Vœux de Martin Malvy : "Nous ne renoncerons à aucun de nos projets"

 |   |  627  mots
Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, a présenté jeudi 6 janvier ses vœux à la presse. L'occasion pour lui de réagir sur les futures réformes fiscale et institutionnelle qui se profilent. Au programme également de ces vœux : le bilan des actions 2010 de la Région et la présentation des grands projets à venir. Après des vœux 2009 très « discrets » en raison des élections régionales qui se préparaient, Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, s'est fait plus incisif en ce début d'année.

Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, a présenté jeudi 6 janvier ses vœux à la presse. L'occasion pour lui de réagir sur les futures réformes fiscale et institutionnelle qui se profilent. Au programme également de ces vœux : le bilan des actions 2010 de la Région et la présentation des grands projets à venir.

Après des vœux 2009 très « discrets » en raison des élections régionales qui se préparaient, Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, s'est fait plus incisif en ce début d'année. Les réformes institutionnelle et fiscales qui devraient s'appliquer prochainement ont en effet fait réagir fortement le président de la Région : « Si j'ai un vœu à formuler, c'est qu'elles ne soient jamais appliquées ! » Définissant son équipe comme étant celle des « derniers Mohicans », Martin Malvy a argué qu' « on ne peut avoir de politiques régionales qui soient l'addition des politiques locales de petits territoires. Ce serait un retour en arrière au temps des établissements publics régionaux, une formidable régression. »

Sur le point des réformes fiscales, le président de Région n'a pas été plus tendre, remarquant que « nos régions n'ont plus aucun moyen pour faire évoluer leur budget » et qu'il fallait redouter un « décrochage général ». Martin Malvy s'est néanmoins félicité que Midi-Pyrénées soit la région la moins endettée de France et que ses capacités d'autofinancement soient au plus haut, soit environ 250 millions d'euros. « Nous allons pouvoir continuer d'investir en attendant une nouvelle réforme de la fiscalité locale mais d'autres régions, dans les prochaines années, pourraient ne plus pouvoir le faire », a-t-il prévenu. Et de rappeler que « la Région s'est déjà engagée dans un programme de restriction des dépenses ». A commencer par les frais de réception, « divisés presque par deux », la réduction de 50% du parc automobile (en cours) et une baisse de 10% du budget de communication. Les budgets des agences régionales ont eux aussi été rognés.

Quatre grands dossiers

Parmi les projets marquants de 2011, le président de la Région a relevé le lancement de l'écochèque, la mise en place d'une caution pour les logements étudiants, ou encore le programme Ordilib destiné à rendre l'outil informatique accessible à tous les lycéens. Il a également rappelé les nombreux chantiers lancés ou clôturé durant l'année, tant dans le domaine des travaux publics que de l'enseignement supérieur ou de la recherche. « Nous ne renonçons à aucun de nos projets. Le deuxième Plan lycée (2007-2013) sera mené à son terme, de même que la mise à deux fois deux voies de l'axe Auch Toulouse », a-t-il notamment précisé.

Au delà des projets en cours, quatre grands dossiers devront être débattus en région en cette année 2011, a rappelé Martin Malvy : le schéma régional de développement économique dont la finalisation est attendue en juin, le schéma sur la formation professionnelle (lancé hier), le schéma régional de l'enseignement supérieur et l'Agenda 21 régional.

Martin Malvy a par ailleurs salué la future visite du président de la République à Toulouse le 13 janvier : « Je suis très heureux que le président vienne saluer la réussite de Midi-Pyrénées ». « Nous essayerons de lui faire passer le message que si l'Allemagne a mieux resisté que nous c'est peut être parce qu'elle a une administration décentralisée et des landers puissants », a-t-il conclu.

Marie Grivot

- En savoir plus :
www.midipyrenees.fr

En photo : Martin Malvy, président du Conseil régional (© Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :