1 milliard d'euros pour l'enseignement supérieur et l'économie régionale

 |  | 479 mots
Le Conseil régional examinait lors de l'Assemblée plénière du lundi 27 juin le schéma régional de l'enseignement supérieur et de la recherche (SRESR) et le schéma régional du développement économique (SRDE). Près d'un milliard d'euros seront consacrés entre 2011 et 2016 à des actions structurantes pour tout Midi-Pyrénées dans ces domaines.

Le premier schéma, consacré à l'enseignement supérieur et à la recherche, concerne la période 2011-2015. Pendant ces cinq années, la Région Midi-Pyrénées investira 580 millions d'euros. Elle souhaite aller plus loin dans la démocratisation de l'enseignement supérieur. « Cela part d'un constat, explique le président Martin Malvy. Le nombre d'étudiants est en baisse. Nous devons donc développer les formations sur les neufs sites hors Toulouse. Le pourcentage de boursiers y est plus élevé qu'ailleurs, ce qui prouve qu'il y a un besoin. »

Cet axe de travail permet également à la Région de garantir un aménagement plus équilibré du territoire régional, l'une des deux autres ambitions du SRESR. L'investissement a aussi pour but d'améliorer la valorisation économique de la recherche. Plusieurs mesures ont été adoptées dans le cadre de ce schéma régional. Le Pass Mutuelle viendra par exemple soutenir entre 15 000 et 20 000 étudiants dès la rentrée prochaine. Enfin, la Région fera également des efforts sur le logement étudiant.

Pour ce qui est du schéma régional de développement économique (SRDE), la Région s'est engagée à investir 500 millions d'euros sur la période 2011-2016, dont 130 millions consacrés aux entreprises du secteur aéronautique. Le Conseil régional veut ainsi poursuivre la politique des contrats d'appui aux entreprises. « L'objectif est d'accroître les performances des entreprises en Midi-Pyrénées, éclaire Martin Malvy. Nos PME sont trop petites par rapport à leur concurrentes. Nous devons les aider à se rapprocher, à mutualiser leurs moyens ou à se développer pour en faire des entreprises de taille intermédiaire. »

Le président du Conseil régional souhaite donc renforcer la mise en place des contrats labo-entreprises, les procédures de soutien à la reprise des entreprises par les salariés et la création de Clusters. « Midi-Pyrénées mène une véritable politique industrielle, a rappelé Martin Malvy. Nous avons également la chance d'avoir un secteur porteur comme l'aéronautique. Mais nous ne devons pas nous réjouir de l'euphorie actuelle. Il faut à tout prix que nos entreprises s'adaptent pour faire face à la concurrence. »

Si le SRDE a été adopté à l'unanimité, les élus d'opposition du groupe « Osons Midi-Pyrénées » ont tenu à « mettre en garde la majorité contre la tentation de mise sous tutelle de l'économie par la mise en place de critères susceptibles de tuer de l'emploi, comme le critère d'éco-conditionnalité ». Le président Martin Malvy a quant à lui rappelé les difficultés budgétaires des régions qui doivent assumer de plus en plus de domaines « délaissés par le gouvernement ».

Paul Périé

En photo : Martin Malvy, président du Conseil régional et Nicole Belloubet, première vice-présidente en charge de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche (crédit Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :