Que retenir de la première année de mandat de Carole Delga ?

À la tête de la nouvelle grande région depuis janvier 2016, Carole Delga a lancé plusieurs chantiers en un an de mandat : rail, BTP, aides aux entreprises. Mais la présidente socialiste a également été confrontée au casse-tête du nom de la nouvelle Région. Éléments marquants de cette année 1.
Carole Delga a été investie à la tête de la Région le 4 janvier 2016.
Carole Delga a été investie à la tête de la Région le 4 janvier 2016. (Crédits : Rémi Benoit)

"Une présidente de terrain", "proche des citoyens" : au soir de son élection comme présidente de Région le 4 janvier 2015, la socialiste Carole Delga précisait ce qu'elle voulait incarner : l'image d'une gouvernance renouvelée. Il est encore trop tôt pour savoir si ce pari est réussi. Mais cette première année de mandat à la tête de la nouvelle région Occitanie a été dense, et semble avoir tenu une promesse : 2016 n'a pas été une "année blanche".

Une commission paritaire avec de nouvelles têtes

Au cours de la campagne des élections régionales il y a un an, la socialiste Carole Delga s'est entourée d'une nouvelle génération de politiques, certains issus de la société civile et d'autres qui étaient déjà élus. Une partie de ces trentenaires a accédé à des postes stratégiques au sein de l'exécutif régional à l'image de Clément Prunières (31 ans) chef de cabinet de Carole Delga, Aurélie Maillols (35 ans) et Claire Fita (39 ans) nommées à la commission permanente, ou encore Kamel Chibli (39 ans) nommé 7e vice-président en charge de l'Éducation, de la jeunesse et du sport. Carole Delga a nommé au total 15 vice-président(e)s dont 7 femmes et 8 hommes. Une des vice-présidences les plus importantes, celle de l'économie et de l'innovation, a été confiée à Nadia Pellefigue.

Le casse-tête du nom de la région

L'une des premières décisions de Carole Delga a été de lancer une consultation citoyenne pour choisir le nom de la nouvelle Région sur une base de 5 propositions. Ainsi, le 24 juin dernier, le nom "Occitanie" a été choisi à 44,9 % par les 204 000 votants (sur les 5,7 millions d'habitants que compte le territoire). Un résultat contesté : "Cette dénomination ne correspond en rien à la réalité historique et géographique de l'Occitanie", dénoncent alors les élus régionaux de l'opposition, taclant une "méthode de consultation discutable". Carole Delga se remémore également "un dialogue difficile avec certains Catalans", qui plaidaient pour l'appellation Occitanie-Pays Catalan.

Le changement d'identité de la région aura été un casse-tête jusqu'au bout pour l'exécutif régional : afin de trouver le nouveau logo officiel, le Conseil régional a organisé en octobre un concours ouvert à tous, ce qui a provoqué la colère du Club de la Com' toulousain. "C'est un peu comme si on demandait aux bricoleurs du dimanche de construire le prochain lycée", a dénoncé le président du Club de la Com' Jean-François Audiguier.

"Plan Marshall pour le BTP" et États généraux du rail

Le jour de son investiture, Carole Delga a annoncé le lancement d'un "plan Marshall pour l'emploi dans le BTP", promettant d'inscrire une enveloppe de près de 880 millions d'euros de nouveaux travaux au budget régional pour la seule année 2016, soit près du tiers du budget total de la région (2,89 milliards d'euros).

Elle a également promis l'organisation des États généraux du rail pour "permettre aux usagers et aux élus de décider ensemble du futur schéma régional ferroviaire en matière de trains du quotidien ou de lignes à grande vitesse". Après 80 jours de concertation, Carole Delga a annoncé le 14 décembre dernier que la Région mobilisera "4 milliards d'euros pour le rail, dont 1,5 milliard d'euros en investissement, jusqu'en 2021", soit "une augmentation de 67 %". Parmi les 10 chantiers régionaux prioritaires figurent notamment l'amélioration de la qualité de service du TER ou encore la relance du fret ferroviaire.

Augmenter de 20 % les aides aux entreprises

C'était une date cruciale de cette première année de mandat : le 12 décembre dernier, Carole Delga a présenté trois schémas qui vont définir la nouvelle stratégie régionale pour l'emploi et la croissance en Occitanie. La présidente de Région a annoncé notamment que le budget consacré aux aides aux entreprises "va augmenter de 20 % en 2017". La Région souhaite aussi mettre en place un dispositif d'aide simplifié pour les TPE afin de gagner en réactivité.

Le budget consacré à l'enseignement supérieur, à la recherche et à l'innovation va quant à lui "augmenter de 6 %, à 106 millions d'euros", a-t-elle promis. "Les crédits pour la mobilité internationale des étudiants et des apprentis vont être revus à la hausse", a ainsi indiqué la présidente de Région.

La collectivité s'est aussi fixé un objectif de 40 000 apprentis d'ici à 5 ans. Des "maisons de la région", sortes de guichet unique, seront mises en place dans les 13 départements afin de développer l'orientation et la formation au plus près des besoins des entreprises.

Carole Delga impliquée sur le dossier Idex

Très mobilisée sur la question de l'enseignement supérieur, Carole Delga s'est investie sur le dossier Idex. Après la perte du label en avril dernier, l'Université de Toulouse doit présenter un nouveau projet au gouvernement début janvier pour espérer reconquérir les 25 millions d'euros de subventions annuelles. À l'occasion de l'inauguration du nouveau campus du Mirail le 24 novembre dernier, Carole Delga et le préfet de Région Pascal Mailhos ont mis un coup de pression sur les universités toulousaines pour que les négociations avancent rapidement.

"La possibilité qui nous a été donnée de représenter une candidature Idex est une chance unique, a rappelé ce jour-là Carole Delga. L'heure n'est pas à baisser les bras ou à jouer petit bras pour l'excellence toulousaine. Des avancées significatives ont été faites en termes d'intégration et de gouvernance et l'effort doit continuer en ce qui concerne l'état d'esprit d'indépendance de chacun. Nous devons devenir une université de recherche reconnue à l'échelle internationale."

Depuis, un projet quasi-finalisé a vu le jour, qui comprend un statut spécial pour Toulouse 1 Capitole et l'Isae-Supaero.

Une présidente "parfaitement à l'aise"

Interrogée sur son sentiment après une année de mandat, Carole Delga est satisfaite : "Nous avons agi", se félicite-t-elle, en évoquant une première année de mandat "passionnante"  et une fonction de présidente dans laquelle elle se sent "parfaitement à l'aise". Un grand chantier devrait continuer d'occuper tout exécutif régional pendant l'année à venir : l'harmonisation des plus de 600 politiques publiques issues des deux ex-régions. La loi impose une régularisation avant 2021.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.