Rentrée scolaire : la Région veut éviter la fracture numérique

 |   |  698  mots
Martin Malvy a inauguré le 30 août la première phase du chantier d'extension et de restructuration du lycée toulousain Jolimont, financé à hauteur de 10,2 millions d'euros par la Région. L'occasion pour lui de présenter les nouveautés d'une rentrée que le président du Conseil régional souhaite placer sous le signe du numérique.

Avec 530 millions d'euros, l'Hôtel de Région consacre 42,4 % de son budget à l'éducation et la formation.

Signe de l'importance accordée par Martin Malvy à la rentrée scolaire, c'est entouré d'une cohorte de vice-présidents que le président du Conseil régional a présenté les nouveautés de la rentrée 2010. Outre la première d'entre eux, Nicole Belloubet, en charge de l'éducation, l'enseignement supérieur et la recherche, Jean-Claude Traval, responsable du sport et de la vie associative, Vincent Labarthe, en charge de l'agriculture, l'agroalimentaire et l'enseignement agricole, François Simon, des solidarités, de la jeunesse et la santé et Charles Marziani, en charge des transports collectifs et des infrastructures de transports, étaient en effet présents à ses côtés au lycée Jolimont ce lundi 30 août.

« C'est un moment important de l'année, a-t-il tenu à préciser. Cette rentrée est placée sous le signe de la technologie de l'information et de la communication. » Au rayon des innovations, le président de la Région a principalement insisté sur trois points. A commencer par la généralisation de l'environnement numérique de travail : « Il s'agit de favoriser l'arrivée des nouvelles technologies dans la vie de nos établissements, a-t-il précisé. D'ici fin 2010, les 127 lycées de la région seront équipés du portail de services en ligne ENT. » « La Région a la volonté d'aider les jeunes à rentrer de plein pied dans la société du XXIe siècle qui sera celle du numérique », a insisté Nicole Belloubet.

Après avoir égrené les ordinateurs, vidéoprojecteurs, imprimantes ou autres tableaux interactifs supplémentaires dont les établissements midi-pyrénéens vont bénéficier dès la rentrée prochaine grâce à la contribution de la Région, son premier édile s'est longuement appesanti sur le dispositif OrdiLib' fraîchement mis en place : « Nous nous étions engagés, pendant la campagne des régionales, à permettre à tous les jeunes de disposer d'un ordinateur portable, c'est chose faite. Nous sommes la première région à le faire parce que nous croyons que les technologies nouvelles font partie de la vie des établissements. »

L'aspect social a également motivé cette initiative dont l'investissement s'élèvera à 12 millions d'euros sur trois ans. « L'achat d'un ordinateur constitue un effort insupportable pour certaines familles, argumente Martin Malvy. En proposant des tarifs variables selon les revenus des parents, on veut éviter la fracture numérique pour les jeunes. 32 000 élèves sont potentiellement concernés par cette mesure. » Concrètement, les ordinateurs portables coûteront entre 30 et 480 €, sous conditions de ressources. Pour une famille gagnant moins de 2.000 € par mois, par exemple, l'acquisition d'un appareil reviendra à 120 €.

Toujours sur le volet social, la Région pérennise le dispositif Chéquier lecture pour permettre aux lycéens et apprentis d'acheter des livres scolaires ou plaisir via un chèque d'une valeur de 50 à 100 € selon la formation suivie. Une opération dont l'investissement est estimé à 8 millions d'euros. Le logement est aussi au cœur de l'action régionale : « Ayant constaté que certains étudiants éprouvaient des difficultés pour se loger, nous avons mis en place un système de caution sur 10 mois pour des loyers plafonnés à 500 € » a poursuivi Martin Malvy.

Suite à l'enquête menée par Eurostat classant la France au 6e rang des plus mauvais systèmes européens concernant l'apprentissage et la connaissance des langues étrangères, la Région a, d'autre part, souhaité s'emparer du problème en mettant en place des laboratoires de langue. Un budget de 1,2 million d'euros a été alloué pour cette initiative.

Au global, avec plus de 530 millions d'euros dépensés en 2010, l'éducation et la formation représentent 42,4 % du budget du Conseil régional. « L'éducation demeure prioritaire, a rappelé Martin Malvy. Reste que certaines interrogations existent quant à l'avenir vu la réforme de la fiscalité qui prive les régions de la possibilité de faire évoluer leurs recettes. »

Jean Couderc

En photo : Nicole Belloubet, 1re vice-présidente en charge de l'éducation, l'enseignement supérieur et la recherche, Martin Malvy, président du Conseil régional et Gérard Monpays, proviseur du lycée Jolimont (© Rémi Benoit)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :