La solution de Rand Hindi pour ne pas devenir esclave des objets connectés

 |   |  938  mots
Rand Hindi, lors de sa présentation à Emtech France.
Rand Hindi, lors de sa présentation à Emtech France. (Crédits : Opinno)
Submergé par les notifications, l'utilisateur d'objets connectés risque de devenir esclave de ses machines. La solution, Rand Hindi pense l'avoir trouvée. Pour le cofondateur de Snips, une startup spécialisée dans l'intelligence artificielle pour les objets connectés, le salut passe par la mise au point d'une IA capable d'anticiper les besoins et de simplifier les usages des utilisateurs. Mardi 15 décembre, lors de l'événement Emtech France, à Toulouse, il expliquait son rêve à La Tribune Toulouse. Entretien.

Quel est votre constat sur la technologie actuelle des objets connectés ?

En travaillant sur l'intelligence artificielle et les objets connectés, j'ai réalisé que dès que nous recevons une notification, nous arrêtons ce que nous sommes en train de faire pour donner de l'attention à ces objets. Pour réduire ces notifications, il faut apprendre à régler ces objets et faire tout un tas de manipulations qui sont finalement extrêmement compliquées et différentes d'un outil à l'autre.

Nous sommes constamment en train d'interagir avec la technologie pour pouvoir lui faire faire quelque chose. C'est-à-dire que le temps que nous passons à faire faire quelque chose à notre téléphone est supérieur au temps passé à faire quelque chose concrètement.

Cette interaction entre les hommes et les objets connectés va empirer exponentiellement au fur et à mesure qu'il y aura plus d'objets connectés. Dans 10 ans, avec 100 milliards d'objets connectés, avec la manière dont nous les utilisons aujourd'hui, cela ne marchera pas. Nous deviendrons des esclaves de la technologie. Nos objets nous dicteront comment nous comporter. Nous serons relégués au rang de presse bouton.

N'est-ce pas exagéré ?

Prenons par exemple une réservation sur Airbnb. À l'arrivée à l'aéroport, on ouvre sa boite mail. On cherche le message d'Airbnb. On sélectionne l'adresse - ce qui n'est pas facile sur un téléphone. On la copie ensuite dans une appli de transport en espérant qu'elle fonctionne à l'endroit où l'on se trouve. Résultat, on est constamment en train de faire des va-et-vient entre les applis.

Si on a déjà ce problème avec une appli et un objet, imaginons ce qui se passera avec les 100 prochains qui arriveront. C'est comme si en arrivant dans une pièce, chaque lampe demandait la permission d'être allumée une à une.

Quelle solution proposez-vous ?

Toutes ces étapes pourraient se réduire en une seule, si le téléphone anticipait le besoin. Il faut créer une intelligence artificielle capable de s'occuper de ces étapes et d'anticiper nos besoins.

Est-ce faisable aujourd'hui ?

Trois choses rendent la solution difficile : il y a un problème d'accès à la donnée, d'intelligence dans l'analyse de cette donnée et de synchronisation des objets.
Créer cette intelligence artificielle est compliqué. Pour capter le contexte de l'utilisateur, il faut avoir accès à un grand nombre de données ambiantes, sur lui, sur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :