28 septembre.
www.pianojacobins.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :