La Haute-Garonne va-t-elle accueillir des réfugiés syriens ?

À Toulouse, les réactions politiques se multiplient au lendemain de la publication de la photo d'un réfugié syrien de 3 ans échoué sur une plage turque. Le député PS de Haute-Garonne Christophe Borgel a lancé ce jeudi un appel aux maires de sa circonscription pour accueillir les migrants. Le NPA organise une manifestation "Refugees Welcome" demain devant le Capitole. À droite, la députée LR Laurence Arribagé se dit favorable à l'accueil de réfugiés. En revanche, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, refuse de s'exprimer sur le sujet.
(Crédits : Reuters)

"L'image de cet enfant échoué sur une plage turque est insoutenable. Il représente aujourd'hui l'humanité toute entière", a lancé hier Christophe Borgel, député PS de la 9e circonscription de Haute-Garonne, sur son blog. L'élu a également publié une liste de 11 maires de sa circonscription prêts à accueillir des familles de réfugiés dans leur commune.

Pour lui, il s'agit de faire appliquer le droit d'asile :

"L'idée, c'est de passer de la déclaration publique aux actes. Dans ma commune, j'ai déjà accueilli il y a quelques temps une famille de réfugiés syriens qui est aujourd'hui en passe d'être naturalisée. Il faut créer un mouvement. Il n'est pas question comme le suggère la droite d'ouvrir les vannes d'une immigration économique. Il s'agit là de médecins, d'avocats, de personnes qui avaient un emploi et qui se retrouvent contraintes de fuir la guerre. En attendant que des décisions soient prises au niveau international, il faut faire appliquer le droit d'asile."

Christophe Borgel précise être en contact avec les services de l'État pour étudier l'application concrète de cette initiative. "De toute façon, parmi les maires signataires, certains ont des communes de moins de 2 000 habitants. Ils ne seront pas en mesure d'accueillir des dizaines de migrants", relève-t-il.

L'initiative du député rejoint l'appel lancé hier soir par Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti Socialiste, et Pierre Cohen, président de la Fédération Nationale des Élus Socialistes et Républicains (FNESR) et ancien maire de Toulouse pour construire "un réseau de villes solidaires prêtes à s'engager à accueillir des familles sur leur territoire". À noter que le Conseil départemental de Haute-Garonne, présidé par le socialiste George Méric, veut adopter la semaine prochaine une aide exceptionnelle "à destination des associations humanitaires qui œuvrent dans ces pays en guerre au plus près des populations victimes".

Après l'annonce d'un accord hier, François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont publié ce vendredi une lettre commune avec une série de propositions et notamment des mesures pour forcer les États à respecter les règles du droit d'asile avec des "quotas contraignants" pour l'accueil des migrants par les pays de l'Union européenne.

Ancien maire de Toulouse et actuellement secrétaire général adjoint des Nations Unies et président d'Unitaid, Philippe Douste-Blazy s'est lui aussi invité dans le débat en lançant hier une pétition en ligne intitulée "Guerre Mondiale ou Solidarité Mondiale ?". Dans une interview accordée à La Tribune-Objectif News, il propose d'instaurer une taxe sur les transactions financières pour financer l'accueil des migrants.

Silence de Jean-Luc Moudenc

En revanche, du côté de Jean-Luc Moudenc, c'est silence radio. Sollicité, le maire de Toulouse ne souhaite pas s'exprimer sur le sujet, ni en tant que maire, ni en tant que président de l'Association des Maires des Grandes Villes de France (AMGVF).

Le candidat FN aux élections régionales en Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, Louis Aliot, dénonce ces appels pour l'accueil de migrants :

"C'est totalement démagogique, car Christophe Borgel ne donne pas de nombre, évidemment. Il ne donne pas d'indications, il joue la solidarité et l'humanisme d'une manière publicitaire. Si, demain, il y a un million de réfugiés qui fuient la guerre, on les met où ? Dans quel logement puisqu'il n'y a pas de logements vacants ? Dans quelles écoles puisque certaines écoles ferment ? Quels emplois puisque le chômage n'a jamais été aussi haut dans notre pays ? Que Monsieur Borgel et ses amis commencent par en accueillir chez eux dans leur résidence secondaire. La solution, c'est déjà de renouer le dialogue avec Bachar Al-Assad en Syrie".

La députée Les Républicains de Haute-Garonne, Laurence Arribagé, a pour sa part une position claire :

"Il ne faut pas confondre l'immigration illégale, organisée par des réseaux mafieux qui surfent sur la misère des gens, et ces réfugiés qui fuient la guerre dans leur pays. Ne nous trompons pas de sujet. Nous devons stopper l'immigration illégale, mais nous avons évidemment vocation à accueillir ces réfugiés syriens. Ils ne viennent pas profiter de notre système social, ils cherchent une terre d'asile, et la France est une terre d'asile."

Néanmoins, pour la députée, le problème ne peut pas se régler par des initiatives individuelles :

"Je respecte la démarche de Monsieur Borgel, mais j'estime qu'en tant que députés, ce n'est pas notre rôle de dire aux maires de nos circonscriptions ce qu'ils doivent faire. Nous avons besoin d'une vraie politique de long terme, gérée au plus haut niveau de l'État. La priorité est de faire en sorte que les Syriens puissent rester chez eux en sécurité. La question d'une intervention militaire contre Daesh va se poser."

Manifestation et initiative citoyenne

Outre les politiques, des citoyens prennent également des initiatives en faveur de l'accueil des réfugiés en France. À Toulouse, Cyrille Venaruzzo a créé le groupe Facebook "Parce qu'en France on veut aussi héberger, qu'on est pas des krevards" qui compte 150 membres. "L'élément déclencheur, c'est la photo bien sûr, et aussi une pétition en Islande pour accueillir 5 000 réfugiés alors que leur gouvernement n'en voulait que 50, explique-t-il. Ce groupe doit permettre de partager les informations, les témoignages et les initiatives. Pour l'instant, les réfugiés ne sont pas encore à Toulouse, mais ils finiront bien par arriver. Accueillir des gens qui fuient la guerre, il n'y a rien de honteux ou de criminel."

De son côté, le parti NPA appelle à un grand rassemblement place du Capitole ce samedi à partir de 17h. Mot d'ordre : "Refugees welcome ! Réfugiés vous êtes les bienvenus !"

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/09/2015 à 11:52
Signaler
5 millions et 500 000 chômeurs inscrits à Pole Emploi : cela ne suffit pas ? Il faut en importer en masse ? Pauvre France... Bientôt la facture ! 2017 Reste Marine : le dernier espoir...

le 13/09/2015 à 18:19
Signaler
Ces propos sont inadmissibles. La terre n'appartient à personne. La solidarité est de mise . Nous ne sommes à l'abri de rien: fuir la guerre, la misère et le chaos est un droit: tendre la main est un devoir. Si chaque commune accueille au moins deux ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.