Conseil régional : Martin Malvy et les vice-présidents élus lors de la 1re assemblée

 |   |  1382  mots
Martin Malvy a officiellement été réélu par 69 voix contre 22 lors de la première séance du nouveau Conseil régional, ce vendredi 26 mars. Les vice-présidents ont aussi été désignés. Le président a aussi annoncé qu'il proposerait Catherine Jeandel à la présidence de Midi-Pyrénées Innovation et Bernard Plano à celle de Midi-Pyrénées Expansion.Les premières passes d'armes n'ont guère tardé lors de la première session du Conseil régional nouvellement élu.

Martin Malvy a officiellement été réélu par 69 voix contre 22 lors de la première séance du nouveau Conseil régional, ce vendredi 26 mars. Les vice-présidents ont aussi été désignés. Le président a aussi annoncé qu'il proposerait Catherine Jeandel à la présidence de Midi-Pyrénées Innovation et Bernard Plano à celle de Midi-Pyrénées Expansion.

Les premières passes d'armes n'ont guère tardé lors de la première session du Conseil régional nouvellement élu. Martin Malvy, réélu pour un 3e mandat, et Brigitte Barèges, chef de file de l'opposition, ont ce vendredi 26 mars cherché à marquer leur territoire, cette dernière demandant la parole dès le début de la séance et exhortant la majorité « à plus de modestie ». Sa requête a été refusée par Martin Malvy, se basant sur la loi qui stipule que personne ne peut monter à la tribune avant l'élection du président. S'ensuivit plusieurs anicroches, une demande d'interruption de l'opposition... Vers 10h30, la réélection du président sortant était effective par 69 voix contre 22, avant celle des vice-présidents (voir la liste ci-dessous). Europe Ecologie et le PRG disposeront de trois vice-présidences, et le Front de Gauche une sur 15. A noter que François Simon, ex-PS et ancien candidat à la mairie de Toulouse en 2001 et 2008, sera en charge de la solidarité et que Gérard Onesta sera en charge des affaires européennes, des relations internationales, de la coopération décentralisée et de la réflexion sur l'avenir des Régions. Bernard Raynaud et Charles Marziani conservent leurs portefeuilles précédents.

Une fois réélu, Martin Malvy a pris la parole à la tribune, déclarant « ressentir un profond honneur à l'idée de présider une nouvelle fois cette assemblée ». Il a affirmé vouloir poursuivre la direction tracée lors de ces 2 mandats précédents « avec la même détermination, le même engagement, la même disponibilité et la même écoute ». Évoquant aussi « le double enseignement de ce scrutin : l'adhésion des citoyens à notre politique régionale et le refus marqué de la politique nationale. Le Conseil régional doit être non pas un contre-pouvoir, mais servir une contre-politique. » Martin Malvy s'est élevé contre le projet de réforme des collectivités locales et de la taxe professionnelle. Il a également évoqué l'accord passé avec Europe Ecologie et le Front de Gauche entre les deux tours : « En nous rapprochant, nous n'avons renoncé à rien. Tous devraient trouver leur place dans notre assemblée. La diversité dans l'union n'a jamais affaibli. »

Les autres tendances politiques ont tour à tour pu s'exprimer au micro. Thierry Suaud, président du groupe socialiste, a jeté une bombe dans l'hémicycle, annonçant presque en direct que le ministère du Travail venait « d'accepter le licenciement des salariés protégés et délégués du personnel de Molex... Ainsi, le gouvernement s'allie à ceux qu'ils appelaient des patrons voyous il y a peu... »

Brigitte Barèges a ensuite renouvellé son « exhortation à la modestie. Le parti victorieux, c'est celui de l'absention, près d'un électeur sur deux ne s'est pas déplacé. Il nous appartiendra à nous, groupe d'opposition, d'être les aiguillons d'une politique volontariste pour le désenclavement routier, numérique... de la région ». La chef de file de l'UMP a demandé la mise en place d'un système permettant aux citoyens, via internet, de poser leurs questions aux élus régionaux. Se disant « très heureuse de rester dans ce groupe d'opposition uni et investi », citant de Gaulle, elle a aussi émis le souhait que le groupe d'opposition bénéficie de 4 présidences sur les 16 commissions. Demande rejetée un peu plus tard par Martin Malvy, préférant parler « de minorité plutôt que d'opposition. Les commissions seront composées à la proportionnelle mais auront un président issu de la majorité. »

Écharpe... verte autour du coup, Gérard Onesta, chef de file d'Europe Écologie lors de ces régionales, s'est lui aussi exprimé, estimant que « le signal des urnes a donné un signal très clair : la droite n'est pas la hauteur, la gauche doit l'être. A ceux qui croient que notre attelage ne va pas durer, je peux témoigner du respect total dans lequel les responsabilités ont été réparties, avec beaucoup de transversalité. Les écologistes entrent en force dans cette assemblée : ils seront loyaux et exigeants. »

A l'heure de la pause, Brigitte Barèges, comme Martin Malvy, a tenu sa conférence de presse. La première, entourée du groupe d'opposition, a rappelé qu'elle était en discussion avec son parti pour abandonner son poste de députée afin de siéger au Conseil régional. « J'ai un mois pour que la décision soit prise, puis des élections partielles auront lieu sous trois mois. Ma décision est prise, on en discute avec les instances de l'UMP. Mardi, je retourne à l'Assemblée Nationale pour voir les détails. »

Martin Malvy a de son côté présenté un par un les nouveaux vice-présidents, évoquant « un large remaniement ». Il a aussi annoncé son intention de « faire évoluer les agences satellites. Pour Midi-Pyrénées Expansion, nous proposerons à la présidence Bernard Plano, maire de Lannemezan (à la place de Didier Cujives, NDLR). Nous souhaitons que Catherine Jeandel (océanographe, nouvelle élue, sur la liste d'Europe Ecologie lors du 1er tour, NDLR), préside Midi-Pyrénées Innovation (en remplacement de Martin Malvy, NDLR). Il sera aussi créé un poste de conseiller délégué aux relations avec les outils financiers pour lequel nous proposerons Elié Brugarolas. » La prochaine assemblée régionale, fixée au 8 avril, devrait statuer sur ces présidences. Il sera aussi temps de voter la composition des commissions. Nulle doute que d'autres escarmouches auront lieu entre Brigitte Barèges, qui a réaffirmé sa volonté « de ne pas parler de politique nationale lors des séances, ce n'est pas leur fonction », et Martin Malvy pour qui les décisions gouvernementales ont « un impact au quotidien sur les citoyens et nos collectivités ».

Les vice-présidents du Conseil régional
Nicole Belloubet (Haute-Garonne, PS), 1re vice-présidente en charge de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Gérard Onesta (Haute-Garonne, Europe Ecologie), vice-président en charge des affaires européennes, des relations internationales, de la coopération décentralisée et de la réflexion sur l'avenir des Régions.
Monique Iborra (Haute-Garonne, PS), vice-présidente en charge de la formation professionnelle, de l'apprentissage et de la politique de la ville.
Bernard Raynaud (Tarn, PRG), vice-président en charge de l'emploi, de l'innovation et du développement économique (entreprise, artisanat, commerces, services, relations économiques internationales).
Marie-Lou Marcel (Aveyron, PS), vice-présidente en charge des finances.
Charles Marziani (Haute-Garonne, Front de Gauche), vice-président en charge des transports collectifs et des infrastructures de transport.
Dominique Salomon (Tarn-et-Garonne, PRG), vice-présidente en charge de la culture et du patrimoine.
Vincent Labarthe (Lot, PS), vice-président en charge de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de l'enseignement agricole.
Françoise Dedieu-Casties (Haute-Garonne, Europe Ecologie), vice-présidente en charge du développement durable, de l'environnement, de l'économie sociale et solidaire, des énergies renouvelables, des actions climat et des éco-industries.
Jean-Louis Guilhaumon (Gers, PS), vice-président en charge des politiques territoriales, de l'économie touristique et du thermalisme.
Marc Carballido (Ariège, PS), vice-président en charge de la politique de la montagne et des programmes transpyrénéens (nouvelle vice-présidence).
Michèle Garrigues (Haute-Garonne, PRG), vice-présidente en charge de l'évaluation, de la prospective et du suivi du contrat de projets.
Jean-Claude Traval (Haute-Garonne, PS), vice-président en charge du sport et de la vie associative.
François Simon (Haute-Garonne, Europe Ecologie), vice-président en charge des solidarités : jeunesse, santé, insertion par l'économie, lutte contre les discriminations et logement.
Carole Delga (Haute-Garonne, PS), vice-présidente en charge de la ruralité, des services au public et des TIC

Les présidences des groupes au Conseil régional
- Europe Écologie : Guillaume Cros
- Front de gauche : Marie-Pierre Vieu
- Parti radical de gauche : Sylvia Pinel
- Parti socialiste : Thierry Suaud
- UMP : Brigitte Barèges

Mikaël Lozano

En savoir plus :
- www.midipyrenees.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :