Spie Sud-Ouest teste le tag 3D de Ubleam pour la maintenance des trains

 |   |  311  mots
Quand le technicien de Spie scanne le tag, il a accès à une interface qui lui donne toute la documentation
Quand le technicien de Spie scanne le tag, il a accès à une interface qui lui donne toute la documentation (Crédits : Spie)
Le groupe Spie Sud-Ouest expérimente le tag 3D mis au point par la startup toulousaine Ubleam pour réparer le matériel roulant de la SNCF en région Languedoc-Roussillon. Cette nouvelle offre baptisée IDBleam a été récompensée lors des derniers Trophées de l'Économie numérique à Toulouse.

Il y a un an et demi, la startup toulousaine Ubleam lançait la carte de visite augmentée. Depuis un smartphone, l'utilisateur pouvait scanner le carton équipé d'un tag 3D et accéder à des photos ou au site internet du contact.

Le groupe d'ingénierie électrique et de construction Spie Sud-Ouest a décidé d'appliquer cette technologie pour ses opérations de maintenance industrielle. Baptisé IDBleam, ce programme est expérimenté depuis le mois de novembre 2014 sur le matériel roulant de la SNCF en Languedoc-Roussillon :

"L'ensemble du matériel sous contrat est équipé de tag 3D. En scannant ce tag, l'utilisateur (un agent SNCF, NDLR) peut demander une intervention de maintenance. Quand le technicien de Spie vient réparer la machine, en scannant le tag, il a accès à une interface qui lui donne toute la documentation et l'historique des interventions de la machine", détaille Guillaume Roubichou, responsable commercial industrie de Spie Sud-Ouest.

Réduire les temps d'intervention

Le groupe Spie compte aussi sur la 3D pour réduire ses temps d'intervention.

"Aujourd'hui, il faut compter en moyenne deux minutes de temps de retraitement des ordres de travail par un technicienSur certains sites, nous recevons plus de 10 000 demandes d'intervention, cela vous donne une idée du temps qui pourrait être économisé en utilisant la plateforme technologique IDBleam", poursuit le responsable commercial.

Et, au fil de l'expérimentation, Spie Sud-Ouest a découvert d'autres usages :

"L'utilisation du tag 3D pourrait être étendue en matière de sécurité. Le technicien pourrait voir, via l'interface, les risques auxquels il s'expose, le temps d'exposition aux produits chimiques...", conclut Guillaume Roubichou.

Pour ce projet, le groupe Spie a reçu le 24 juin dernier à Toulouse le prix "Usages numériques et performance" à l'occasion de la remise des Trophées de l'Économie numérique lors de la Mêlée numérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :