Carrefour des maires 31 : les élus ne veulent pas de la réforme

 |   |  446  mots
Le deuxième carrefour des maires, des élus et des collectivités territoriales s'est ouvert vendredi 9 octobre à Toulouse. Deux jours de conférences et d'ateliers au cours desquels les maires vont partager leurs expériences et surtout leurs inquiétudes à propos des réformes les concernant.La manifestation, organisée par le groupe Dépêche en partenariat avec les associations de maires de toute la région Midi-Pyrénées, de l'Aude et du Lot-et-Garonne, devait être l'occasion de partager les expériences des uns et des autres et de réfléchir aux solutions à trouver en temps de crise.

Le deuxième carrefour des maires, des élus et des collectivités territoriales s'est ouvert vendredi 9 octobre à Toulouse. Deux jours de conférences et d'ateliers au cours desquels les maires vont partager leurs expériences et surtout leurs inquiétudes à propos des réformes les concernant.

La manifestation, organisée par le groupe Dépêche en partenariat avec les associations de maires de toute la région Midi-Pyrénées, de l'Aude et du Lot-et-Garonne, devait être l'occasion de partager les expériences des uns et des autres et de réfléchir aux solutions à trouver en temps de crise. L'actualité en a décidé autrement : « La réforme des collectivités territoriales sur laquelle travaille le gouvernement fait naître beaucoup d'inquiétude chez les élus, a déclaré Jean-Michel Baylet, sénateur et président du conseil général du Tarn-et-Garonne. Elle repose sur des postulats inexistants qui remettent en cause l'autonomie des collectivités ».

Dans son viseur, la taxe professionnelle : « Sa suppression a été décidée de manière irresponsable car aucune compensation n'est prévue ». Un sentiment partagé par Pierre Izard, président du conseil général de la Haute-Garonne : « Si sa disparition n'est pas intervenue avant, alors que cela fait 25 ans que l'on y pense, et que l'on souhaite sa disparition, c'est tout simplement que l'on n'a pas trouvé de solution, a-t-il rappelé lors du discours inaugural de la manifestation. On ne peut pas accepter ces réformes qui portent atteinte à la responsabilité des élus ».

Et le président du conseil général de partir dans un plaidoyer pour La collectivité territoriale : « Il ne faut pas oublier qu'elle le premier investisseur économique, celle qui permet, même en période crise, aux entreprises de s'en sortir, a-t-il insisté. Ce week-end est l'occasion de manifester notre réprobation qui est quasi unanime car elle est plus institutionnelle que politique ».

La Région, par la voix de sa vice-présidente Cette réforme, que je qualifierai de politique, pose le problème de l'égalité territoriale et de l'avenir du service public. Son application va aboutir à une fragilisation des territoires. »

De son côté, la mairie, par l'intermédiaire de Thierry Cotelle, adjoint en charge du développement économique, a également souligné l'importance des synergies locales : « Nous avons vécu un changement de statut important cette année puisque les 25 communes du Grand Toulouse se sont regroupées en communauté urbaine ce qui nous permettra de jouer un rôle plus important sur le plan européen. »

Rappelons que l'assemblée générale de l'association des maires de Haute-Garonne se tiendra samedi matin au parc des expositions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :