Pierre Cohen : « 20% de logements sociaux avant 2014 »

 |  | 775 mots
Entretien avec Pierre Cohen, maire de Toulouse et président de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse. A l'occasion du congrès de l'Union sociale pour l'habitat, à Toulouse, il revient sur la politique et les moyens alloués au logement social par la Ville et le Grand Toulouse. 2.215 nouveaux logements étudiants sont programmés dans l'agglomération en 2009.Quels sont les besoins en logements sociaux ?

Entretien avec Pierre Cohen, maire de Toulouse et président de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse. A l'occasion du congrès de l'Union sociale pour l'habitat, à Toulouse, il revient sur la politique et les moyens alloués au logement social par la Ville et le Grand Toulouse. 2.215 nouveaux logements étudiants sont programmés dans l'agglomération en 2009.

Quels sont les besoins en logements sociaux ?
Notre agglomération se distingue par un marché immobilier très tendu, en décalage avec les ressources de nombreux ménages. Malgré un parc de 53.000 logements, nombreux sont ceux qui attendent un logement social. L'agglo doit relever trois grands défis en matière de politique du logement : produire davantage, produire du logement accessible et solidaire, produire du logement économe et durable.

Quelles sont vos prévisions pour 2009 ?
Le Grand Toulouse prévoit de produire 2.215 logements locatifs familiaux en 2009, sachant que la moyenne des années précédentes était de 1350. Sans oublier la création de 800 logements supplémentaires pour les étudiants. Sur Toulouse, nous produirons 4.500 logements sociaux sur 3 ans. Nous imposons à minima 20% de logements sociaux sur chaque zone d'aménagement concertée (Zac).

Justement, la loi SRU prévoit 20% de logements sociaux. Toulouse n'y est pas...
Tout dépend de ce que vous comptabilisez. Si l'on s'en tient aux logements sociaux familiaux, nous en sommes à plus de 16%. Mais si l'on rajoute les logements conditionnés privés, les logements étudiants, nous arrivons à 18%. Je compte bien atteindre les 20% d'ici la fin de mon mandat en 2014 ! Ce qui compte, plus que ce seuil, c'est que la progression des villes doit être significative.

Pour l'heure, seules Blagnac et Colomiers respectent la loi. Cette ambition s'applique-t-elle à la communauté d'agglomération ?
Toutes les communes du Grand Toulouse ne sont pas assujetties à la loi SRU. Mais nous sommes en train d'élaborer le Plan local de l'habitat 2010-2015. Je ferai pression pour que les communes concernées se mettent en conformité.

Créer des logements impose une maîtrise publique foncière.
La Ville de Toulouse y affecte 16 M€, dont 50% pour le logement social. En 2008 et 2009, pour un total de 13,6 M€, nous avons acquis en terrain et en bâti de quoi produire 733 logements sociaux. En 2007, sous l'ancienne municipalité, 1,472 M€ avaient été alloués pour des acquisitions qui permettaient la production de seulement 14 logements sociaux.

Quels moyens sont alloués par la Ville au logement ?
Le mois dernier, le Conseil d'Etat a épinglé la politique du gouvernement, marquée par un désengagement massif de l'Etat et illustrée par la baisse de plus de 14% du budget du ministère de Logement entre 2008 et 2009, dont la moitié (7%) de baisse sur l'aide au logement social. Il convient d'intervenir pour garantir ce bien de première nécessité qu'est le logement pour tous. Le budget lié à la politique du logement et de l'habitat a été doublé en passant à 19 M€ afin de permettre l'engagement et la livraison par les bailleurs et les promoteurs de 4.500 logements sociaux dans les 3 ans.

Des aides à la personne ont-elles été mises en place ?
Nous avons lancé le Pass-log, dont l'objectif est d'assurer une avance pour le premier mois de loyer des étudiants. Un million d'euros sera débloqué par la Ville. Pass-log devrait bénéficier à 2.500 étudiants. Le budget de l'aide à l'habitat des personnes âgées passera de 72.000 à 200.000 € en 2010. Le Grand Toulouse va adopter le Pass foncier pour aider les familles les plus défavorisées à devenir propriétaires.

Que faire pour remettre sur le marché les nombreux logements vacants ?
Fin 2007, une étude a montré l'existence de 2.000 logements vides sur Toulouse nécessitant des travaux. Nous avons mis en place un dispositif complémentaire de celui du Conseil général pour encourager leur remise sur le marché. Avec une enveloppe budgétaire de 2,5 millions d'euros par an, ce programme représente un objectif de remise de 50 à 100 logements annuellement.

La rénovation du parc social est-elle prévue ?
Avec le Grand Projet de Ville, nous avons engagé un programme de déconstruction et de reconstruction des logements les plus vétustes. Pour les quartiers où une réhabilitation lourde paraît nécessaire, j'ai déposé une candidature au Programme national de requalification des quartiers anciens dégradés. 480 logements pourraient être concernés.


En savoir plus :
- Le Congrès national de l'Union sociale pour l'habitat s'est ouvert ce 15 septembre au Parc des Expositions de Toulouse. Benoist Apparu, secrétaire d'Etat chargé du Logement et de l'Urbanisme, sera présent lors de la séance de clôture jeudi 17 septembre. Le congrès est associé au salon des professionnels de l'habitat H'Expo, qui accueille plus de 200 exposants. www.union-habitat.org

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :