Rassemblement de soutien aux otages en Afghanistan

 |   |  446  mots
Le rassemblement de soutien aux journalistes otages en Afghanistan, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, et à leurs trois accompagnateurs, a réuni une centaine de personnes ce vendredi en début d'après-midi à Toulouse.

Le rassemblement de soutien aux journalistes otages en Afghanistan, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, et à leurs trois accompagnateurs, a réuni une centaine de personnes ce vendredi en début d'après-midi à Toulouse. Les deux Français et les trois Afghans ont été enlevés il y a exactement 500 jours.

A l'initiative de France 3 Sud, une centaine de personnes étaient présentes ce vendredi à 13h place Saint-Étienne à Toulouse, devant la Préfecture de région, afin de marquer les 500 jours de détention des journalistes de France 3 Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, enlevés avec leurs trois accompagnateurs au cours d'un reportage en Afghanistan. 500 jours : c'est la plus longue détention de journalistes français depuis les otages au Liban, dans les années 1980. La dernière preuve de vie connue des deux hommes, un enregistrement vidéo, date de novembre 2010.

Dans les rangs, beaucoup de journalistes mais aussi d'autres venus apporter leur soutien. Des élus et représentants politiques également comme Gisèle Verniol, première adjointe au maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, président de l'UMP 31... et Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. A Toulouse depuis la veille, elle a effectué une visite inopinée et dit quelques mots de soutien au micro, remerciant les organisateurs et les personnes présentes pour leur engagement.

Les textes de plusieurs auteurs toulousains (Frédérique Martin, Christian Autier, Pascal Dessaint, Laurent Mauvignier...) ont été lus pendant que deux graffeurs toulousains, Reso et Demon, réalisaient en arrière plan de superbes portraits des otages. Les participants ont été invités à apposer leur empreinte sur le graff, « coup de pouce » symbolique. Tous inquiets : après la mort d'Oussama Ben Laden, quel est l'avenir des otages ? Sans oublier les cinq autres Français retenus contre leur gré. Des dizaines d'autres manifestations ont eu lieu aujourd'hui dans le reste de la France. A Paris, l'impatience se mêlait à la colère. En témoignent les propos de Florence Aubenas : « On est en train de se demander si la France est en train de changer de politique vis-à-vis des otages. Ce qu'on demande, c'est un engagement. » Ou ceux du président de Reporters sans frontières, Dominique Gerbaud : « Le moment est venu de dire que notre confiance dans les autorités est en train de s'émousser. Aujourd'hui, il y a des doutes. »

Mikaël Lozano

Signez la pétition et soutenez le Comité de soutien : www.liberezles.net

En photo : ministre de l'Enseignement supérieure et de la Recherche, Valérie Pécresse est venue apporter son soutien aux otages en début d'après-midi (© Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :