Plan Spatial : trente nouveaux signataires ce soir à la Cité de l'Espace

 |   |  339  mots
Depuis le 22 avril dernier, la région Midi-Pyrénées a mis en place un plan spatial régional. Ce jeudi soir, à l'Imax de la Cité de l'Espace de Toulouse, une trentaine de nouveaux acteurs régionaux devraient rejoindre les premiers signataires.

Parmi eux, l'Université Paul Sabatier, des écoles d'ingénieurs comme l'ISAE, des organismes de recherche (le Laas), sans oublier des PME-PMI (Boostec, Novaltis, Steel Electronic ou Vega Technologies) ou des associations (le club Galaxie, Planète Sciences).

L'Etat, le Conseil Régional Midi-Pyrénées, le Grand Toulouse, le Sicoval, Thales Alenia Space ou EADS Astrium ne sont plus seuls. La quarantaine de partenaires, qui a signé le Plan Spatial en présence de Valérie Pécresse à l'occasion du Toulouse Space Show, a fait des émules. « L'espace a souvent été éclipsé par le géant aéronautique Airbus en Midi-Pyrénées. Mais les mentalités sont en train d'évoluer. Le spatial arrive à se faire une place, et le plan régional n'y est pas étranger » dit Alain Beneteau, vice-président du Conseil Régional en charge de la recherche notamment. Ce soir, à l'occasion de l'assemblée générale, les différents partenaires dresseront le bilan des 9 mois d'activité. « Le projet est bien lancé, il y a une vraie dynamique » dit Catherine Lambert, chef du service animation technique et préparation du futur au Cnes. « Les partenaires mettent en commun des informations. Il y a un véritable échange. Nous avons déjà quelques réponses collectives à des appels d'offres de l'Etat ». L'année 2009 devrait voir l'accélération de certains projets. « Ce sera le cas pour le réseau Nereus des régions spatiales avec notamment l'arrivée d'une secrétaire générale, Roya Ayazi. C'est une allemande (elle prendra ses fonctions le 29 janvier prochain), et puis, ce sera une année importante pour la plateforme pour le développement de la navigation par satellites (le projet Galileo) ». A Toulouse, l'Europe du spatial est en train de prendre son envol pour les dix prochaines années, et selon le Alain Beneteau, « tous les candidats sont les bienvenus, les portes ne sont pas fermées ».


En photo : la salle mistral d'EADS Astrium, la plus grande salle d'intégration de satellites en Europe (photo EADS Astrium)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :