Spencer, le premier robot guide d'aéroport, développé par le Laas-CNRS

Des chercheurs toulousains en robotique ont participé à la conception du robot Spencer dans le cadre d'un projet réunissant plusieurs laboratoires et des industriels. Après de nombreux tests, celui-ci a guidé ses premiers passagers à l'aéroport de d'Amsterdam-Schiphol.

3 mn

Spencer, le premier robot guide d'aéroport.
Spencer, le premier robot guide d'aéroport. (Crédits : KLM/Spencer)

C'est un projet européen de plus de trois années de recherches qui vient d'aboutir. Spencer, un robot guide, a accompagné des voyageurs de la compagnie aérienne KLM à travers l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol jusqu'à leur porte d'embarquement.

Muni d'un lecteur de cartes d'embarquement, il peut proposer son aide aux passagers égarés ou perdus. Ses outils de perception à 360° lui permettent de ne pas perdre de vue ses interlocuteurs, de s'adapter à leur vitesse ou de les attendre s'ils font une pause. Un détour par les toilettes est même programmé dans ses fonctionnalités. Capable de circuler dans un aéroport bondé, il évite bagages et humains de façon différente en s'éloignant davantage de ces derniers.

"Chaque jour, des passagers manquent leur vol de correspondance à cause de retard, de problèmes de communication ou parce qu'ils se sont perdus, explique dans un communiqué René de Groot, responsable des opérations à KLM. 70 % de nos passagers transitent par Schiphol. Nous cherchons continuellement à améliorer le système. La robotique peut compléter le service offert par le personnel d'aéroport qui aura ainsi plus de temps pour assister des passagers avec des besoins plus importants."

Le premier robot social d'aéroport

Coordonné par l'université de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne, le projet Spencer a été doté d'un budget de 4,2 millions d'euros financé au trois quarts par la Commission européenne. Initié en 2013, il a réuni deux industriels et six organismes scientifiques, dont le CNRS, autour d'un projet ambitieux.

"Spencer est le premier robot social déployé dans un aéroport, se félicite Kai Arras, le coordinateur du projet à l'université de Fribourg. Ce qui le rend unique est qu'il peut prendre en compte la présence de gens autour de lui grâce à ses capteurs. Il fait la différence entre une famille ou un groupe de passagers. Il peut apprendre des usages sociaux et les reproduire ensuite pour agir de façon plus humaine. Guider des passagers dans un aéroport est un défi quotidien."

C'est à Toulouse que les différentes fonctionnalités du robot ont été intégrées et testées de manières intensives au cours des deux dernières années. Des chercheurs du Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes (Laas) du CNRS ont également développé certaines de ces fonctionnalités comme l'interaction du robot avec les humains et la planification de ses mouvements dans un environnement très encombré tel qu'un terminal d'aéroport.

Spencer


Spencer dans les locaux du Laas-CNRS, à Toulouse © Spencer.

"Spencer ne bouleverse pas la robotique mais il va plus loin que ces prédécesseurs, précise Rachid Alami, directeur de recherche au Laas-CNRS et coordinateur du projet Spencer pour le CNRS. Il prouve qu'il est faisable de construire un tel robot. Il faudrait maintenant entrer dans une phase d'industrialisation pour qu'un robot équivalent mais moins cher, puisse équiper les aéroports."

Des chercheurs de l'Institut des systèmes intelligents et robotiques (CNRS/UPMC) ont également pris en charge l'apprentissage des comportements du robot en interaction avec les humains.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.