Municipales à Toulouse, Jean-Luc Moudenc promet "des nuits difficiles" à Pierre Cohen

À trois semaines du premier tour des élections municipales à Toulouse, Jean-Luc Moudenc semble regonflé à bloc. Au cours d'un déjeuner auquel il avait convié plusieurs journalistes, le candidat UMP à la Mairie de Toulouse a estimé que "la victoire est possible". Il a également multiplié les sorties fracassantes contre son adversaire socialiste qu'à aucun moment il n'a appelé Pierre Cohen mais toujours "le sortant".
Jean-Luc Moudenc
Jean-Luc Moudenc

Le sondage Ipsos France-Bleu Toulouse, France 3 Midi-Pyrénées, La Dépêche du Midi donne du baume au cœur à l'équipe de Jean-Luc Moudenc. "Il y a un an, rappelle le candidat UMP, les sondages étaient à 57/43. Aujourd'hui, ils ne lui accordent plus que 51 % contre 49 % pour moi au second tour. L'écart a été divisé par 7. C'est très bon signe. Les courbes se resserrent au bon moment et il nous restent trois semaines pour grappiller les quelques précieux petits points qui peuvent faire basculer le scrutin."

Entré en campagne en octobre, le député de la troisième circonscription de la Haute-Garonne, estime que "le travail de labourage urbain a payé. Je savais que le risque principal était de voir le FN au second tour. Actuellement, nous sentons sur le terrain que le vote FN est à la baisse. Nous avons longuement expliqué aux Toulousains que le vote FN risquait d'aboutir à une triangulaire et à la victoire de la gauche. En pointant ces risques, je savais que je pouvais rattraper une partie de l'électorat. Le sondage de cette semaine donne le FN à 6 % au premier tour, ça me semble réaliste et c'est une première victoire. Le fait d'avoir rassemblé la droite et le centre me donne également une force de frappe que n'a pas mon adversaire. Je lui promets d'ailleurs des nuits difficiles au lendemain du premier tour. Il va devoir discutailler avec les gens qu'il a martyrisés pendant 6 ans. Je pense à Régis Godec ou Antoine Maurice qu'il a humilié en conseil municipal."

Opposé pour la deuxième fois à Pierre Cohen pour la conquête de la Mairie de Toulouse, Jean-Luc Moudenc semble aujourd'hui poursuivre sa campagne sur une hypothèse, celle que Pierre Cohen suscite le rejet d'une partie des Toulousains, y compris à gauche. Selon lui en effet "Toulouse, qui est clairement une ville de gauche, a un côté rebelle qui ne supporte pas l'autoritarisme du maire sortant. C'est un homme de dogme et d'appareil qui insulte ses adversaires et rudoie ses alliés. Il est très amoureux de ses idées et ne se rend même pas compte qu'il est en décalage avec les préoccupations des Toulousains."

Décidément très remonté, Jean-Luc Moudenc a profité de ce rendez-vous avec la presse pour dénoncer successivement "l'arrogance du maire sortant et de ses aboyeurs professionnels, les Carreiras et autres Briançon" ou encore "le maire le plus pétochard de France qui s'obstine à ne pas faire de débat face à face avant le premier tour".

Interrogé enfin sur ses pronostics au soir du 30 mars il a confié : "Au fond de moi, j'ai l'intime conviction que je vais gagner mais je ne veux pas trop le dire. Nous devons d'abord intensifier encore notre campagne de terrain."

Emmanuelle Durand-Rodriguez
© photo Rémi Benoit

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.