Europe et transports : la conférence finale de Civitas II à Toulouse

 |   |  426  mots
« En débloquant des crédits, l'Europe fait de gros efforts en matière de transports. Les expériences des villes européennes réunies à Toulouse doivent servir d'exemple » estime Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire en charge des transports. Depuis hier mercredi et jusqu'à demain soir, 17 villes européennes participent à la conférence finale Civitas II. Le rassemblement a pour thème central « le développement des transports urbains propres.

»

L'Union Européenne finance déjà 36 projets européens (19 villes participant à Civitas I + 17 villes impliquées dans le projet Civitas II) avec un budget de 100 millions d'euros. « Promouvoir et implanter des transports urbains durables, propres et efficaces est notre principale priorité » explique le commissaire européen en charge des transports. De Lublijiana en Slovénie à La Rochelle en passant par Tallinn en Estonie ou Venise en Italie, les villes impliquées dans le projet Civitas II « s'engagent pour des transports urbains propres, c'est la condition » dit Antonio Tajani. Ainsi, Toulouse, coordonne le projet Mobilis qui concerne 4 autres villes européennes. « Le projet nous a permis de changer notre flotte, avec 170 nouveaux véhicules, nous avons opté pour le GNV (gaz Naturel pour Véhicule), ce qui permet une diminution de 32% des oxydes d'azote, de 54% pour le monoxyde de carbone et de 84% pour les particules » explique Stéphane Coppey, président de Tisséo. Des chiffres qui parlent d'eux-mêmes, « mais impossible d'imposer ce système à toutes les grandes villes européennes, Bruxelles ne peut pas intervenir dans les choix locaux » regrette le commissaire européen. « C'est dommage, frustrant même » répond Stéphane Coppey, le président de Tisséo, « car les résultats sont encourageants, si on veut lutter contre les effets néfastes de la pollution. Il suffit d'adopter ces solutions simples, j'ai espoir que tout cela change un jour ». En attendant, ce projet européen « pourrait être transposé sur le continent africain » annonce Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne, « car la lutte contre la pollution n'est pas l'affaire que d'un seul continent, c'est un problème planétaire ». Et tous les participants à la conférence finale de Toulouse le rappellent, unanimes : « c'est une course qui vient de débuter et le temps presse » !

Pour en savoir plus :

- Mobilis est un projet ambitieux avec un budget global de 21,8 M€
- L'aide de la communauté européenne s'élève à 9,3 M€
- 9 partenaires sont impliqués dans le projet toulousain Mobilis : Tisséo, la Communauté d'Agglomération du Grand Toulouse, le SICOVAL, la ville de Toulouse, la ville de Blagnac, GDF, le Centre d'Etude Technique de l'Equipement, l'Agence d'Urbanisme et d'Aménagement du Territoire et le groupement CECILE
- Pour les partenaires toulousains du projet, les aides s'élèvent à 11,3 M€ pour une subvention de 4,6 M€
- Pour Tisséo, Mobilis représente un budget de 6,7 M€ et une aide de 2,7 M€

En photo : Antonio Tajani, vice-Président de la Commission Européenne et Commissaire en charge des transports (photo JWF)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :