La réponse de Sigfox au lancement du réseau bas débit de Bouygues Télécom

Bouygues a annoncé le 26 mars son intention de lancer dès l'été prochain un réseau bas débit pour objets connectés. L'opérateur s'aventure ainsi sur les terres de Sigfox. La société toulousaine de Ludovic Le Moan et Anne Lauvergeon vient de lever 100M€ pour étendre son réseau destiné à l'internet des objets (IoT). Pour Thomas Nicholls, directeur marketing de Sigfox, "les intentions de Bouygues ne représentent aucune concurrence". Explications.
Thomas Nicholls, responsable marketing de Sigfox, lors du Forum Smart City Toulouse
Thomas Nicholls, responsable marketing de Sigfox, lors du Forum Smart City Toulouse (Crédits : Rémi Benoit)

"Bouygues a annoncé hier ses intentions, cela reste au demeurant un projet sans cesse repoussé et qui vise uniquement à couvrir Paris et quelques villes de France, là où Sigfox opère déjà un réseau national avec des centaines de milliers d'objets connectés..."
La réponse de Thomas Nicholls, directeur marketing de Sigfox, est sans appel. Il n'est ni étonné, ni inquiet par l'annonce faite hier par Bouygues Télécom. Jeudi 26 mars, l'opérateur a annoncé "le lancement en juin prochain du premier réseau français dédié aux objets communicants basé sur la technologie LoRa".
Ainsi, Bouygues Télécom se positionne comme "le premier opérateur français à proposer une offre commerciale complète et globale dans le domaine du Machine to Machine (M2M) et de l'IoT (Internet of Things) pour répondre à l'ensemble des besoins des clients".

Serait-ce la première véritable concurrence pour Sigfox, pionnière dans le réseau bas débit pour objets connectés ? Pour rappel, la société toulousaine vient de lever 100 M€ et prévoit une introduction au Nasdaq en 2016. Le CEO de l'entreprise de Labège, près de Toulouse, Ludovic Le Moan, estimait en septembre dernier que Sigfox disposait d'une avance technologie indéniable précisant : "Si on exécute bien l'année 2015, nous sommes quasiment irrattrapables."

LoRa, une technologie "très limitée"

"Avec LoRa, Bouygues se lance dans une impasse, assure catégoriquement Thomas Nicholls. Selon lui, l'IoT et les milliards d'objets à connecter requièrent une technologie plus aboutie, et surtout ne peut dépendre d'un fournisseur de composants, car dans cette industrie le multi-sourcing sera obligatoire.".

"Le réseau développé par Semtech est compatible uniquement avec des objets fabriqués par Semtech. C'est comme si vous construisiez une autoroute en disant que seules les Hyundai (pas les moins chères !) peuvent rouler dessus. En revanche, Sigfox connecte absolument tous les objets, quel que soit leur constructeur."

Par ailleurs, le directeur marketing de Sigfox pense que LoRa ne fonctionnera pas si de trop nombreux objets sont connectés sur son réseau.

"Nous avons étudié leur solution de près et elle ne peut pas tenir la capacité requise pour l'IoT, autrement qu'en ayant une densité d'antennes colossales ce qui reviendrait à déployer plus d'antennes LoRa que d'antennes LTE. Lora, comme d'autres technologies radio, n'ont pas été pensé pour l'IoT. C'est en s'apercevant de l'opportunité de marché que Sigfox créée qu'ils se sont mis dans notre roue. Ils sont très très loin d'avoir les fondamentaux requis pour ce marché. "

Pourtant, Bouygues Télécom affirme avoir testé la technologie Sigfox avant de faire son choix :

"Nous avons choisi la technologie LoRa plutôt que celle de Sigfox car lors des tests nous avons constaté que la technologie Long Range avait l'avantage de porter mieux à l'intérieur des bâtiments et d'être bidirectionnelle, nativement, sans compromis sur l'autonomie, pour actionner des dispositifs ou effectuer des mises à jour. LoRa fonctionne aussi pour des objets en déplacement et permet de localiser ces derniers sans GPS, lequel consomme plus d'énergie et ne fonctionne pas en intérieur" indique le responsable M2M de Bouygues Telecom dans La Tribune.

"Ils n'ont jamais testé Sigfox car ils n'auraient pas choisi Lora. J'aurais imaginé qu'ils avaient des experts radio capable d'évaluer la bonne technologie " rétorque Thomas Nicholls.

Aujourd'hui, le marché des objets connectés est estimé à 10 milliards de dollars, dans la fourchette basse. Sur ce marché gigantesque, il fallait s'attendre à voir les opérateurs mobiles proposer leurs propres offres. Par ailleurs trois opérateurs télécoms sont entrés au capital de Sigfox en février dernier : NTT Docomo (opérateur mobile numéro un du marché au Japon), SK Telecom (opérateur de téléphonie mobile sud-coréen) et Telefonica (Espagne).

"Nous saluons toutes les initiatives de disruption. L'initiative de Bouygues est louable mais les innovations de rupture ne sont jamais venues de grands groupes. Ils auraient été certainement plus éclairés de travailler de concert avec nous comme le font aujourd'hui de nombreux opérateurs télécoms. Nous allons continuer à annoncer l'ouverture de nouveaux pays pour des couvertures nationales, à défaut de quelques villes françaises..."

Bouygues Télécom espère couvrir 500 villes françaises dont Paris, Marseille, Lyon, Lille, Nice, Rennes, Nantes, Montpellier et Angers. Orange testera aussi la technologie LoRa, à Grenoble, au printemps. De son côté, le réseau mondial Sigfox est déjà opérationnel en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Espagne et dans de grandes villes du monde. Des centaines de projets, portés par des partenaires de Sigfox sont en cours de développement.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 31/03/2015 à 21:43
Signaler
L'enjeu est de taille. Il s'agit de crėer un rėseau support aux IoT. En qualitė de provider Bouygues T apparait le mieux placė. Concernant les technologies, nous sommes en prėsence de deux technologies equivalentes. Seule l.implėmentation dans le mic...

à écrit le 28/03/2015 à 15:18
Signaler
C'est assez affolant comment Sigfox utilise des arguments de mauvaise foi pour contrer l'offensive extérieure: ils accusent LORA de tous les maux... qui sont généralement justement reprochés au réseau Sigfox. Exemple: LORA inclut un code avec lequel ...

le 29/03/2015 à 21:52
Signaler
"LORA (...) a ouvert ses puces, et tout le monde peut les intégrer dans ses capteurs" Cette phrase me semble fausse sachant que pour utiliser la technologie LORA il faut obligatoirement un chip SEMTECH (sx12xx). En tout cas pour le moment. Ce qui n'e...

à écrit le 28/03/2015 à 11:33
Signaler
Quand on connait le taux de perte d'infos de Sigfox, on comprend pourquoi d'autres solutions se mettent en place :-) De toutes façons, ces deux technos sont mortes-nées, et s'écrouleront sous le raz de marée 802.11ah, qui sera intégré pour rien dans ...

le 28/03/2015 à 12:10
Signaler
Avec un rayon d'un kilomètre et un débit surdimensionné pour bcp d'applications il part déjà avec un handicap le 802.11ah. Par exemple pour couvrir un département rural c'est inimaginable. D'ailleurs on ne voit personne se positionner sur un déploiem...

le 28/03/2015 à 12:23
Signaler
Il faudrait déjà qu'il y ait des fréquences autorisées pour 802.11ah en Europe, or il n'y en a pas!

le 30/03/2015 à 11:11
Signaler
Bonjour Packetloss, Cela m'intéresse d'en savoir plus sur la QS du réseau Sigfox, notamment le taux de pertes d'infos.

le 31/03/2015 à 17:22
Signaler
La com du Marketing de Sigfox est vraiment aggressive et deplorable. La couche PHY de LoRa est tenue assez secrete mais a mon avis les inventeurs du modem LoRa sont bien plus futes que ceux de Sigfox. La couche MAC LoRa est open source. L Ecosystem...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.