Santé : big data, révolution ou danger ?

 |   |  750  mots
La recherche médicale est aujourd'hui à l'origine d'une foule de données
La recherche médicale est aujourd'hui à l'origine d'une foule de données (Crédits : Rémi Benoit)
Avec la démocratisation du séquençage du génome, la masse de données de santé explose littéralement. Mais si le big data est un levier majeur au service de la recherche scientifique, des questions se posent, liées notamment à l'anonymisation des données et aux capacités de stockage. Les données sur notre état de santé sont-elles en sécurité ? À Toulouse, plusieurs spécialistes s'emparent de la question.

Dans son ouvrage La défaite du cancer, paru fin 2014 aux éditions JC Lattès, Laurent Alexandre, fondateur du site Doctissimo et médecin spécialisé dans le décodage du génome, fait un constat : la recherche médicale est aujourd'hui à l'origine d'une foule de données.

"La lecture de l'ADN d'une seule tumeur génère 10 000 milliards de données brutes, écrit-il. Pour traiter et analyser ce tsunami d'informations, l'ordinateur est évidemment au cœur du système. La cancérologie 2.0 est une techno-médecine dont la 'loi de Moore' - théorie selon laquelle la puissance de l'informatique double tous les dix-huit mois - est le puisant moteur."

Un phénomène de big data (méga-données) directement lié à la démocratisation du séquençage du génome, notamment dans le cas de la recherche contre le cancer. "À l'heure actuelle, 25 000 tumeurs ont été séquencées, rappelle Laurent Alexandre. Les chercheurs ont ainsi à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :