Bruno Fortier réalisera l'aménagement de la rue Alsace Lorraine à Toulouse

Le cabinet d'architecture parisien Bruno Fortier a été retenu pour réaliser l'aménagement urbain d'une portion de la rue Alsace Lorraine à Toulouse. La zone concernée est comprise entre Esquirol et la rue Lafayette, intégrant le square Charles de Gaulle, les rues du Poids de l'Huile et Lafayette. Bruno Fortier entend « rendre l'espace encore plus vivant ».Bruno Fortier va s'attaquer à une artère phare de Toulouse : la rue d'Alsace Lorraine.

5 mn

Le cabinet d'architecture parisien Bruno Fortier a été retenu pour réaliser l'aménagement urbain d'une portion de la rue Alsace Lorraine à Toulouse. La zone concernée est comprise entre Esquirol et la rue Lafayette, intégrant le square Charles de Gaulle, les rues du Poids de l'Huile et Lafayette. Bruno Fortier entend « rendre l'espace encore plus vivant ».

Bruno Fortier va s'attaquer à une artère phare de Toulouse : la rue d'Alsace Lorraine. L'axe Nord-Sud de la ville concentre une part prépondérante de l'activité commerciale avec 184 boutiques pour un chiffre d'affaires de 300 millions d'euros, soit 52% du chiffre d'affaires de l'hyper-centre, et plus de 200 professions libérales. En septembre 2007, après la mise en service de la ligne B du métro, un aménagement expérimental de la rue était inauguré, réduisant la circulation automobile. Aujourd'hui, le projet d'aménagement urbain, première opération du centre-ville portée par la Communauté Urbaine, va plus loin. Il s'étend de la place des Carmes, au Sud, jusqu'au début du boulevard de Strasbourg. Soit une superficie totale de 34.812 m2. « Il y avait une forte attente des usagers et riverains, affirme Pierre Cohen, maire de Toulouse et président du Grand Toulouse. La logique aurait voulu que nous soyons dans une réflexion plus globale. Mais il est intenable de supporter la dégradation de la rue et de l'aménagement provisoire. Il est nécessaire d'aller vite, c'est pourquoi le projet a été découpé en trois séquences. »

La première à être mise en œuvre sera la partie comprise entre la rue Lafayette et Esquirol, incluant le square Charles de Gaulle. Cette zone a fait l'objet d'un concours de maîtrise d'œuvre. Trois équipes avaient été retenues : le gagnant a été dévoilé ce 5 novembre en mairie de Toulouse. Il s'agit du cabinet d'architecture parisien de Bruno Fortier, au détriment des cabinets de Francesco Mangado et du Toulousain Rémi Papillaud. « Sa renommée suffit à ne pas le présenter, s'est réjouit Pierre Cohen. Son projet répond à des notions de sobriété, de vision des fonctionnalités, de matériaux nobles avec une meilleure articulation de la rue avec le square, sans fermer aucune porte. Cela nous a semblé être le meilleur des produits. Nous mettons une pression pour que le chantier soit rapidement mis en œuvre. » Les premiers travaux de réseaux débuteront le 8 février 2010; ceux concernant la rue démarreront le 18 janvier 2011. Le nouvel aménagement sera achevé en décembre 2012.

« Il s'agit ici d'un espace atypique, linéaire, de bonne taille mais pas très large, note Bruno Fortier. Le but est de le rendre encore plus vivant. Nous voulons en faire un plateau essentiellement piéton d'une largeur de 15 mètres, comportant une chaussée pavée large de 3,30 m. Celle-ci sera dotée de chaque côté d'une voie réservée aux piétons clairement identifiée. Les vélos circuleront en chaussée vers la place Jeanne d'Arc et sur le plateau vers la rue de Metz. Nous allons travailler sur la subtilité du vide, avec peu de mobilier urbain. Il faut trouver du souffle, de la clarté. Les arbres, en excellent état, resteront là. Le bassin n'est pas formidable, nous devrons repenser la circulation de l'eau. Nous prévoyons des mâts aériens en aluminium ou en carbone supportant les sources lumineuses, pouvant aller jusqu'à 12 ou 13 mètres de hauteur. L'idée est de déboucher sur un grand boulevard de lumière en venant des petites rues à proximité. » La question du pavage n'a pas encore été tranchée. « Nous ferons des planches d'essai pour déterminer les meilleures couleurs, poursuit Bruno Fortier. Mais nous penchons pour du basalte ou du granit, en dalles et en pavés. Avec peut-être des inserts métalliques pour signaler l'itinéraire cyclable. Ce sera un marquage discret : il n'est pas question de faire des canyons de métal pour séparer piétons et cyclistes ! Quant aux livraisons des commerçants, cruciales, nous proposons un système sur des aires dédiées et clairement identifiées par un marquage spécifique. »

« Le coût de cette tranche est de 11,2 millions d'euros HT, complète Pierre Cohen. Cela comprend la démolition et les travaux de réseau, la voirie, le mobilier, les espaces verts, la signalisation. » Par ailleurs, une cellule permanente d'informations sera mise en place et une newletter envoyée aux commerçants et riverains. Les autres séquences de la rue (du boulevard de Stasbourg à la rue Lafayette et d'Esquirol aux Carmes) feront l'objet de principes d'aménagement qui s'intègreront menée par le Grand Toulouse d'ici la fin de l'année. Quant aux autres quartiers de Toulouse ayant besoin d'un coup de jeune (Bonnefoy, Saint-Michel...), « nous n'avons pas la capacité financière pour entreprendre leur réaménagement total, explique Pierre Cohen. Mais des décisions, concernant le stationnement par exemple, peuvent être prises. »

Sur son blog, le groupe d'opposition « Toulouse pour tous » évoquait le 5 octobre l'aménagement de la rue Alsace Lorraine : « Une délibération, prise lors du conseil municipal du 26 septembre 2008, a annulé le concours d'urbanisme qui avait été lancé, sous la municipalité précédente, pour un aménagement définitif de la rue Alsace-Lorraine. Cette décision a nécessité une indemnisation des trois équipes qui avaient quasiment achevé leur travail, ce qui a coûté au contribuable toulousain 240.000 euros. A cet argent perdu s'ajoute le temps perdu, qui va rendre de moins en moins supportable le caractère provisoire de cette artère principale de la ville. {...} Une qualité d'aménagement à deux vitesses ne semble pas être une bonne option, car le revêtement provisoire déjà dégradé risque de se détériorer davantage dans la partie appelée à être rénovée dans un second temps. Le Groupe émet le vœu que l'aménagement définitif de la rue Alsace-Lorraine soit traité en un seul chantier, sous réserve bien sûr de l'accord des riverains et commerçants concernés. »

En savoir plus :
- Bruno Fortier est lauréat du Grand prix de l'Urbanisme 2002. Diplômé de l'Institut d'Urbanisme de Paris, il est l'auteur des aménagements de l'Ile Feydeau à Nantes, la place Masséna à Nice, la rue Watt à Paris ou de la ZAC Monges Croix du Sud à Cornebarrieur. Pour ce projet toulousain, il s'est entouré de Jean-Thierry Bloch (ingénieur), Fernando Vega Sanchez (architecte urbaniste), Light Cibles (éclairagiste), Ingénieurs&Paysages (paysagiste), Arcadis (bureau d'études techniques) et Sylvain Dubuisson (designer).

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.