Delair-Tech, première startup de Toulouse à obtenir le "Pass French Tech"

 |   |  397  mots
Démonstration de drones par Delair-Tech
Démonstration de drones par Delair-Tech (Crédits : Rémi Benoit)
La société spécialisée dans les drones civils, Delair-Tech, vient d'obtenir le "Pass French Tech" qui lui permet, dans le cadre du mouvement French Tech, de bénéficier d'une meilleure visibilité à l'international et un meilleur accès aux financements. Sur la cinquantaine de sociétés qui bénéficient du "Pass French Tech" en France, Delair-Tech est la seule entreprise toulousaine.

La nouvelle est arrivée de Paris hier, mercredi 24 juin, et Benjamin Benharrosh, cofondateur de Delair-Tech, semble encore surpris : la société a obtenu le "Pass French Tech". "C'est une super nouvelle pour la société", s'exclame celui qui travaille désormais à temps plein à Paris.

La société spécialiste des drones civils, basée à Toulouse, a postulé au "Pass" il y a trois semaines auprès de Tony Marchand, directeur général de Digital Place et opérateur du "Pass French Tech" pour Toulouse et sa région. Des entretiens oraux ont suivi la candidature par écrit, jusqu'à l'annonce de la bonne nouvelle.

Désormais, Delair-Tech, reconnue comme une entreprise en "hypercroissance", bénéficiera d'un statut de VIP, que ce soit pour lever des fonds où se rendre visible à l'international. Ainsi, Bpifrance, Ubifrance, la Coface, l'Inpi et l'Afic (Association française des investisseurs pour la croissance) s'engagent à traiter ses dossiers en priorité.

Les objectifs du "Pass"

Le Pass French Tech, testé en 2014 et mis en place en 2015, est destiné à soutenir les entreprises en hypercroissance, qui représentent potentiellement les futures "entreprises championnes" de la French Tech.

L'objectif du programme est de parvenir à soutenir 100 à 300 entreprises. Aujourd'hui, 49 entreprises bénéficient du Pass en France. Delair-Tech est la première (et pour le moment la seule) entreprise de Toulouse à l'avoir obtenu.

À Montpellier, les startups Awox, Isotropix, Pradeo, Scimob et Matooma brandissent le fameux "Pass". Matooma a d'ailleurs été sacrée meilleure startup française dans l'internet des objets, par l'Electronic Business Group (EBG).

À Bordeaux, il y a quatre entreprises "Pass French Tech" : AT Internet, Groupe ConcoursMania, et News Republic et Ezakus.

Delair-Tech, en pleine croissance

Delair-Tech compte aujourd'hui une quarantaine de salariés et se positionne sur deux axes : "D'une part, nous développons des drones pour l'industrie et l'agriculture et, d'autre part, nous proposons une infrastructure de traitement de l'image", explique Benjamin Benharrosh. Delair-Tech, qui dispose de clients dans une trentaine de pays, ne cache pas ses ambitions pour les années à venir, sur un marché des drones en pleine croissance. "Pour les drones, les marchés industriels et agricoles seront l'eldorado de demain", assure le dirigeant, qui prépare actuellement une deuxième levée de fonds. Une enveloppe comprise entre 10 et 15 millions d'euros. L'entreprise devrait recruter environ soixante personnes dans les trois ans.

Retrouvez l'interview réalisée sur le Salon du Bourget 2015 :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :