Les Jeunes Dirigeants préparent 2012. Entretien avec Michel Meunier, président du CJD.

 |   |  446  mots
Michel Meunier, président national du Centre des Jeunes Dirigeants
Michel Meunier, président national du Centre des Jeunes Dirigeants
Michel Meunier, président national du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) était à Toulouse le 20 octobre. Devant une trentaine de membres du mouvement patronal et quelques élus, il a présenté 3 propositions pour 2012 en attendant la publication en novembre d'un livre de 160 pages.

Pourquoi le CJD fait-il des propositions politiques ?
Les hommes politiques sont dos au mur et doivent désormais déterminer leurs stratégies par rapport à ce qui leur est imposé par les marchés financiers. C'est hallucinant. Aujourd'hui, le CJD ne défend pas d'intérêt catégoriel mais la vision qu'il a de la place de l'entreprise dans la société. Les crises économiques, sociales, écologiques et morales prennent en otage l'Etat. C'est pourquoi nous faisons notamment 3 propositions.

Vous préconisez une fiscalité écologique ?
Nous préconisons la réduction du coût du travail pour redonner à la France sa compétitivité en basculant sur des bio-taxes. 40 % de notre économie nous est offerte par la nature. A horizon 2050, si on continue à dégrader les écosystèmes, les entreprises devront dépenser 2.000 milliards par an pour remplacer ce qui est offert par la nature. Le principe est d'inverser progressivement les régulations actuelles en rendant peu coûteux ce qui est souhaitable (travail, entretien du capital naturel, etc.) et plus coûteux ce qui est non-souhaitable (utilisation des ressources fossiles ou lentement renouvelables comme l'eau ou les poissons, pollutions, etc.).

Deuxième proposition, la simplification de la feuille de paye ?
Aujourd'hui ce que nous constatons en tant qu'entrepreneurs, c'est que la simplification est toujours dans le discours, jamais dans les actes. La feuille de paye est devenue une usine à gaz ingérable. Elle comprend 38 lignes quand le bulletin britannique en comprend 4. Simplifions la vie de l'entrepreneur, mettons l'impôt sur le revenu en prélèvement d'impôt et permettons à l'Etat de réduire ses coûts.

Vous réfléchissez aussi à une proposition surprenante, la suppression de l'argent liquide.
C'est une proposition portée depuis 2007 par le CJD et qui est à prendre au sérieux. C'est une mesure radicale pour lutter contre les fléaux de la drogue, de la corruption et du travail non déclaré. Ces économies parallèles échappent aux prélèvements fiscaux et sociaux et constituent un manque à gagner considérable pour le budget de l'État et le financement de la protection sociale. Avant, on avait le temps d'attendre 20 ou 30 ans pour changer parce que le monde prenait le temps de changer. Aujourd'hui tout s'est accéléré et des décisions sont à prendre rapidement.

Propos recueillis par Emmanuelle Durand-Rodriguez


En savoir plus
Michel Meunier est président national du CJD jusqu'en juin 2012. Des primaires internes auront lieu le 25 novembre pour choisir le futur président. Daniel Luciani, président de l'agence toulousaine de communication Icom est candidat. Le CJD de Toulouse est présidée par Anne-Marie de Couvreur.

En photo : Michel Meunier, président national du CJD (DR)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :