Christian Piquet, conseiller régional Front de Gauche, appelle à voter PS dans le Doubs

 |   |  382  mots
Christian Piquet
Christian Piquet (Crédits : Marie-Lan Nguyen)
Conseiller régional de Midi-Pyrénées, Christian Piquet, également porte-parole de Gauche unitaire et cofondateur du Front de gauche, appelle à voter PS dimanche prochain, lors du second tour des législatives partielles dans le Doubs, qui voient s’opposer le Parti Socialiste et le Front National. Demain, le Parti de Gauche présentera à Toulouse ses candidats pour les départementales en Haute-Garonne, avec EE-LV et Nouvelle Donne. Une alliance de laquelle Christian Piquet se désolidarise.

Christian Piquet, conseiller régional de Midi-Pyrénées, a réagi ce matin par voie de communiqué, aux résultats du 1er tour des législatives partielles, qui ont eu lieu dimanche 1er février. La candidate FN Sophie Montel est arrivée en tête de ce scrutin (32,6 %), suivie de du candidat PS Frédéric Barbier (28,85 %). Le candidat UMP a été éliminé.

"L'élection législative partielle de la 4° circonscription du Doubs confirme les dangers de la situation française. Sa première leçon concerne le très haut taux d'abstention comptabilisé dans l'une des circonscriptions les plus ouvrières du pays. En participant à moins de 40 % au scrutin, les électrices et les électeurs ont d'évidence exprimé leur désarroi et leur colère devant la montée du chômage, la dégradation constante de leurs conditions d'existence, l'austérité mise en œuvre par un gouvernement dont Pierre Moscovici a été l'un des piliers", écrit Christian Piquet.

L'élu, fondateur de La Gauche Unitaire (composante du Front de Gauche), estime que "c'est, une fois de plus, le Front national qui a tiré les bénéfices de cette détresse" et que "le Front de Gauche ne parvient pas à apparaître comme une alternative progressiste crédible à des politiques que rejettent nos concitoyens".

Avant d'appeler au vote socialiste dimanche prochain pour le 2nd tour, Christian Piquet écrit que "les dirigeants socialistes devraient se montrer prudents avant de se féliciter d'un 'effet 11 janvier'".

À noter que demain, mardi 3 février, les partis Europe-Écologie Les Verts, Nouvelle Donne et le Parti de Gauche présenteront à Toulouse leurs candidats pour les élections départementales de mars prochain. Ces trois partis ont refusé de faire alliance avec le PS pour ces élections départementales, montrant leur désaccord avec la politique gouvernementale.

Pour Christian Piquet, leur stratégie n'est pas la bonne et il se désolidarise de cette alliance :

"Je regrette que la gauche parte en ordre dispersé. Une coalition de toute la gauche, PS compris, aurait mérité une étude approfondie. Sur un programme de gauche pour le Département, les divergences ne sont pas si importantes que cela. Avec cette dispersion, le risque est que la gauche n'ait aucune de ses composante présente au second tour."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :